23/11/2014

"Les suprêmes" d'Edward Kelsey Moore

suprêmes, edward, kelsey, moore, actes sud

Ici, les Suprêmes ce ne sont pas le célèbre groupe de chanteuses des années 70, mais plutôt trois amies : Odette, Clarice et Barbara Jean ! Elles se retrouvent avec leurs maris respectifs, au restaurant de Big Earl, chaque dimanche, pour se confier et s'évader du quotidien !

L'auteur nous expose trois amies, trois afro-américaines, trois femmes au caractère marqué et pourtant si différentes les une des autres !
Nous avons tout d'abord Odette né dans un sycomore qui a la particularité de voir et de parler aux personnes décédées. Ainsi, elle parle régulièrement à sa mère sans pour autant le dévoiler aux vivants. Malheureusement, Odette va devoir faire face à une terrible nouvelle : le cancer !
Puis nous rencontrons Clarice, une ancienne star du piano, qui a tout abandonné pour fonder une famille avec Richmond, un ancien athlète, qui ne cesse de la tromper à tout va !
Puis enfin, nous faisons connaissance avec la sublime Barbara Jean, qui cache ses malheurs dans l'alcool ..

Au fur et à mesure de la lecture, nous apprenons à connaître ces trois quinquas qui ont eu une vie mouvementée : la ségrégation raciale, la maladie, la mort, ... Chaque personnage a le droit a son quart d'heure et petit à petit, des révélations sont faites !
C'est un chouette roman où l'amitié prend une grande place. En effet, ces trois femmes s'entraident à chaque étape de la vie, que ce soit de bonnes ou de mauvaises nouvelles. On a envie de les avoir proche de soi, malgré leurs petits défauts.

Impossible pour moi de préférer l'une ou l'autre, étant donné qu'elles sont décrites avec leurs qualités et leurs défauts. C'est ce côté humain qui ressort et qui je pense a été privilégié par l'auteur.

Malheureusement, ce n'est pas un coup de cœur pour moi. J'ai mis plus d'une semaine à le lire et ce n'est pas mon genre de tarder sur un livre. Même si les thèmes sont intéressants, j'ai l'impression que je vais très vite oublier l'histoire d'Odette, Clarice et Barbara Jean... Heureusement, il y a d'autres avis que le mien pour vous donner envie, n'est-ce-pas Karine ? ;)

Bref, un roman sympa mais dont je ne retiendrais pas grand chose...

20/11/2014

"Trente-six chandelles" de Marie-Sabine Roger

trente six chandelles.JPG

Mortimer Decime se prépare à mourir le 15 février à 11h pile, le jour de son anniversaire. Il le sait car chaque homme de sa famille est mort le jour de leur 36 ans à onze heure du matin.
Le problème c'est qu'aujourd'hui Mortimer n'est pas mort. Alors il cherche à comprendre pourquoi avec ses deux amis Paquita et Nassardine.

J'avais adoré "Vivement l'avenir" de Marie Sabine Roger et je n'ai entendu que du biens de ses autres romans. Alors quand j'ai eu l'occasion de lire son dernier livre grâce aux matchs littéraires de Price Minister, je n'ai pas pu m'empêcher de le choisir !

Marie-Sabine Roger nous emmène ici dans une drôle d'histoire. Celle de Mortimer qui est persuadé de mourir le jour de ses trente-six ans, comme le reste de ses aïeuls avant lui. Mais lorsqu'il s'aperçoit qu'il est toujours vivant après l'heure fatidique, il cherche à comprendre pourquoi. Il en parlera pour la première fois à ses deux amis : Paquita et Nassardine. Ceux ci s'aiment depuis toujours et possèdent un camion à crêpes !

J'adore la façon dont l'auteure façonne ses personnages. Autant ici, Mortimer est le narrateur et nous apprenons à la connaître et il nous devient vite sympathique. Autant, les personnages secondaires prennent également une importance pour la lecture. Ainsi, j'ai adoré la fameuse Paquita et son charme fou, et son mari Nassardine qui essaye en vain de retrouver le vrai goût du kawa !

Petit à petit, Mortimer nous raconte l'histoire de ses ancêtres et de cette étrange tradition morbide. Comme Mortimer, le lecteur ne peut s'empêcher d'essayer de trouver une explication au fait qu'il n'est pas encore passer l'arme à gauche. Plusieurs hypothèses sont données et nous avons l'impression d'être dans une enquête à la recherche d'indice.

