20/10/2014

"Astrid & Veronika" de Linda Olsson

 

astrid,veronika,linda,olsson,pocket

 

 

Veronika, auteure, recherche le calme pour trouver l'inspiration. Elle se réfugie dans une maison retirée. Elle fera la connaissance de sa voisine, Astrid, une vieille dame solitaire, que les villageois appellent "la sorcière". Petit à petit, ces deux femmes font connaissances. Les souvenirs refont surface ...

J'ai repéré ce roman chez Ingrid et MyaRosa, puis je l'ai trouvé dans une foire aux livres, je n'ai donc pas pu résister. De plus, cette magnifique couverture ne pouvait me laisser indifférente !

Aux lecteurs et lectrices qui aiment l'action et que ça bouge dans tous les sens, passez votre chemin ! Car ici, le rythme est assez lent ! Mais ici, la lenteur n'est pas un problème, au contraire elle illustre à merveille l'ambiance de ce roman. La solitude et les souvenirs qui affluent sont bien mis en avant par un rythme assez lent, un style qui prend son temps pour laisser le lecteur s'imprégner de cette atmosphère.

Nous faisons la connaissance de deux personnages féminins très différents : une romancière de trente ans et une vieille ermite. Le destin fera qu'elles apprendront à se connaître, qu'elle se fréquenteront régulièrement au travers de balades ou de diners. Petit à petit, les moments de solitude se fissurent et les souvenirs remontent à la surface. Elle s'apprivoisent l'une et l'autre et elles en ressortiront forcément grandies.

Vous l'aurez compris, c'est un roman qui s'apprécie à sa juste valeur, un roman qui ne se dévore pas mais qui se lit petit à petit, comme les confidences dévoilées par les deux protagonistes. D'ailleurs, il y a de belles réflexions sur la vie et sur les choix parfois difficiles que nous devons prendre.

Bref, un joli roman sur la mémoire, la solitude et les souvenirs.

Petites citations pour la route : "Il en va de même des secrets. Des souvenirs aussi. On peut bien se convaincre qu'ils ont disparu, ils sont toujours là quand on y regarde de plus près. S'il y a une volonté de les déterrer."

"Il y a eu de l'amour. Je crois qu'il y a forcément eu de l'amour. C'est quand on se convainc qu'il n'y en a plus qu'il se change parfois en son contraire. Il faut se rappeler que l'amour est en nous. Toujours."

"Vous m'avez donné une nouvelle perspective. Vous m'avez ramenée dans la lumière éclatante de la vie, vous m'avez ouvert les yeux. Vous avez fait fondre la glace. Et je vous en suis très reconnaissante."

"Il ne faut pas l'oublier. L'amour ne se perd pas. Il ne se mesure pas. Il ne se compte pas en années, en minutes ou en secondes, ni en kilos ou en grammes. Il ne peut se quantifié en aucune façon, pas plus qu'il ne peut être comparé à un autre. L'amour est, tout simplement. Il suffit d'un seul effleurement de l'amour véritable, si fugace soit-il, pour qu'il vous dure toute une vie. Il ne faut jamais l'oublier."

"Vivez, Veronika ! Prenez des risques ! C'est là tout le sens de la vie. Nous devons chacun chercher notre bonheur. Personne n'a jamais vécu notre vie, il n'y a pas de règles. Fiez-vous à votre instinct. N'acceptez que le meilleur, mais surtout cherchez-le bien, ne le laissez pas vous filer entre les mains. Les bonnes choses passent parfois inaperçues. Rien ne nous arrive tout entier. C'est ce que nous faisons de ce que nous trouvons en chemin qui détermine l'issue. Ce que nous choisissons de voir, ce que nous choisissons de conserver. Et ce que nous choisissons de garder en mémoire.. N'oubliez jamais que tout l'amour de votre vie est là, en vous, et qu'il le restera toujours. Jamais on ne pourra vous le prendre."

15/10/2014

"Une île" de Tracey Garvis Graves

 

île,tracey,garvis,graves,milady

 

Anna Emerson a accepté de passer les deux mois d'été aux Maldives pour enseigner à T.J un garçon de 17 ans qui a eu un cancer. Ils sont en route pour rejoindre les parents de T.J quand le pilote de l'hydravion meurt subitement d'une crise cardiaque. Anna et T.J se reveille sur une île déserte. A partir de là, leur unique but est de survivre...

Voilà un titre que j'avais découvert chez Lavinia et qui me faisait envie depuis fort longtemps. Alors quand je l'ai vu dans la sélection du dernier Masse Critique de Babelio, je l'ai coché et j'ai croisé les doigts !

Déjà commençons par le plus évident : la magnifique couverture paradisiaque ! Il y a de quoi rêver rien qu'en la regardant. Bon après l'histoire parait moins sympathique étant donné le crash de l'avion et le fait de s'échouer sur une île déserte...

