Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

babelio

  • "Lâchez les chiens !" de Maud Tabachnik

    lâchez,chiens,maud,tabachnik,de la borée,masse,critique,babelio

    Bernard Lenterne est retrouvé assassiné chez lui. Son ami, Bertrand Dumont en est persuadé : il a été tué car il a été juré dans un procès rendant coupable un commerçant du village et surtout il sait qui l'a tué... Alors que la police enterre l'affaire, Bertrand décide d'appeler son amie Fanny, journaliste et spécialiste des faits divers, pour tirer au clair toute cette histoire.

    J'ai découvert l'auteure Maud Tabachnik avec son célèbre roman "Le cinquième jour" qui m'avait terriblement marqué. Je n'avais pas eu l'occasion de la relire avant d'être accepté au dernier Masse Critique de Babelio avec ce titre : "Lâchez les chiens !" déjà paru en 1998.

    Nous sommes plongés dans un petit village de province où les parisiens ne sont pas les bienvenus et où corruption et règlements de comptes sont fréquents. Fanny, ex-détective privée, devenue journaliste, va s'intéresser à ce fait divers à la demande de son ami, qui subit lui aussi d'étranges menaces. Elle va y découvrir un village où le pouvoir joue un rôle important, teinté de corruption, de violence et de racisme.

    Ce roman se lit comme une nouvelle, il est très court (à peine 155 pages) avec des chapitres de trois pages maximums. Je ne vais pas dire que j'ai été emballé par l'histoire, mais elle reste néanmoins agréable à découvrir sur le moment.

    Concernant le final, il m'a manqué un petit quelque chose. C'est une fin assez réaliste et j'aurais préféré qu'elle se termine autrement pour certains personnages et pour un minimum de justice.

    Je n'ai pas retrouvé la petite étincelle éprouvée à ma lecture du " Le cinquième jour", dommage !

    Je remercie les éditions La Borée et Babelio !

  • "Ma vie avec un scientifique : la fertilité" d'India Desjardins et Bach

    vie, scientifique, fertilité, india, desjardins, bach, michel lafon, masse critique, babelio

    Un couple décide de faire un enfant. Après plusieurs essais, c'est la douche froide. Ils décident alors de consulter pour tenter de comprendre ce qu'ils leur arrivent...

    Cette BD propose deux thèmes : le couple, notamment avec un partenaire scientifique, très terre à terre; et le désir d'un enfant. Evidemment c'est le second thème qui prend le plus de place dans l'histoire.

    J'ai tout d'abord beaucoup aimé ce couple qui malgré leurs différences, sont hyper complices. Cela m'a un peu rappelé mon propre couple ! ;)
    Il existe également beaucoup d'amour et d'humour entre eux !

    La décision de faire un enfant est prise en commun et pense que cela va arriver naturellement. Malheureusement cela ne va pas être le cas et ce désir d'enfant va alors être au centre de leur préoccupation, l'un comme l'autre. On retrouvera alors différentes étapes dans leur quotidien : les divers échecs révélés par les nombreux tests de grossesse, la pression sociale, les différents conseils de l'entourage, les examens médicaux, … Tout cela est amené soit de manière émouvante ou parfois avec humour grâce à des scènes assez cocasses.

    Les illustrations m'ont également beaucoup plu. Et c'est d'ailleurs ce qui m'a en premier attiré vers cette BD ! J'ai également été émue par les remerciements de l'auteure et de l'illustratrice, ça sent le vécue.

    Cette BD m'a également rappelé le roman graphique "Rien ne se passe comme prévu" qui parle du même thème.

    Je remercie Babelio et les éditions Michel Lafon pour m'avoir fait découvrir cette BD lors du dernier masse critique de Babelio !

  • "Little heaven" de Nick Cutter

    little heaven.jpg

    En 1966, Minerva, Micah et Ebenezer, trois chasseurs de primes sont embauchés pour retrouver un garçon qui a été enlevé par son père pour aller dans une secte religieuse, en pleine forêt, dont l'endroit s'appelle Little Heaven. Mais là-bas, ce n'est pas le révérend Amos le plus dangereux, la forêt semble habitée par d'étranges créatures. Quinze ans plus tard, le trio va devoir retourner dans cet enfer car la fille de Micah a été enlevé et ce dernier en est certain, elle est à cet étrange endroit …

    Nick Cutter est le pseudonyme de l'auteur Craig Davidson. Mais personnellement je n'ai lu que son précédent roman écrit sous la plume de son pseudo "Troupe 52". J'avais adoré le côté glauque de ce roman, il me tardait donc de découvrir ce que l'auteur avait bien pu nous réserver cette fois-ci. J'ai eu la chance d'être sélectionné au dernier Masse Critique de Babelio pour ce titre !