Concernant le style de l'auteure, j'ai adoré ses divers jeux de mots sur la mort, notamment avec l'utilisation du prénom et du nom du narrateur. Plusieurs petites phrases bien trouvées finissent avec délices les différents chapitres. Cet univers morbide revisités à la sauce humour noir m'a rappelé l'excellent titre "Le magasin des suicides" de Jean Teulé !

Je peux également vous dire que c'est un livre qui se dévore à une vitesse folle et qu'il serait dommage de ne pas le déguster petit à petit, pour apprécier le charme de l'écriture de Marie-Sabine Roger !

Un thème original, une lecture plaisante, bref un excellent roman de Marie-Sabine Roger, qui mérite bien un grand 4/5 !

Petites citations pour la route : "Les secrets de famille sont de noires araignées qui tissent autour de nous une toile collante. Plus le temps passe, plus on est ligoté, bâillonné, serré dans une gangue. Incapable de bouger, de parler. D'exister."

"Tourner la page ne sert pas à grand-chose, quand c'est le livre entier que l'on voudrait changer."

Lu dans le cadre des matchs littéraire de Price Minister ! Je remercie donc Oliver de Price Minister !

16/11/2014

"A mains nues" de Paola Barbato

mains, nues, paola, barbato, denoël, thriller, sueurs, froides

Davide est un jeune homme de 16 ans. Il se fait kidnappé par des hommes et se retrouve dans un camion. Là, un homme l'attaque. Pour sauver sa peau et après une lutte acharnée, Davide le tue. Il est ensuite conduit dans une cave avec d'autres prisonniers. Il comprendra rapidement ce qu'on attend de lui : combattre et tuer l'adversaire, avant que celui ci ne le tue !

Après avoir lu le résumé, je ne pouvais que foncer sur cette histoire noire et violente ! Grand bien me fasse puisque j'ai complètement dévoré ce livre !

Nous assistons au kidnapping de Davide, ce jeune garçon de 16 ans qui avait la vie devant lui. Ses parents sont riches, il a une belle bande de copain et il est plutôt beau gosse. Mais un soir, il va voir sa vie chamboulée du tout au tout. Il est enlevé et devra tuer pour survivre. Et ce n'est que son premier meurtre ! Lorsqu'il arrive dans la cave, il comprend petit à petit ce qu'on attend de lui : combattre, se donner en spectacle et surtout survivre ou mourrir !

Ce jeune garçon va devoir faire des choix : se laisser abattre pour en finir avec tout ça ou au contraire devenir un assassin pour rester en vie ? La question n'est pas facile et demande énormément de reflexion. Je dois dire que le lecteur est obligé de se la poser : que ferions nous si nous étions à la place de Davide ?
Il est également question d'humanité. En effet, peut-on tuer et rester humain ? Naît-on assassin ? De véritables questions de philo, me direz-vous ! Eh oui, mais tout cela se retrouve dans l'histoire de Davide, que nous voyons évoluer au cours de ses combats et au fil des jours.

Vous l'aurez compris, ce livre est rempli de noirceur mais également de violences. C'est ce côté qui pourra faire peur à certains. L'auteure ne veut pas choquer (même si quelques scènes sont décrites avec pas mal de détails) mais elle réussit néanmoins à marquer les esprits !

L'écriture et le style de l'auteure est très fluide. C'est comme si nous nous retrouvions avec Davide, à ses côtés, à devoir lutter mais également à cogiter encore et encore ! Le fait que Paola Barbato soit scénariste pour la télévision, fait que son roman soit agréable à lire et nous emporte dès la première ligne !

Concernant la fin, je dois dire que je ne l'ai pas vu venir. Et j'avoue avoir relu les deux dernières pages plusieurs fois pour être sûre de ne pas me tromper (et j'aurais préféré !). J'aime quand l'auteur me surprend et là je dois dire qu'elle y est très bien parvenue !

Bref, un thriller que vous aurez du mal à lâcher ! Âme sensible s'abstenir !

Je remercie les éditions Denoël !

Petites citations pour la route : "Tout avait changé. Pour toujours. Il avait tué un homme."

"Mais l'enfance n'était plus, elle était partie pour toujours. Il avait connu le désespoir, l'angoisse, la peur et enfin l'instinct. La vie, la survie."

12/11/2014

"L'amour et les forêts" d'Eric Reinhardt

amour, forêts, eric, reinhardt, gallimard

Le narreteur est écrivain. Il rencontrera une de ses fans (chose qu'il fait rarement) Bénédicte Ombredanne. En deux rendez-vous et quelques correspondances, Bénédicte se livre sur sa vie, son quotidien et sa réalité. Elle est victime d'harcèlement par son mari. Il la surveille, l'humilie devant ses deux enfants. Petit à petit elle ne se sent plus libre. Et pourtant, elle va agir à sa façon : rencontrer l'écrivain dont les romans lui ont fait du bien, ou encore se prendre un amant pour une seule et unique fois.