Après le crash, Anna et T.J vont devoir survivre sur une petite île qui semble déserte. Dans les premiers temps, ils espèrent qu'un avion va passer au dessus d'eux et les trouvera. Du coup, ils restent sur la plage. Mais la soif et la faim se font sentir, ils doivent du coup s'organiser : trouver une eau potable, de quoi se nourrir et se construire un abri. A partir de là, on pense forcément à l'histoire de Robinson Crusoé et le fait qu'ils soient deux, est en quelque sorte une chance pour les aider à ne pas démoraliser et à survivre. Je ne développerais pas plus leur idées pour continuer à vivre sur ce petit bout d'île, mais je peux vous dire que forcément leur relation va évoluer au fil du temps.

Je dois dire que même si j'ai passé un très bon moment avec ce roman, j'ai néanmoins trouvé plusieurs points qui ne rendent pas forcément crédible cette histoire. Je ne vous dirais pas combien de temps ils sont restés sur l'île, mais pour moi, cela parait impossible ! De plus, leur relation de départ (la prof plus âgée que l'élève) m'a également un peu refroidie, même si à la fin, l'auteure finit par réussir à me convaincre.

Les chapitres sont assez courts et donnent la voix à la fois à Anna et à T.J. Le lecteur a donc deux versions de l'histoire et le ressentis des deux personnages principaux.
C'est un livre qui se lit hyper facilement et surtout très rapidement !

En bref, je dois dire que c'est une chouette romance, mais qu'il ne faut pas non plus trop en attendre, surtout à la crédibilité des faits.

Je remercie Babelio et les éditions Milady !

16:25 Publié dans Roman Adulte | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : île, tracey, garvis, graves, milady |

08/10/2014

"Sans faille" de Valentin Musso

 

sans,faille,valentin,musso,seuil,thriller,montagne

 

Cinq amis se retrouvent après plusieurs années pour réaliser une petite randonnée de trois jours dans les Pyrénées. C'est Romuald a qui tout a plutôt bien réussi, qui invite Théo et sa copine Dorothée, ainsi que David et sa copine Juliette. A l'aube, ils partent et Romuald se proclame automatiquement guide de cette randonnée. Mais petit à petit le doute s'insinue quand celui ci se trompe de chemin ou qu'il avoue avoir oublier la carte pour se repérer. Les secrets et les regrets du passé ressurgissent et le drame n'est pas loin...

J'avais beaucoup aimé son précédent roman "Le murmure de l'ogre" et j'ai encore "Les cendres froides" qui m'attend dans ma PAL. Ayant l'occasion de pouvoir lire son dernier roman, je me suis précipité dessus !

Très différent de l'univers historique rencontré dans "Le murmure de l'ogre" et notamment la création des brigades du tigre, "Sans faille" nous plonge plutôt dans un thriller psychologique.
Nous faisons la connaissance de Romuald, Théo et David (même si ce dernier est vite remisé dans les personnages secondaires). Ils semblent tout les trois assez copains et ce petit week-end randonnée s'annonçait plutôt bien. Mais très vite le lecteur déchante et sent bien que l'atmosphère est tendue. Grâce aux différents flash-back qui nous raconte l'histoire de Romuald et notamment sa rencontre avec Théo, leur amitié et les conséquences qui en suivirent; le lecteur apprend petit à petit la vraie nature de leur relation.

J'ai aimé cet univers tendu et oppressant que nous inspire la relation particulière de Romuald et Théo. Cette terrible impression est renforcée par le décor de la montagne froide et déserte, très bien mise en avant par l'auteur Valentin Musso.
On parcourt les pages petit à petit, on se fait une idée sur Théo, sur Romuald ou encore les autres personnages. On espère deviner la suite des évènements, on s'imagine quelques théories... puis vient les dernières pages qui me laissent complètement perplexe. Je ne l'ai pas vu venir... Même si d'habitude, j'aime les fins qui me surprennent, je me demande si celle ci est très crédible...

Bref, un thriller en pleine montagne qui vous réservera son lot de surprise ! ;)

05/10/2014

"Adultère" de Paulo Coelho

adultère, paulo, coelho, flammarion

Linda a 31 ans, est mariée et a des enfants. Elle est journaliste et vit en Suisse. Au yeux de tous, elle possède une vie parfaite, sans tracas et bien tranquille. Mais lorsqu'elle revoit un ancien petit ami, devenu politicien et qu'il lui fait des avances, elle se rend compte qu'elle s'ennuit dans sa vie et dans son couple. Va-t-elle franchir le pas et tromper son mari ? Retrouvera-t-elle la passion et le bonheur ?

J'avais lu il y a des années de cela "L'alchimiste" du même auteur, c'est d'ailleurs son livre le plus connu. J'avais adoré ses reflexions sur la vie, la religion, le bonheur, ... J'espèrais donc retrouver son style dans son dernier roman "Adultère"... malheureusement je ressors de cette lecture très déçue !

