Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

belfond

  • "Toutes blessent, la dernière tue" de Karine Giebel

    toutes,blessent,dernière,tue,karine,giebel,belfond

    Tama est une esclave depuis son arrivée en France. Elle est sévèrement punie lorsqu'elle répond ou fait une erreur. Elle ne connait que la servitude jusqu'au jour où une rencontre changera le cours de sa vie.
    Gabriel est un homme reclus dans un coin paumé. Depuis la perte de Lara, il s'efforce de se venger en tuant des hommes ou des femmes. Jusqu'au jour où une inconnue blessée trouve refuge chez lui. Qui est-elle ?

    Inutile de vous dire que Karine Giebel est l'une de mes auteurs préférés. Et pourtant cette fois ci je ne me suis pas ruée vers ce livre car le côté "gros pavé" me faisait un peu peur. Et pourtant, j'ai dévoré ce livre en a peine deux jours ! On ne voit pas le temps passé malgré les épisodes durs et douloureux contés par l'auteure.

    En effet, l'auteure nous parle ici de l'esclavage domestique à travers le personnage de Tama. Cette enfant de sept ans, originaire du Maroc, se voit arriver en France avec l'espoir d'aller à l'école et d'avoir une vie meilleure. Erreur ! Elle se retrouve à devoir tout faire dans une famille bourgeoise qui la maltraite à la moindre occasion. On se prend rapidement d'affection pour la petite Tama qui grandit rapidement et qui aime les livres par dessous-tout.

    Et puis d'autres chapitres sont consacrés à Gabriel, une âme perdue au fin fond de la France. Il a perdu un être cher et voue le reste de sa vie à venger sa mort. Alors quand une jeune femme blessée débarque chez lui, sa vie va en être complètement bouleversée. Va-t-il réussir à ouvrir son cœur jusque là totalement fermé ?

    Très vite, on se demande si les deux histoires de Tama et Gabriel sont liées. Mais c'est sans compter sur le talent de l'auteure pour nous surprendre jusqu'à la dernière page. J'adore être surprise dans un livre et cela a fonctionné encore une fois.

    Le style de l'auteure est toujours le même : des thèmes forts, parfois violents, des phrases courtes, une ambiance et un décor réaliste. Alors certes c'est un sacré pavé de 736 pages mais je peux vous assurer que vous ne verrez pas le temps passé en compagnie de Tama et Gabriel.

    Bref, une réussite !

    Petites citations pour la route : "A chaque livre, j'ai l'impression qu'une porte s'ouvre quelque part dans ma tête. Les verrous cèdent, les uns après les autres. Un livre, c'est comme un voyage dans l'espace ou le temps. Dans l'âme des hommes, dans la lumière ou les ténèbres. Du coup, les histoires que j'invente sont de plus en plus complexes. Je crois que si j'étais privée de livres, ça me tuerait."

    "Les hommes sont fous, je crois. Mais leur folie est passionnante."

    "Parce que vivre, c'est ça. Vivre c'est avoir peur, avoir mal ! Vivre c'est risquer. Vivre, c'est rapide et dangereux. Autrement, ça s'appelle survivre."

    "- La vie n'est qu'une série de questions… Espérons que la mort sera une série de réponses."

     

    Bonne nouvelle, il sort en poche le 21/11/2019 chez Pocket !

    toutes,blessent,dernière,tue,karine,giebel,belfond

  • "Ne t'enfuis plus" d'Harlan Coben

    enfuis, plus, harlan, coben, belfond

    Simon cherche partout sa fille aînée Paige, devenue mendiante et droguée. Un jour, il la voit mais elle finit par s'enfuir. Trois mois plus tard, Simon apprend qu'Aaron, le copain de sa fille qui l'a entrainé à se droguer, a été assassiné. Simon devient rapidement le suspect numéro un car il avait eu des différents avec lui par le passé. Simon décide d'enquêter pour retrouver sa fille Paige, convaincu qu'elle pourrait être en danger. Simon va alors croiser la route de la détective Elena Ramirez qui enquête sur la disparition d'un jeune homme. Les deux histoires sont-elles liées ?