Voici un des romans de la rentrée littéraire qui m'avait interpellé et que je m'étais promis de lire. J'avais écouté et vu le passage d'Eric Reinhardt à l'émission La Grande Librairie sur France 5 et cela m'avait encore plus donné envie de le lire.

Le thème du harcèlement conjugal est au cœur de ce roman, même si d'autres thèmes viennent s'y greffer : la passion de la lecture et de l'écriture (notamment par la rencontre entre le narrateur écrivain et Bénédicte) ou encore la liberté de ses choix ou plus globalement de sa vie.
J'ai aimé la manière dont l'auteur nous parle du problème de Jean-François, le mari de Bénédicte. Le harcèlement du mari envers sa femme se fait progressivement. La tension (comme les révélations) montent crescendo, pour en arriver à une fin où tout être humain qui se respecte, finit par haïr ce Jean François.

J'ai aimé le personnage de Bénédicte, sa façon de vouloir se prouver qu'elle est encore vivante en faisant des choses interdites par son mari : elle rencontre l'écrivain en cachette et se prendra un amant Christian avec pour but de ne se voir qu'une seule et unique fois.

Concernant le style de l'auteur, j'ai trouvé certains passages assez longs. Des paragraphes entiers qui pourrait très bien se résumer en une ou deux phrases. A contrario, il y a des moments forts qui m'ont transportés. Malheureusement, ils sont plutôt rares comparés aux longueurs trop présentes à mon goût.
J'ai aimé la deuxième partie du livre où l'auteur s'intéresse à ce qu'est devenu Bénédicte après une longue période sans nouvelles. Mais je n'en dirais pas plus pour garder un peu de suspense ! ;)

Bref, une lecture intéressante malgré quelques longueurs...

09/11/2014

"Fils unique" de Jack Ketchum

fils, unique, jack, ketchum, bragelonne

Lydia Danse est marié à Arthur et ils ont eu ensemble un petit garçon Robert. Tout semble parfait mais le Mal est présent au sein de leur foyer. Son mari ne semble pas être l'homme parfait qu'elle imaginait. Petit à petit, la vie de Lydia et celle de Robert, vont devenir un véritable enfer. Lydia va donc prendre le taureau par les cornes et se battre pour être enfin libre !

Après avoir adoré "Une fille comme les autres" du même auteur, il me tardait de découvrir ses autres romans. Malheureusement, il n'est pas beaucoup traduit en français (3 romans à ma connaissance) et c'est vraiment dommage ! Une de mes collègues m'a prêté ce titre et il est restait dans ma PAL trop longtemps à mon goût  !

Avec Jack Ketchum, il est de bon ton de s'accrocher pendant sa lecture. Cet auteur a la particularité de faire monter la pression crescendo, de laisser une belle part de suspense et de nous livrer des moments chocs dont on se souvient longtemps après avoir refermé le livre.

Ici, l'auteur nous plonge au sein d'un foyer tout ce qu'il y a de plus ordinaire mais qui en réalité cache beaucoup de choses. Lydia va accuser son mari Arthur d'agressions sexuelles sur leur fils Robert. Le lecteur apprendra à connaitre Lydia et Arthur, bien avant qu'ils forment un couple. Certains épisodes  de leur vie commune nous sont alors livrés pour nous donner une image bien précise des personnages. Petit à petit, le lecteur se fait sa propre opinion : on va s'attacher à certains personnages et en haïr d'autres.

L'auteur s'attaque également au domaine de la justice. Les juges, les avocats, le système judiciaire américain entier en prend pour son grade, notamment lorsque nous sommes derrière le livre et que nous suivons l'affaire du début jusqu'à la fin.

Ici, pas de scènes ultra choquantes comme j'ai pu lire dans "une fille comme les autres", mais néanmoins l'auteur arrive par quelques mots ou passages à nous glacer d'effroi. Mais impossible pour autant de lâcher le livre, avant de savoir le fin mot de l'histoire, avant de comprendre le pourquoi du comment.

C'est mon deuxième livre de Jack Ketchum et je dois dire qu'il se place dans mon classement des auteurs préférés en polar. C'est aussi parce qu'il s'inspire de faits réels que ses livres me touchent véritablement. D'ailleurs, l'auteur nous explique à la fin ses recherches dans une postface.

Bref, si vous n'êtes pas une âme sensible et que vous aimez le suspense, ce livre devrait vous plaire ! ;)