Et oui, une grosse déception pour moi. Tout d'abord, je n'ai pas adhéré au personnage de Linda. C'est la narratrice du livre et je n'ai pas réussi à m'y attacher. Ses réflexions m'ont paru hors de propos, il y a énormément de répétitions, au point qu'à force ça devient vite soulant. On a envie de sauter des paragraphes, voire des pages !

Il y néanmoins quelques passages intéressants : sa rencontre avec Jacob son ancien petit ami, sa recherche de vengeance envers sa femme, ou encore la tentative d'être plus proche de son mari, ou encore la confrontation. A côté de ses passages là, vous avez deux ou trois scènes érotiques. J'ai d'ailleurs cru qu'il y en aurait eu plus que ça, mais l'auteur a réussi à les doser suffisamment pour que ce livre ne tombe pas dans le courant mummy porn... Hormis les passages que j'ai cités et les scènes érotiques, vous avez les mêmes réflexions perpétuelles de Linda, encore et toujours...

L'auteur aborde néanmoins pas mal de sujet : la dépression, l'adultère, la culpabilité, le désir de vengeance, la solitude, l'ennui... bref il y a de quoi faire. Malheureusement j'ai une impression de thèmes noyés sans forcément les aborder concrètement.

Bref, un livre que j'ai trouvé assez long et qui m'a déçue...

Petite citation pour la route : "L'amour n'est pas seulement un sentiment; c'est un art. Et comme tous les arts, l'inspiration ne lui suffit pas, il faut aussi beaucoup de travail."

01/10/2014

"L'oeil du prince" de Frédérique Deghelt

 

oeil,prince,frédérique,deghelt,j'ai lu

A différentes époques, cinq personnages nous livrent, grâce à un journal intime, un bout de leur vie respective. Qu’il s’agit d’une jeune fille passionnée de cinéma qui se libèrent de l’autorité de ses parents, ou bien d’un jeune homme qui se remet difficilement de la mort de sa femme et du bébé qu’elle attendait, ou encore de la découverte d’un adultère, ou alors d’une correspondance entre deux résistants pendant la seconde guerre mondiale ; rien ne semblent les lier et pourtant la dernière partie nous dévoilera les secrets des un et des autres.

Tout d’abord une petite explication sur le titre : au théâtre, l’œil du prince c’est l’angle de vue permettant de visualiser la perspective du décor sans déformation. C’est aussi la place d’où l’on voit le mieux le spectacle, autrefois réservée au souverain. Ici, le lecteur a la place de l’œil du prince. C'est-à-dire qu’il observe et qu’il sait tout. Même si les secrets se dévoilent petit à petit, le lecteur peut s’imaginer la teneur de ceux-ci et parfois l’apprendra avant les principaux personnages intéressés.

Frédérique Deghelt est une de mes auteures préférées et j’ai d’ailleurs tout ses livres (même si certains trainent encore dans ma PAL...). J’aime sa façon d’écrire,de nous faire ressentir les choses et les émotions des personnages. On prend plaisir à découvrir son écriture et je dois même avouer qu’il faut prendre du temps pour savourer ses lignes.

Ici, j’ai eu un peu de mal avec la première partie. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je pense que j’ai eu du mal à m’attacher au personnage de Mélodie. Puis est venu le tour de Yann, puis la correspondance entre Agnès et Alceste, puis le tour de Benoit pour enfin arriver à aujourd’hui avec Anna. J’ai aimé découvrir les différents liens qui les unit et les secrets enfouis qui réapparaissent. Ça se construit lentement, petit à petit, autant pour les personnages du livres que dans ma petite tête de lectrice.

Impossible de se perdre parmi tous ces personnages, qui je le rappelle, se trouvent à différentes époques (années 80, années 60, 1939-1945, 2015…), puisque nous avons un arbre généalogique au début du roman. Je dois dire que je l’ai souvent regardé pour voir si mes théories étaient fondées ou non. Un petit pense-bête bien utile pendant la lecture !

Par ce roman, l’auteure s’attache à donner l’importance de l’écrit, de pouvoir raconter avec des mots ce qui nous arrivent au quotidien, nos émotions et nos maux. Chaque personne présente dans ce livre, bien que totalement différents les un des autres, entreprennent d’écrire un journal et d’y écrire régulièrement. C’est aussi une manière d’établir un lien entre eux, même si cela est fait inconsciemment.

Bref, encore un très beau roman de Frédérique Deghelt qui m’a été difficile de lâcher avant de savoir le dernier mot.

Je remercie les éditions J’ai Lu !

Petites citations pour la route : « On ne recommence pas sa vie, mais si on le décide, on peut la continuer autrement. »

« Le deuil est un pays qui s’explore à petits pas. »

« Je me suis habitué à écrire tous les jours. C’est presque devenu une addiction. Ça m’apaise. Je ne relis jamais. Je ne sais pas à quoi ça sert. Je le fais. Je mets des pas dans mes mots. J’avance donc. »