Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte

  • "Jours parfaits" de Raphael Montes

    jours,parfaits,raphael,montes,1018

    A partir du moment où Téo rencontre Clarice lors d'un barbecue, il devient obsédé par elle. Il commence alors à la suivre et essaye par tous les moyens de faire partie de sa vie. Une seule solution : la kidnapper et lui faire comprendre qu'ils sont fait l'un pour l'autre...

    Je dois dire que pour une fois la couverture a été ma première raison de l'achat de ce livre. Et puis, en lisant le résumé, j'ai tout de suite été attiré par l'histoire.

    Téo est un jeune homme assez spécial. A sa façon de parler et à sa manière d'agir, on sent qu'il n'est pas tout à fait réglo. Il est étudiant en médecine légale, il passe donc son temps avec des cadavres. Il vit avec sa mère handicapée et n'a pas réellement d'affinité avec les autres. Alors quand Clarice semble s’intéresser un peu à lui, il ne pense plus qu'à elle au point de faire des choses folles comme la kidnapper afin de la forcer à l'aimer.

    Voici un roman noir dont l'idée de départ est assez originale. La suite amène le lecteur à poursuivre la lecture car on se demande jusqu'au bout comment va se terminer cette terrible histoire. Je n'en dirais pas plus pour ne pas vous dévoiler les différents rebondissements de l'histoire (et je peux vous dire qu'il y en a !).

    Même si j'ai trouvé quelques petites choses un peu trop exagérées à mon goût, je n'en reste pas moins scotchés par les idées originales de l'auteur. D'ailleurs, j'aurais bien aimé découvrir son premier roman "suicides" mais il n'est pas traduit en français... J'aurais également cru ce roman plus noir mais j'ai trouvé l'explication dans les remerciements de l'auteur.

    Bref, une histoire originale à découvrir !

  • "La fille en rouge" de Kate Hamer

    fille,rouge,kate,hamer,denoël

    Lors d'un festival de conte, Carmel, huit ans disparaît. Ce n'est pas la première fois que cela arrive mais Beth, sa mère, s'en veut énormément et se reporte la faute. Mais ce qu'elle ne sait pas c'est que Carmel est toujours vivante... Fugue ? Kidnapping ? Où est Carmel ? Et avec qui ?

    Le résumé et l'étrange couverture m'a tout de suite attiré vers ce roman !

    Il ne s'agit pas ici d'une simple disparition d'enfant, car le lecteur sait ce que Carmel va faire et subir à partir du moment où elle perd de vue sa mère lors de ce fameux soir. Carmel va faire une étrange rencontre qui va lui déterminer un destin bien précis. A partir de là, le lecteur s'imagine le pire et le fait de vouloir savoir ce que Carmel va faire donne envie de tourner page après page. C'est la partie addictive du roman.

    A côté de cela, le lecteur suit également Beth, la mère. Sa manière de gérer la situation, sa façon particulière d'enquêter et croire qu'elle est responsable de la disparition de sa fille. Je dois avouer que ce sont les chapitres traitant de Carmel qui m'ont le plus intéressé et qui m'a donné envie de lire jusqu'à la fin.

    J'ai un peu moins apprécié le côté surnaturel/mystique même si l'auteur est parvenu à l'immiscer assez bien dans l'histoire globale.

    Bref, j'ai passé un bon moment en compagnie de Beth d'un côté et de Carmel de l'autre. La question finale est : vont-elles finir par se retrouver ? Je vous laisse découvrir tout ça lors de votre lecture ! ;)

    Je remercie les éditions Denoël !

    Titre : La fille en rouge 
    Auteur : Kate Hamer
    Traducteur : Pierre Menard
    Editeur : Denoël
    Parution : 8 septembre 2016

  • "La petite boulangerie du bout du monde" de Jenny Colgan

    petite,boulangerie,bout,monde,jenny,colgan,pocket

    Polly est dans une situation pénible : elle se sépare de son mari Chris et son entreprise est en faillite. Alors au lieu de se laisser abattre Polly va quitter Plymouth pour s'installer sur une petite île. Ainsi, elle va prendre du temps pour se consacrer à une activité qu'elle adore : fabriquer son propre pain. Et pourquoi pas en faire son métier ? Va-t-elle réussir à s'acclimater à cette île sauvage et à ses habitants ?

    Depuis le temps que j'entendais du bien de ce livre, j'ai enfin pris le temps de le découvrir par moi-même !