    Lorsque l'on m'a proposé de découvrir le dernier Harlan Coben, je me suis dis "pourquoi pas ?". J'avais envie de lire un roman policier et cela tombait plutôt bien ! J'ai eu la chance de le découvrir en avant-première, quelques jours avant sa sortie officielle le 3 octobre 2019.

    Nous faisons la connaissance du personnage principal Simon Greene, un père au bout du rouleau car il cherche en vain sa fille Paige qui est tombée dans la drogue et a disparu depuis son départ de la maison familiale. Le problème c'est qu'il a eu une altercation violente avec Aaron, le copain de Paige. Alors quand ce dernier est retrouvé assassiné, Simon devient le principal suspect. Or Simon s'inquiète pour Paige : est-elle encore en vie ? A-t-elle tué Aaron ? Est-elle en danger ? Il devient alors primordial de la retrouver.
    Il va ensuite faire la connaissance de la détective Elena Ramirez qui enquête sur la disparition d'un jeune homme. Ses recherches l'amènent à Aaron. Elena et Simon vont alors s'unir pour retrouver Paige et découvrir le fin mot de l'histoire. A côté de ce duo improbable, il y a également un autre duo qui opère dans l'ombre et dont je ne dirai rien d'autre pour ne pas vous spoiler ! On se demande juste quel peut être le rapport entre tous ces personnages et on n'a qu'une envie : aller jusqu'à la dernière page pour enfin comprendre les différents liens entre eux.

    Ce roman détient pas mal de rebondissements et nous parle de plusieurs sujets comme la drogue, l'embrigadement sectaire et les secrets de famille. Pas mal comme programme, vous ne trouvez pas ? Vous l'aurez compris, on ne s'ennuie pas avec ce livre !

    Comme les autres romans d'Harlan Coben, le style est facile d'accès et plaira à un grand nombre de lecteurs. J'ai bien aimé, malgré quelques petits détails un peu trop faciles à mon goût, mais l'auteur est tout de même parvenu à me surprendre surtout en ce qui concerne le final.

    Bref, un chouette moment de lecture avec le dernier roman d'Harlan Coben !

    Je remercie les éditions Belfond !

  • "Ma vie en plus sexy" de Chiara Moscardelli

    vie, plus, sexy, chiara, moscardelli, belfond

    Chiara a toujours rêvé d'être une "gatta morta", une séduisante manipulatrice qui attire tous les hommes dans son filet. Malheureusement pour elle, elle est plus proche du double de Bridget Jones qu'autre chose ! A trente trois ans et alors qu'elle s'apprête à être opéré d'une tumeur au sein, elle fait le bilan de sa vie !

    Je dois vous avouer une chose : j'avais adoré son roman "Quand on s'y attends le moins" (son deuxième roman qui est en réalité son premier roman édité en français), j'avais donc terriblement envie de découvrir "Ma vie, en plus sexy" … malheureusement la sauce n'a pas pris sur moi...

    Certes le pitch de départ me plaisait énormément et je n'ai rien contre les flash-back dans le passé, mais je n'ai pas réussi à empatir avec le personnage principal. J'ai eu du mal à me repérer dans l'espace temps et au niveau des personnages secondaires.

    Dans "Quand on s'y attends le moins", j'avais beaucoup aimé le côté gaffeuse et "bridget jones" du personnage principal. Dans ce roman-ci, je n'y ai pas cru. C'est dommage surtout en sachant que l'auteure s'inspire de sa propre vie.

    Certains passages m'ont parlé 'il faut dire que je vais sur mes 33 ans moi aussi) mais j'avais terriblement envie de secouer Chiara pour ses propos ou certains de ses choix; notamment sur le rôle des femmes et des hommes dans les relations amoureuses.

    Bref, une petite déception pour ce roman ! Dommage !

    Je remercie les éditions Belfond !

  • "Quand on s'y attend le moins" de Chiara Moscardelli

    quand, attend, moins, chiara, moscardelli, belfond

    Penelope, trente six ans, rêve de devenir journaliste mais se contente de bosser comme attachée de presse pour Pimpax, une entreprise de serviette hygiénique. Un soir, alors qu'elle est à vélo, elle renverse Alberto, lui brisant la jambe. C'est le coup de foudre pour elle. Le lendemain, au travail, elle le croise à nouveau, mais celui ci se fait appeler Riccardo et ne semble pas la reconnaître. Pénélope décide alors de mener l'enquête.

