Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"La trêve" de Saïdeh Pakravan

trêve,saïdeh,pakravan,belfond,rentrée littéraire 2016

Imaginez un monde où il n'y aurait plus de crimes, plus de violences, plus de meurtres, plus de viols, ni de vols, mais également aucune mort. Difficile à croire, n'est-ce-pas ? C'est pourtant le sujet traité dans le second roman de l'auteur Saïdeh Pakravan qui sortira à l'occasion de la rentrée littéraire de 2016.

Le roman commence par la date du 9 juillet et le premier chapitre correspond à minuit. Ainsi chaque chapitre représente une heure bien précise et des faits qui s'y sont déroulés. Nous faisons la connaissance d'une multitude de personnages. Certains ne seront présent que dans un seul chapitre et d'autres réapparaissent à quelques reprises, comme l'inspecteur Simon et la journaliste Mandy qui tentent de comprendre ce drôle de phénomène que tout le monde surnomme La Trêve.

Chaque chapitre a pour sujet des situations critiques comme un pédophile qui a repéré un enfant qui l'intéresse, un jeune drogué qui s'apprête à prendre sa dose, deux hommes qui avaient l'intention de voler une voiture... Bref, le mal est mis en avant par plusieurs types de situations et l'auteur s'applique à retourner la future crise en quelque chose de positif.

Mais deux questions persistent : jusqu'à quand la trêve va-t-elle durer ? Et quelle est la cause de celle ci ?

J'ai trouvé intéressant le fait de mettre en avant le mal à travers de courts chapitres. Malgré tout, cela peut par moment sembler un peu lourd lors de la lecture. De fait, j'ai cru au début que les personnages allaient revenir de manière récurrente mais cela n'est le cas que pour quelques personnages (5 ou 6 à tout cassé). Ce qui a pour conséquence de ne pas pouvoir s'attacher aux personnages, ce qui m'a donné l'impression d'être détaché de l'histoire.

Et enfin, je finirais par le contexte de ma lecture. En effet, lire un livre sur une période de non violence dans un pays entier, alors que dans la réalité, Nice était touché par un attentat, m'a un peu déstabilisé...

Bref, une histoire que l'on aimerait voir devenir réelle !

Je remercie les éditions Belfond !

A noter que depuis, les éditions Belfond ont changé la couverture du livre. Ainsi, si vous le cherchez en librairie, vous le trouverez sous cette couverture ci :

trêve,saïdeh,pakravan,belfond,rentrée littéraire 2016

 

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel