Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte

  • "Dust" de Sonja Delzongle

    dust.JPG

    Hannah est appelée en renfort en Afrique dans une affaire de meurtre qui dure depuis deux ans. La scène de crime se compose du sang de la victime en forme de croix. Pas de cadavre et pas le moindre indice.
    Même si les méthodes de la profileuse semble en dérouter plus d'un, elle va être également appelé à participer à une enquête plus secrète : les meurtres et disparitions d'albinos...

    C'est une avalanche de polars sur le blog en ce moment. En voici un qui détonne car il s'intéresse à des faits peu connus (du moins par moi en tout cas).

    J'ai aimé la double enquête dont s'occupe Hannah. Même s'il semble que l'une se résolve plus vite que l'autre, le lecteur reste subjugué par l'avancée de l'enquête.

    Côté personnage, j'ai aimé la personnalité décalée d'Hannah. On n'a pas forcément l'habitude de ce genre de héroïne et pour une fois cette petite touche d'originalité fait du bien !

    Les faits exposés nous racontent une autre culture (ici l'Afrique) et même si quelques scènes paraissent assez choquantes, j'ai trouvé le thème original et intéressant. Encore un polar où on apprend des choses et c'est vraiment ce que j'apprécie le plus. Je n'avais aucune idée des barbaries réalisées à l'encontre des albinos en Afrique. Après un sentiment de répulsion, j'ai eu envie de me documenter la dessus et après une rapide recherche sur internet, vous pouvez en apprendre plus sur ces pratiques ignobles.

    Bref, un bon polar à découvrir !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Editeur : Denoël
    Auteur : Sonja Delzongle
    Titre : Dust
    Parution : 2 Avril 2015

  • "Leçons d'un tueur" de Saul Black

    leçons, tueur, saul, black, sang d'encre, presses de la cité

    Valérie Hart enquête à corps perdu dans une sale affaire : deux hommes, dont on se sait pratiquement rien, kidnappent, torturent, violent et assassinent des femmes aux quatre coins des Etats-Unis. Alors qu'ils viennent de terminer leur 8e victime, les deux hommes sont surpris par la petite fille de celle ci. Nell arrive à prendre la fuite et parvient à se cacher. Mais la terrible quête des deux hommes est loin d'être finie...

    Voici un livre que j'avais aperçu chez Lavinia et dont le résumé me tentait bien.

    Je dois dire que les meurtres sont assez gores. Les deux hommes agissent selon un rituel bien précis en laissant à chaque fois un objet particulier dans le corps de chaque victime. C'est assez bien décrit donc il est assez aisé de s'imaginer les détails... On s'y croirait !

    Il n'y a pas de temps mort : nous avons l'histoire personnelle mouvementé de Valérie Hart, le conflit avec la nouvelle du service de police : Carla York, les deux assassins que nous suivons dans leur quête, et bien sûr la petite Nell cachée et blessée dans la montagne. L'auteur arrive à nous captiver et à nous passionner pour chaque personnage.

    Plusieurs hypothèses se créent dans la tête du lecteur et je dois avouer que parfois je me suis bien plantée. Mais c'est également ce qui fait la qualité de ce polar.

    J'ai mis pas mal de temps à le lire (plus d'une semaine, ce n'est pas normal pour moi) et pourtant ce livre m'a beaucoup plu. En même temps, il faut dire que c'est un petit pavé, pas loin des 500 pages.

    Bref, un bon polar à découvrir !

  • "Révélée" de Renee Knight

    révélée, renee, knight, fleuve noir, thriller

    Catherine ne dort plus depuis qu'elle a lu un livre qu'un individu a déposé devant chez elle. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce livre raconte un épisode de sa vie passée dont elle n'a parlé à personne, pas même à son mari, ni à son fils Nick. Qui peut bien lui en vouloir ? Son terrible secret va-t-il être révélé ?

    J'avais croisé ce livre chez plusieurs bloggeuses et son résumé succinct m'a interpellé lorsque je l'ai vu en librairie. Hop, il n'en fallait pas plus pour me donner envie de le lire !

    Tout commence avec un livre intitulé "Un parfait inconnu" que Catherine reçoit chez elle. Au fur et à mesure de sa lecture, elle se rend compte que les faits décrits correspondent à un évènement de son passé qu'elle aurait préféré oublier. Surtout qu'elle n'en a parlé à personne. Du coup elle angoisse à l'idée que son mari ou que son fils l'apprennent. Après la peur, Catherine décide donc d'enquêter sur le fameux auteur du livre...
    Le début m'a tout de suite plu. Déjà l'idée qu'un livre puisse provoquer une telle panique chez une personne m'intrigue au plus au point. Comme quoi les mots peuvent se révéler être une arme efficace...

    Puis j'ai aimé que l'on ne sache pas tout de suite la teneur du livre. On sent qu'il s'est passé quelque chose de grave. On devine rapidement les personnes que cela pourrait toucher, mais le non-dit reste présent pendant un bon moment. Le lecteur essaye donc de deviner de quoi il s'agit et lorsque l'on est quasi sûr de soi, l'auteur arrive à nous surprendre par la révélation finale.
    Pour moi, un bon thriller doit me surprendre et ici c'est exactement le cas ! L'auteur réussit à nous emmener là où elle voulait et je me suis laissée berner comme une bleue ! Et franchement j'ai adoré ça !