    Ce roman se déroule sur plusieurs périodes. La première nous raconte la rencontre particulière entre les trois personnages principaux. La seconde nous parle de la première fois où ils sont allés à Little Heaven et qui correspond à la majorité de l'histoire, et la dernière nous raconte l'enlèvement de Petty. Ne vous inquiétez pas, il est clairement indiqué à chaque partie à quelle période elle correspond. Il est donc aisé de s'y retrouver.

    Je qualifierais ce roman à la fois de western et d'horreur. On se croirait en plein milieu d'un film de western avec ce trio excentrique, surtout vu la façon dont ils se sont connus. Et ensuite l'horreur prend une grande place dans cette histoire. Il faut avoir l'estomac et le cœur bien accroché pour pouvoir lire ce livre. Ce côté glauque est renforcé par quelques illustrations au cour du récit. Cela donne quelques indications sur ces étranges créatures et nous aide à visualiser ce dont l'auteur est en train de nous décrire.

    J'ai également aimé le côté secte religieuse, hyper bien amené, avec au centre le personnage du révérend Amos que l'on déteste dès la première apparition.

    J'ai adoré avoir peur en compagnie de ce trio qui m'a parfois fait rire tellement ils sont aux antipodes les un des autres ! Encore une fois, Nick Cutter a réussit son pari ! J'ai hâte de pouvoir poursuivre ma découverte de cet auteur dans ce genre si particulier !

    Je remercie Babelio et les éditions Denoël !

    Titre : Little Heaven
    Auteur : Nick Cutter
    Traducteur : Eric Fontaine
    Editeur : Denoël
    Collection : Sueurs Froides
    Parution : 1er novembre 2018

  • "Qui je suis" de Mindy Meija

    qui,je,suis,mindy,mejia,mazarine,babelio,masse critique

    Dans la petite ville tranquille de Pine Valley où tout le monde se connait, Hattie Hoffman, dix-huit ans, vient d'être retrouvée assassinée sauvagement. Qui a bien pu en vouloir à cette jeune fille bien sous tout rapport ? Elle qui était une fille sérieuse, une excellente élève, une petite amie dévouée... Le shérif Del, ami du père d'Hattie,  est chargé de l'enquête. Il pensait la connaitre mais les secrets et les révélations ne vont pas tarder à faire surface...

    J'avais vu ce titre et lu de bon échos, notamment sur Instagram, alors quand je fus sélectionnée sur ce titre pour le dernier Masse Critique de Babelio, je fus ravie !

    J'ai mis un peu de temps à le lire, non pas parce qu'il ne m'a pas plu, mais plutôt dû à un contexte non favorable pour la lecture... Il a donc traîné dans mon sac pendant plusieurs jours avant que je puisse avoir l'occasion de l'ouvrir. Et à partir de ce moment là, je peux vous dire qu'il est difficile de le lâcher.

    Il y a trois narrateurs à cette histoire : Hattie (avant qu'elle ne disparaisse bien sûr), Del (le shérif chargé de retrouver le coupable) et une troisième personne dont je préfère ne rien dire pour vous laisser un peu de suspense (quand même !). J'ai adoré avoir les points de vue de ces trois personnages. Cela permet d'avoir plusieurs versions d'une même scène, de connaitre un peu plus en profondeur les personnages, mais cela nous amène également à avoir plusieurs suspects différents. Et je dois dire que l'auteur a réussi à me surprendre car ce sont les toutes dernières pages qui nous donne les réponses tant attendues. Et je ne m'attendais pas à cela, j’étais même carrément à côté de la plaque !

    Concernant le personnage d'Hattie, j'ai eu du mal à m'attacher à elle. On ne sait pas réellement qui elle est, dû à ses multiples personnalités. C'est le petit bémol que j'apporterai à ce roman, mais ce n'est pas un défaut car cela colle parfaitement à l'histoire, c'est plutôt une remarque personnelle propre à mes goûts.

    Bref, un thriller prenant à découvrir !

    Je remercie Babelio et les éditions Mazarine !