    J'avais entendu du bien de ce roman donc j'étais contente de le trouver d'occasion dans une foire aux livres !

    Le personnage de Pénélope m'a tout de suite fait penser à celui de Bridget Jones, mais version italienne. Elle a ce côté maladroite, gaffeuse et connait des galères en amour. Elle a également pas mal d'humour et peut compter sur ses amis au quotidien.

    J'avoue que le suspense s'installe concernant le personnage d'Alberto/Riccardo. Sont-ils une seule et même personne ? Si oui, pourquoi a-t-il changé d'identité ? Pénélope va-t-elle découvrir le fin mot de l'histoire ? On se pose trente six milles questions et c'est ce qui nous tient en haleine jusqu'à la fin.

    Bon, il y a quand même un "mais". Et oui, j'avoue que l'explication finale est un peu trop "grosse" à mon goût, mais si on accepte cela, on passe au final, un très bon moment ! Les amateurs d'happy end apprécieront !

    Bref, un chouette roman détente grâce  au charme du personnage de Pénélope, cette Bridget Jones à l'italienne !

    Petites citations pour la route : "Un jour, quelqu'un m'avait dit que l'itinéraire de la vie équivaut à l'escalade d'une montagne. On passe l'essentiel de son temps à mettre un pied devant l'autre, on tombe parfois, on se perd, on risque souvent de revenir en arrière. Puis, soudain, on réussit à trouver la bonne route et arrivé là, on respire profondément, on lève les yeux et on se rend compte de tout le chemin parcouru."

    "Se laisser aimer est la chose la plus difficile au monde, il faut baisser la garde."

    "La vie n'est jamais linéaire, il suffit d'un rien pour la modifier. Seulement, il faut le vouloir, tu ne crois pas ?
    - C'est vrai, il suffit parfois de quelques secondes pour perdre des occasions."

    Bonne nouvelle, il existe en format poche aux éditions Pocket !

    quand,attend,moins,chiara,moscardelli,belfond

  • "La symphonie du hasard. Livre 1" de Douglas Kennedy

    symphonie, hasard, livre 1, douglas, kennedy, babelio, masse critique, belfond

    Alice Burns, éditrice new-yorkaise, s'apprête à rendre visite à son frère Adam en prison. Mais celui-ci décide de lui révéler un lourd secret. C'est l'occasion pour Alice de replonger dans ses souvenirs et plus exactement dans l'histoire de sa famille. C'est parti pour une virée dans les années 70 !

    J'avais déjà lu plusieurs romans de Douglas Kennedy, certains que j'avais adoré (La poursuite du bonheur), d'autres bien aimé (L'homme qui voulait vivre sa vie) ou d'autres que je n'avais pas aimé (Mirage). Lorsque Babelio m'a proposé de recevoir ce livre, je n'ai pas hésité très longtemps !

    La symphonie du hasard est un premier tome. Le tome 2 est prévu en mars 2018 et le tome 3 en mai 2018 ! C'est cool, il n'y aura pas trop longtemps à attendre la suite des aventures de la famille Burns.

    Ce roman nous plonge dans les souvenirs d'enfance et d'adolescence d'Alice Burns. Elle nous explique les rapports tendus qu'elle entretient avec sa mère, la relation distante et pourtant si proche avec son père qui semble cacher pas mal de choses et elle nous dresse également deux portraits différents de ses deux frères : Peter et Adam.

    Plein de thèmes et de sujets sont abordés dans cette grande fresque des années 70 : la politique américaine avec Nixon au pouvoir, l'homophobie récurrente au quotidien, l'infidélité, la dépression, le coup d'état au chili, ... On se fait alors une idée plus précise de la société américaine à cette époque-là.

    Le rythme est plaisant. La première partie du bouquin s'intéresse au présent et les deux tiers du livre raconte le passé. Le style est accessible et nous raconte de grands épisodes des années 70 de manière romancée. J'ai beaucoup aimé la période où Alice est à l'université. Le final de ce livre 1 annonce un grand changement dans la vie d'Alice, il me tarde donc de découvrir la suite !

    Bref, un bon premier tome ! Vivement la suite !

    Je remercie Babelio et les éditions Belfond !