    Annoncé comme un roman feel-good, je peux vous dire que l'on accompagne Polly dans son changement de vie avec plaisir ! Ce n'est pas un livre que j'ai lu d'une traite, mais j'ai plutôt pris le temps de le lire petit à petit, un peu comme l'on savoure une bonne viennoiserie. Et en effet, il y a de quoi se lécher les babines avec les chouettes recettes de Polly, que l'on retrouve à la fin du livre. De quoi nous tenter ! ;)

    Vous l'aurez compris, c'est un livre gourmand, mais pas que. Polly est une jeune femme qui essaye de se reconstruire après plusieurs échecs consécutifs. Et quoi de mieux qu'une page blanche pour y arriver ?! Ainsi, Polly va y croiser de chouettes personnages comme les marins ou l'apiculteur et aussi quelques ennuis avec sa propriétaire qui n'est autre que la boulangère du village... J'ai aimé faire la connaissance de ces tendres personnages et d'autres ont également retenu mon attention comme Neil le macareux ou sa meilleure amie assez superficielle Kerensa.

    Bref, envie d'une chouette histoire ? Goûter à ce petit roman gourmand ! ;)

  • "L'homme idéal existe. Il est québécois" de Diane Ducret

    l'homme,idéal,existe,québécois,diane,ducret,albin michel

    La narratrice a rencontré le mec idéal : il est québécois. Autant vous dire que même s'il y a une certaine osmose entre eux, il y a également un gros problème de communication... ou plutôt de langage !

    En effet, Diane Ducret nous retranscrit bon nombre d'expressions québécoises qu'on a par moment bien du mal à déchiffrer, un peu comme la narratrice de son roman. Cela provoque alors des situations cocasses et loufoques et le lecteur se surprend alors à sourire à plusieurs reprises.

    Outre l'humour bien présent dans ce livre, l'auteur parvient à décrypter cette histoire d'amour peu banale. En effet, la narratrice décide de sauter dans un avion direction le Canada pour quelques jours afin de donner une chance à cette nouvelle relation.

    Même si je dois dire que j'ai adoré les passages drôles, il y a tout de même quelques paragraphes qui m'ont semblé un peu long ou pas forcément très utile. Bref, il m'a manqué un petit quelque chose pour apprécier ce livre à sa juste valeur.

    Malgré tout, c'est un livre qui se lit très vite et qui pourra vous faire passer un bon moment !

    Petite citation pour la route : "Vivre une vraie histoire d'amour c'est éclater de rire quand tout va de travers et déborde, se rouler dans la neige quand on ne supporte pas le froid, moucher un gamin dans sa manche quand on a peur soi-même d'avoir un gosse, tendre sa main pour rattraper l'autre s'il tombe alors que l'on cherche soi-même son équilibre."

  • "Et je danse, aussi" d'Anne Laure Bondoux et Jean Claude Mourlevat

    et,je,danse,bien,anne laure,bondoux,jean claude,mourlevat,fleuve

    Pierre-Marie Sotto est un célèbre écrivain notamment depuis que son dernier roman a reçu le prix Goncourt. Il est habitué à recevoir du courrier notamment des gens qui lui envoient leurs manuscrits. Un jour, il reçoit une enveloppe d'une Adeline Parmelan, il ne l'ouvre pas et lui envoi un mail pour lui expliquer pourquoi il agit ainsi. Adeline lui répond et commence alors une étrange correspondance entre ces deux personnes qui ne se connaissent pas mais qui ont cette enveloppe en commun.

    Il me tardait de découvrir ce roman écrit par deux auteurs jeunesses que j'apprécie tout particulièrement. J'avais hâte de les voir agir dans le monde de la littérature contemporaine à destination des adultes cette fois.

    Nous faisons la connaissance de deux personnages que tout opposent mais qui finalement vont apprendre à se connaître l'un l'autre à travers un échange de plusieurs mails. Petit à petit, on comprend qu'un lien les unit et que la fameuse enveloppe y est pour quelque chose. Le lecteur est curieux et a envie que l'écrivain Pierre Marie Sotto l'ouvre, mais on comprend assez vite pourquoi il ne le fait pas et j'ai respecté ce choix. Alors forcément, on se demande quel est ce lien et on s'imagine plusieurs scénarios. On le vit presque comme une énigme policière. J'ai aimé le suspense que nous livre les deux auteurs. Cela permet de nous tenir en haleine jusqu'au bout.

    J'ai également apprécié la complicité qui se forme entre les deux personnages. On apprend à les connaître en même temps qu'eux. Et on s'y attache assez vite.

    Le style épistolaire me plait beaucoup et le fait que tout cela se fasse par mail retranscrit bien l'histoire dans notre époque actuelle.

    Bref, un bon roman feel good !