27/07/2014

"Qui ?" de Jacques Expert

qui, jacques, expert, sonatine

Il y a 19 ans, la petite Laetitia a été violée et retrouvée morte dans un petit bois. L'assassin est forcément un habitant de la résidence où vivaient Laetitia et ses parents. Mais il n'a jamais été arrêté.
Aujourd'hui, une émission de télévision revient sur cette affaire et quatre suspects de l'époque sont en train de la regarder. Le meurtrier va-t-il enfin se dénoncer ? Et surtout va-t-on connaitre son identité ?

Ce roman policier commence fort car le premier chapitre donne la voix au meutrier de la petite Laetitia. Le lecteur fait connaissance avec lui en quelques pages et cela permet pour déjà retenir quelques éléments. On ne sait pas son nom, ni son prénom, on sait juste qu'il a une femme, deux enfants dont un garçon et une fille et qu'il aime jardiner.
Puis, nous faisons la connaissance de quatre hommes : Antoine Vasseur, Hervé Lemoual, Eric Bidault et Simon Doussaint. Ils ont tous été suspectés, mais parmi eux se trouve le vrai assassin.
C'est ensuite au lecteur de chercher via le premier chapitre, des indices tout au long de la lecture,pour trouver l'assassin parmi ces quatres hommes. Ce qui n'est pas forcément évident car l'auteur arrive à nous faire tourner en rond. Il nous persuade d'une chose pour ensuite apporter un élément nouveau et contradictoire avec nos théories.

Avec ce livre, le lecteur se sent vraiment à la place de l'enquêteur. Au fur et à mesure de la lecture, les théories se forment et se déforment. On cherche, on relit et les page se tournent d'elles-mêmes. L'auteur nous balade et nous emmène là où il veut. C'est à la toute fin que nous apprenons le coupable, que nous réalisons qu'on le tenait ou que l'on s'est fait berner depuis le début.

Les chapitres sont très court et reprennent le timming de l'émission. A 22h51, le narrateur est le tueur, à 22h52 c'est celui de sa femme et à 22h54 c'est l'un des quatre hommes, et ainsi de suite. Le lecteur a alors l'impression d'assister à l'émission en même temps que les personnages.
Le fait que les chapitres s'égrainent de minutes en minutes pourrait donner une impression de lenteur dans le récit. Pourtant je n'ai pas eu cette impression étant donné que j'étais concentrée sur "mon" enquête.

Je dis un grand chapeau à l'auteur qui a réussit à construire une histoire au détail près et qui arrive à faire participer le lecteur du début à la fin.

Bref, un polar à découvrir !

16:14 Publié dans Roman Adulte | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : qui, jacques, expert, sonatine |

23/07/2014

"La dernière valse de Mathilda" de Tamara McKinley

la dernière valse de mathilda.JPG

Jenny vient de vivre une tragédie : elle a perdu son mari et son fils dans un accident de voiture. Avant de mourir son mari lui avait fait une surprise de taille : acheter une propriété d'élevage de moutons au fin fond de l'Australie. Elle en hérite et se demande ce qu'elle doit en faire. Pour prendre sa décision, elle décide de se rendre sur les lieux. D'étranges rumeurs circulent sur Churinga. Là-bas, Jenny va découvrir les journaux intimes de Mathilda, l'ancienne propriétaire des lieux. Mathilda a vécu plein de choses et Jenny va tout de suite se sentir très proche de cette femme au caractère assez fort.

Les copines bloggeuses m'avaient énormément parlé de cette auteure et de l'ambiance qui découlent de ces bouquins, il me tardait donc de découvrir tout ça. J'ai profité d'une lecture commune pour sortir ce petit pavé de ma PAL !

Ce livre se déroule sur deux époques : celle de Jenny et celle de Mathilda. Grâce au prologue, nous découvrons tout d'abord le personnage de Mathilda à l'âge de quatorze ans. Sa mère vient de mourir, celle ci lui a laissé le domaine et son père Melvyn enrage de ne pouvoir revendre ces terres. Un épisode tragique va se déroulait et déterminera la personnalité de Mathilda : une femme qui ne se laissera plus jamais marché sur les pieds, une femme forte et déterminée pour sauver son domaine : Churinga !
Puis nous faisons la connaissance de Jenny qui se retrouve propriétaire d'une station d'élevage de moutons dont elle ne connait rien du tout. Elle se demande pour quelles raisons son mari lui a légué ceci. Heureusement, sur place, elle fera la connaissance de Brett qui gère la station au quotidien. Il lui fera découvrir Churinga à sa manière et lui apprendra à aimer ce lieux si particulier.

A côté de ça, Jenny va trouver les journaux intimes de Mathilda et à travers sa lecture, nous fera découvrir la vie passionnante mais dure de Mathilda. J'ai adoré ces flash-backs, j'ai aimé me retrouver avec Jenny à certains moments et repartir avec Mathilda dans d'autres.

J'ai passé un agréable moment à découvrir l'univers et l'ambiance si particulière que souhaite nous transmettre l'auteure Tamara McKinley. On sent que la vie n'est pas facile : les conditions climatiques, la guerre qui approche, les rumeurs qui circulent, ... mais j'ai adoré la descriptions des lieux, j'avais l'impression d'y être !

