Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réseaux sociaux

  • "Réseau(x)" de Vincent Villeminot

      

    1.JPG

     

    Sixie, 15 ans, est une jeune fille adepte des réseaux sociaux, notamment le DKB et sa partie nocturne MyDarkPlaces, où elle y raconte ses cauchemars. Sixie est une jeune fille anxieuse surtout depuis quelques temps car ses cauchemars de meurtres se réalisent parfois…

    A côté de ça, un groupe de gamers s’affrontent dans de grandes villes européennes et utilisent les réseaux sociaux pour promouvoir leurs parties grandeur nature. La police est sur le coup. Mais quel est le lien entre ce groupe organisé par Nada #1 et Sixie ?

     

    Ce roman est partout sur la blogosphère depuis quelques temps et les critiques sont diverses et variées. Après des échos de livres complexes et difficiles, j’avais un peu peur de me lancer dans cette histoire.

     

    Complexe ? En effet, la diversité et le nombre important de personnages font que ce livre peut paraitre assez compliqué. J’ai eu la chance de recevoir des petites fiches bien pratiques, qui m’ont permis de m’y retrouver parmi tous ces personnages.
    De plus, l’univers des réseaux sociaux et des jeux vidéo peut rebuter. Personnellement, je suis de la génération qui a grandi avec les ordinateurs, ce qui m’a aidé dans la compréhension du texte.

     

    Ce livre montre l’importance donné aux réseaux sociaux aujourd’hui et les possibles dérives qui pourraient existés. Un thème peu souvent traité à mon goût mais qui est pourtant d’actualité. On a souvent tendance à en dire trop sur internet et encore peu de gens savent que tout est enregistré et que cela peut vous nuire !

     

    Le rythme va crescendo, notamment grâce aux chapitres courts. De l’action en veux-tu en voilà ! A tel point que le lecteur n’a pas le temps de se former ses propres hypothèses, qu’elles sont déjà balayées en un revers.

     

    Malgré tout ces points positifs, je n’ai pas réussi à être plus emballé que ça… Pour moi, cette histoire est au final assez peu crédible et je me demande d’ailleurs ce que l’auteur pourra inventer dans le tome 2 ?
    De plus, la violence est largement présente tout au long de cette histoire, ce qui je pense mérite d’être souligné pour que le livre ne tombe pas dans toutes les mains.

     

    Bref, un livre au début assez complexe qui pourra trouver son lectorat pour les ados de plus de 15 – 16 voire 17 ans !

     

    Petite citation pour la route : « - Ce n’est pas seulement un réseau, Maldita. C’est le territoire de nos rêves. »