Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2015

"Je n'ai pas toujours été un vieux con" d'Alexandre Feraga

je, n'ai, pas, toujours, été, vieux, con, alexandre, feraga, flammarion

Léon Pannec, 73 ans, se retrouve à la maison de repos "Les Primevères" suite à l'incendie de son appartement. Il nous relate sa vie : son enfance (l'impression d'avoir déçu son père, la fameuse médaille de guerre de son grand père, la trahison de sa mère,...) puis son avenir de bandit (sa montée dans le monde des hors la loi, ses années de prison,...) et enfin le quotidien à la maison de retraite (ses amis Jack et Roger, les délires de Mme Camus,...).

Avec une couverture et un titre pareil, on ne peut que se demander ce que ce livre va nous réserver. J'aime beaucoup la tête du petit vieux avec son casque et le titre qui interpelle et pas qu'un peu ! ;)

Vous l'aurez compris, ce Léon Pannec est un sacré personnage. Il en a vécu des choses et nous les raconte par écrit ! Le ton est noir et parfois cynique, tout comme le personnage principal.

Bien évidemment, l'auteur insiste sur l'univers des maisons de retraite. Les stéréotypes sont de mises notamment concernant le personnel, les autres habitants et l'impression d'être dans un hôpital.

Les chapitres s'alternent en fonction de la période dont nous parle Léon : le passé avec les souvenirs puis retour au présent dans la maison de retraite.

Concernant l'auteur, il s'agit d'un jeune trentenaire qui a parfaitement réussit à se mettre dans la peau d'un petit vieux au caractère bien particulier. De plus, il s'agit de son premier roman !

Je dois dire que même si j'ai passé un bon moment avec Léon, je ne suis pas sûre de le garder en mémoire bien longtemps ! Dommage ...

25/03/2015

"Constellation" d'Adrien Bosc

constellation, adrien, bosc, stock

Le 28 octobre 1949, l'avion Constellation s'écrase dans l'archipel des Açores. A son bord, 37 passagers dont le célèbre boxeur et amant d'Edith Piad, Marcel Cerdan. Il n'y aura aucun survivant. L'auteur s'intéresse aux membres de l'équipage, aux passagers et aux possibles causes du crash.

J'avais repéré ce livre lors de la rentrée littéraire, j'avais donc hâte de m'intéresser un peu plus à cette histoire qui remonte maintenant à pas mal d'années.

J'ai aimé le fait que l'auteur s'intéresse à chaque personne présent sur le vol. Bien évidemment il parle de Marcel Cerdan, également de la violoniste Ginette Neveu, mais il prend le temps de dresser le portrait de chaque passager et membre de l'équipage. C'est un bel hommage aux victimes.

On sent donc qu'il y a un véritable travail de recherche et qu'il maitrise son sujet. Malgré tout le style un peu trop journalistique ne m'a pas permis de rentrer totalement dans le récit. Les chapitres courts renforcent cette impression. De plus, l'auteur s'autorise quelques digressions, il s'éloigne donc du récit et part parfois un peu trop loin. Je dois dire que j'ai eu envie de sauter quelques paragraphes, qui n'avaient pour moi, pas lieu d'être. Malgré tout, l'idée de base reste originale.

Néanmoins le livre est assez court (moins de 200 pages), se lit relativement bien et vite.

 

22/03/2015

"L'instant précis où les destins s'entremêlent" d'Angélique Barbérat

 

instant, précis, destins, s'entremêlent, angélique, barbérat, michel lafon

Enfant, Kyle découvre sa mère morte sous les coups de son père. Elle lui avait appris la musique, c'est donc tout naturellement, qu'une fois adulte, il devienne musicien. Il fait partie des F... avec Steve, Jet et Patsi. La célébrité ne l'empêche pas de revoir régulièrement sa sœur Jane, qui tient "La maison" un refuge pour femme battue.
Puis d'un autre côté, nous avons Coryn. La seule fille d'une fratrie de onze mâles, ses parents la marie rapidement à Jack, un homme riche et puissant. Il a tout pour plaire, mais une fois marié, la vie de Coryn devient un enfer : il est violent, elle lui appartient, il contrôle sa vie.
Kyle et Coryn vont se rencontrer dans des circonstances tragiques : Kyle renverse Malcom, le fils de Coryn et Jack. Tout de suite, un lien très fort se tisse entre eux. Même si leurs chemins vont se séparer, ils reviendront automatiquement l'un vers l'autre.

Voici un roman qui m'a été conseillé à plusieurs reprises et qu'il me tardait de découvrir. Je ne regrette pas de l'avoir découvert, bien au contraire.

Ce livre est prenant. Que ce soit l'histoire de Kyle ou celle de Coryn, le lecteur se sent happé par leurs histoires respectives et leur histoire commune.

Vous l'aurez compris, le sujet principal est bien évidemment de mettre en avant un énorme problème de société : la violence conjugale. De manière différente, Kyle et Coryn l'ont subi. J'ai aimé que l'auteure traite ce sujet de différentes façons en donnant voix à la victime, au bourreau ou encore aux spectateurs.

J'ai également beaucoup aimé la relation unique et particulière entre Kyle et Coryn, la façon dont le destin les réunit à chaque fois.

La fin sonne juste et réaliste. J'avais un peu peur du fameux happy end couru d'avance, qui m'aurait gâché un peu mon ressenti de lecture globale, mais finalement ce n'est pas le cas !