  • "Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c'est déjà pris)" de Blandine Chabot

     

    si,j'avais,perroquet,appellerais,jean-guy,parce que,coco,déjà,pris,blandine,chabot,le cherche-midi,babelio,masse critique

    En lisant un livre de Françoise Sagan emprunté à la bibliothèque, Catherine tombe sur un papier où il est écrit le prénom de Jean-Philippe, son numéro de téléphone et le message suivant : "Appelle-moi quand tu veux". Catherine, un peu excentrique, se lance dans l'aventure et décide d'appeler le numéro ... Va-t-elle tomber sur ce mystérieux Jean-Philippe ? Qui est-il ? Et pourquoi son numéro était-il dans ce livre ?

    Le titre à rallonge et un tantinet loufoque m'a tout de suite fait sourire et j'ai été attirée par ce livre en lisant le résumé. J'ai tout de suite accroché à cette mystérieuse histoire de papier laissé dans un livre avec un numéro de téléphone et un prénom. Etant bibliothécaire, j'ai déjà trouvé pas mal de chose dans les livres et je dois dire que cela n'est pas banale comme point de rencontre ! ;)

    Cela m'a tout de suite donné envie de savoir si Catherine allait appeler le numéro, si elle allait oser, ce qui allait en découler, etc.. C'est intriguant et amusant à la fois. En tout cas, je sais que personnellement, je n'aurais pas eu le courage de le faire ! C'est surprenant car Catherine n'a pas vécu des choses faciles, notamment sa dernière relation amoureuse (mais je vous laisse découvrir tout cela par vous-même).

    Le personnage de Catherine est assez loufoque mais on s'attache malgré tout assez rapidement à elle. Elle nous présente son univers et son quotidien, mais les autres personnage restent suffisamment en retrait. 

    J'ai aimé le style de l'auteur, malgré quelques digressions par moment. J'ai retenu quelques passages qui m'ont marqué, heureusement j'avais mon petit carnet à citations sous la main ! ;)
    C'est un roman qui se lit facilement, même si pour ma part, j'ai mis un peu de temps à la lire dû à d'autres occupations.

    Bref, un roman contemporain sympa avec une petite touche d'excentricité !

    Je remercie Babelio et les éditions Le Cherche-Midi !

    Petites citations pour la route : "Quand on se pète une jambe on met un plâtre et on attend. Mais quand on a le cœur défoncé, on met quoi ? Rien. Et c'est ça le plus terrible. La seule béquille est le temps. Le seul pansement est le reste de ta vie."

    "Une mère, c'est une couverture autour des épaules, sur une terrasse, un soir d'été. Une mère ça chante dans le noir. Une mère ça veille dans le soir. Une mère c'est la rampe de l'escalier. L'escalier et ses marches glissantes. L'escalier et ton pas maladroit. Une mère ça sait quand le coup de pied au cul sera plus bénéfique que la caresse sur la joue. Une mère c'est une issue dans un calvaire sans issue. Une mère c'est un docteur. Une mère c'est un psy. Une mère c'est une infirmière. Une mère c'est une enseignante, un chauffeur et une couturière. Une mère c'est un justicier, une coiffeuse et une cuisinière. Une mère c'est une femme de ménage, un flic et une secrétaire. Une mère c'est une sainte. Une mère c'est une ballade à la harpe entre les tirs d'obus. Une mère c'est l'odeur du lilas. Une mère c'est la douceur d'une nuque de bébé, et la force d'un guerrier. Une mère c'est la limpidité de l'amour, c'est la générosité du philanthrope, c'est la sagesse du vieux Japonais. Une mère ça sent bon. Une mère ça sait quand dire non. Une mère ça tient bon. Une mère c'est le tronc d'arbre au-dessus de la rivière, c'est l'igloo encore debout, au loin, dans la toundra, et c'est celle qui, au sein de la noire et effrayante forêt, a allumé le feu de joie. Une mère c'est l'odeur de la viande qui cuit. C'est un bout du mimosa qui trempe dans un joli vase, au milieu d'une table soigneusement dressée. C'est la perfection d'un repas. C'est le tablier de cuisine délavé qui devient petite robe de soirée. Une mère c'est un sentiment et une nécessité. Celui et celle d'être aimé."

    "La vie ce n'est pas une succession de jours qui se ressemblent et que l'on contrôle. La vie c'est aussi des surprises, des déceptions, des problèmes, et des départs tragiques. C'est la vie..."