    Concernant le style, il y a plusieurs narrateurs : tout d'abord Catherine, puis l'auteur du livre (dont on ne connait pas l'identité pendant un certain temps) et ensuite le mari de Catherine, Robert. Le fait d'avoir divers narrateurs permet de faire durer le suspense, tout en nous donnant plusieurs points de vue.

    On peut aussi noter un réel effort des éditions Fleuve Noir pour la couverture : titre en relief, découpage de la couverture et la présence de rabats. Forcément tout ce packaging attire l'oeil surtout lorsqu'il est bien présenté en librairie !

    Bref, j'ai beaucoup aimé l'aspect psychologique de ce thriller ainsi bien évidemment la surprise finale !

  • "Mirage" de Douglas Kennedy

     

    mirage,douglas,kennedy,belfond,masse critique babelio

     

    Robyn, experte-comptable, se rend au Maroc avec son mari, artiste peintre, Paul. Alors qu'ils essayent d'avoir un enfant depuis quelques temps, Robyn découvre que Paul a subit une vasectomie peu de temps auparavant. Après cette découverte, Paul disparait dans de mystérieuses circonstances. Robyn est alors tout de suite soupçonnée. Elle réussit à échapper à la vigilance des policiers et après avoir fouillée les affaire de Paul, elle décide de partir à sa recherche. Elle va, ensuite , aller de révélation en révélation...

    Avoir l'occasion de lire le dernier Douglas Kennedy ne se refuse pas... et pourtant cette fois j'aurais du m'abstenir ... Ayant bien aimé "L'homme qui voulait vivre sa vie" et adoré "La poursuite du bonheur" du même auteur, j'étais contente de découvrir son dernier roman, mais cette fois, la sauce n'a pas pris du tout...

    Tout d'abord, j'ai eu du mal à accrocher aux deux personnages principaux : que ce soit Robyn la narratrice ou son mari Paul. Dès le départ, on sent que quelque chose cloche, que leur relation n'est pas faite pour durer et qu'il y a énormément de non-dit dès le départ. Et puis la révélation de l'opération de Paul et sa mystérieuse disparition, n'ont pas reussit à m'entrainer plus profondément dans le récit. On peut ainsi dire que je suis restée de marbre, du début à la fin...

    J'ai trouvé l'histoire trop alambiquée. Je n'ai pas du tout cru aux diverses tentatives de fuite de Robyn et la manière dont elle arrive (quasiment à chaque fois) à s'en sortir... Je ne dis pas qu'elle n'a rien subit, mais cela me parait trop "gros", trop stéréotypé...

    Même s'il y a plusieurs rebondissements (je ne peux pas le nier), j'ai trouvé le rythme trop lent. Je n'ai pas réussit à être captivée...
    Concernant le style d'écriture, je n'ai pas retrouvé la patte de Douglas Kennedy. Il m'a semblé y avoir aussi pas mal de répétitions (on va le savoir qu'elle est expert comptable...).

    Bref, une déception pour moi... Dommage !

    Je remercie Babelio et les éditions Belfond !

  • "Fille de l'eau" d'Emmi Itäranta

    fille, eau, emmi, itaranta, presses de la cité, masse critique babelio

    La jeune Noria se prépare à devenir maître de thé et prendre ainsi la succession de son père. Dans un monde où l'eau est devenue une denrée rare, Noria apprend que sa famille bénéficie d'une source d'eau cachée dans les montagnes. Elle en devient la gardienne, mais les contrôles de l'armée se durcissent et la culpabilité de garder cette eau pour elle seule devient de plus en plus grande...

    J'avais entendu beaucoup de bien de ce livre via Karine, alors quand je l'ai vu dans la dernière sélection du Masse Critique de Babelio, je n'ai pas pu m'empêcher de le cocher. J'ai eu de la chance et mon choix a été sélectionné !

    J'ai aimé le personnage de Noria. Cette jeune fille a un véritable cas de conscience : dévoiler la source pour en faire profiter le village ou garder cette information secrète comme le veut la tradition ? Plein de facteurs entrent alors en jeu : l'armée qui controle l'eau, les villageois qui n'ont que très peu accès à l'eau, le poids de la tradition que son père lui a appris, ...

    Le lecteur assiste donc aux questionnements et réflexions de Noria tout au long de l'oeuvre. Rébarbatif ? Pas vraiment, mais je dois dire que j'attendais de cette histoire un peu plus d'actions. J'ai trouvé le rythme assez lent. Et pourtant, cela colle parfaitement à l'atmosphère que l'auteur a voulu créer. La cérémonie du thé est très intéressante à découvrir et parfaitement décrite et documentée. Malgré tout je ne suis pas adepte des longues descriptions et ce côté là m'a gênée...

    J'ai aimé la trame de base avec ce message écolo bien mis en avant, à savoir l'importance de l'eau. On n'y pense pas assez au quotidien et on retrouve assez rarement ce thème dans la littérature.

    Côté écriture, l'auteur nous livre un style poétique particulier et propre à l'univers des maîtres de thé.

    En bref, j'ai aimé l'histoire de base mais le rythme lent et le manque d'action m'ont un peu refroidie...

    Je remercie Babelio et les éditions Presses de la Cité !