Bref un très bon moment de lecture et j'ai hâte de découvrir le dernier roman de l'auteure "Bertrand et Lola" !

15/03/2015

"On ne voyait que le bonheur" de Grégoire Delacourt

voyait, que, bonheur, grégoire, delacourt, jc lattès

Antoine nous raconte sa vie par petits morceaux : son métier d'expert en assurance, sa famille (une mère qui l'abandonne, un père qui a un cancer, deux soeurs jumelles dont l'une morte quand elle était petite et la deuxième qui ne dit qu'un mot sur deux) mais également sa vie d'aujourd'hui (sa femme adultère et ses deux enfants Joséphine et Léon).

Petit à petit, nous nous faisons une idée du personnage d'Antoine. Il se caractérise comme un lâche, quelqu'un qui n'a jamais osé, quelqu'un qui regarde mais qui n'agit pas. Et pourtant, alors que sa vie fout le camp, il va faire quelque chose d'horrible...

Ce livre se découpe en trois parties : la première expose la vie d'Antoine jusqu'à ce fameux choc (je vous laisse découvrir par vous même ce dont il s'agit), la deuxième c'est l'après choc et enfin la troisième partie donne voix à sa fille Joséphine.

Je dois dire qu'après avoir lu ses précédents romans (L'écrivain de la famille, La liste de mes envies, La première chose qu'on regarde) "On ne voyait que le bonheur" est assez différent. Plus noir mais également beaucoup plus psychologique, l'auteur nous entraine vers le côté obscur de l'humain. Il m'a été difficile d'accrocher avec le personnage d'Antoine. Même si on apprend à le connaitre petit à petit par les gestes du quotidien ou par son passé tourmenté, je ne peux cautionner ce qu'il a fait. Du coup, j'ai eu une impression de malaise durant ma lecture. Ce livre ne peut donc vous laisser indifférent et pour cela je tire mon chapeau à l'auteur, qui arrive toujours à nous surprendre, que ce soit de bonnes ou mauvaises façons.

Les chapitres sont courts, l'histoire n'est pas forcément toujours dans l'ordre chronologique, mais on s'y fait relativement vite. J'aime la manière d'écrire de Grégoire Delacourt : une petite touche de poésie avec un langage de tous les jours.

Même si je tais volontairement l'évènement majeur qui va tout remuer dans l'histoire, je peux seulement vous dire que l'auteur aborde des thèmes divers et variés : le sentiment de lâcheté, les liens familiaux, l'hérédité,...

Contente d'avoir découvert le dernier Delacourt, même si pour moi, ce n'est pas son meilleur.

Petite citation pour la route : "J'aimais cet instant très doux. Nous n'avions pas de passé. Pas de futur. Juste l'étourdissement d'un instant de grâce. Qui ne demandait rien. N'attendait rien."

12/03/2015

"La bibliothèque des coeurs cabossés" de Katarina Bivald

 

la bibliothèque des coeurs cabossés.jpg

Sara, libraire en Suède, entretient une correspondance avec Amy, une vieille dame passionnée par les livres et qui vit à Broken Wheel, dans l'Iowa, aux Etats-Unis. Sara vient de perdre son travail, Amy lui propose donc de prendre quelques jours de vacances chez elle. Sara, solitaire, prend son courage à deux mains et traverse l'Atlantique. Mais à son arrivée, elle apprend qu'Amy est décédée. Alors qu'elle pourrait se sentir perdue, la communauté de Broken Wheel va entourer et aider Sara dans son projet d'ouvrir une librairie grâce aux livres d'Amy !

Si ce n'est pas déjà fait, vous allez entendre parler de ce livre, c'est obligé ! Voici un roman feel good, un livre doudou, comme je les aime !

Déjà, nous faisons la connaissance de Sara, jeune libraire qui vient de perdre son travail. C'est une véritable passionnée des livres, elle les dévore et se laisse facilement absorber par l'intrigue, quitte à oublier le monde réel. Vous l'aurez compris, ce livre rend un très bel hommage aux livres et aux métiers qui s'y rapporte (bibliothécaire, libraire, éditeur, auteur...).
J'ai également beaucoup apprécié le fait que l'auteure cite des titres d'ouvrages contemporains tels que La couleur des sentiments ou encore Le cercle de littérature des amateurs d'épluchures de patates. Ce sont des livres que j'ai lu et apprécié, c'est donc très sympa de les retrouver ici.

C'est un livre assez prenant, on n'a aucune envie de le poser et on se retrouve à tourner les pages une à une sans pouvoir s'arrêter. On se prend facilement à apprécier Sara mais également l'étrange communauté des habitants de Broken Wheel.

Ce roman aborde également plein d'autres thèmes comme la ruralité, l'homophobie, le racisme, ... Le tout est traité en toile de fond, ce qui fait que ce roman reste un bon livre détente.

Inutile de dire que pour moi, c'est presque un coup de coeur. J'ai passé un très bon moment aux côté de Sara, mais aussi d'Amy, notamment grâce aux lettres qu'elles a envoyés à Sara, retranscrites à plusieurs endroits dans le livre.

N'oublions pas cette belle couverture qui donne envie d'ouvrir le livre et de s'y plonger !

Je remercie les éditions Denoël !

Editeur : Denoël
Auteur : Katarina Bivald
Traductrice : Carine Bruy
Titre : La bibliothèque des coeurs cabossés
Date de parution : 15 Janvier 2015

16:15 Publié dans Roman Adulte | Lien permanent | Commentaires (6) |