Concernant l'histoire en elle-même, je me suis doutée dès le départ d'un lien qui pourrait exister entre Jenny et Mathilda même si je ne voyais pas lequel. J'ai du coup été bluffé par le dénouement au point de dire plusieurs fois "C'est pas vrai !" à voie haute ! J'aime être surprise et pour le coup c'est le cas ici ! Je comprends à présent l'engouement pour cette saga australienne et je ne peux que vous la recommander !

Bref, j'ai passé un très bon moment avec Jenny et Mathilda dans ce bush australien !

18/07/2014

"Rue du bonheur" d'Anna Fredriksson

rue, bonheur, anna, fredriksson, denoël

Johanna est mère célibataire de deux ados : Agnès et Sara. Son ex-mari Calle est parti refaire sa vie en plus grand à Stockhlom. Johanna galère entre le centre de désintox où elle travaille, le fait que Sara soit devenue le souffre douleur de l'école et pour couronner le tout, Calle décide de réduire la pension alimentaire. Mais un jour, Johanna gagne à la loterie. Et à partir de ce jour, tout va basculer...

J'ai d'abord été attiré par cette très belle couverture colorée et par ce titre qui évoque le bonheur. Ensuite le résumé m'a convaincu et pour finir j'ai adoré ce roman !

Alors oui l'histoire fait forcément penser au livre "La liste de mes envies" de Grégoire Delacourt, notamment par le fait que l'héroïne qui galère pas mal dans la vie se retrouve du jour au lendemain à la tête d'une petite fortune. Les mêmes questions se posent : Que faire ? Le dire ou se taire ? Profiter ou épargner ?

Mais au final, ce roman se rapproche plus des livres de Katherine Pancol, puisque nous rentrons dans le quotidien de Johanna, de Sara, d'Agnès, de Calle et de Fanny (la petite amie de Calle). On y rencontre leurs vies, leurs gestes et leurs pensées. On parcourt le livre comme on se baladerait à leur côté.

J'ai par dessus tout aimer la personnalité des personnages. Et même si Johanna prend une grande part dans ce livre, je me suis davantage intéressée à Calle. Un véritable abruti au départ avec ses goûts de luxe, j'ai appris à le connaitre et à comprendre parfois ses réactions. Même si les filles Sara et Agnès semblent un peu plus en retrait, elles apportent un sacré intérêt à l'histoire. Et enfin, Fanny m'a également surprise dans le rôle de belle-mère. Je la croyais belle et pimbêche et je me retrouve à découvrir une jeune femme intelligente et sensible, qui essaye de faire de son mieux pour tout le monde.
D'ailleurs le roman est divisé en 3 parties bien distinctes, ce qui permet d'approfondir la connaissance du lecteur avec les personnages principaux : Johanna, Calle et Fanny.

Vous l'aurez compris, voici un très bon roman contemporain que l'on prend plaisir à lire du début à la fin ! Idéal pour les vacances !

Le petit + : Pour feuilleter les premières pages, c'est par ici !

Je remercie les éditions Denoël pour la découverte !

Titre : Rue du bonheur
Auteur : Anna Fredriksson
Traductrice : Carine Bruy
Editeur : Denoël

Date de publication : 13 mai 2014

15/07/2014

"La vie commence à 20h10" de Thomas Raphaël

 

vie,commence,20h10,thomas,raphaël,j'ai lu

 

La trentaine, Sophie subit pas mal de pression auprès de sa mère et de son compagnon Marc pour finir sa thèse. Mais Sophie est un peu blasée de voir que son bouquin n'a pas été retenu par les éditeurs. Un soir, en regardant un épisode de "La vie la vraie", Marc lui demande d'écrire une lettre pour s'indigner de la qualité médiocre des scénarios et plus globalement de l'histoire des personnages. Quelques jours plus tard, Sophie reçoit une lettre la convoquant à Paris au siège de la chaine. Elle s'y rend un peu par hasard et là on lui propose un job de coordinatrice, avec en bonus l'occasion de voir son roman édité ! Une occasion comme ça ne se refuse pas et Sophie va voir sa vie chambouler à jamais.

J'avais vu ce livre passer sur plusieurs blogs et il me tentait depuis un moment. Il faut dire qu'il est aussi resté un bout de temps dans ma PAL ! Alors comme Laety avait l'intention de le lire aussi, nous avons prévu une petite lecture commune sur ce titre ! :)

Je dois dire que j'avais un petit apriori sur ce livre : je pensais avoir quelque chose de léger sans forcément avoir besoin de réfléchir, un peu dans le genre des livres chick lit. Il faut noter aussi que la couverture signée Margaux Motin, nous encourage dans ce sens. Et là, je commence le bouquin, j'avale une cinquantaine de pages et je suis bluffée. Pourquoi ? Tout d'abord je suis étonnée, car je m'attendais vraiment à autre chose. Et pourtant j'en ressors complètement ravie. J'ai passé un très bon moment avec ce petit pavé de 500 pages (en poche) qui m'a fait apprendre plein de choses !

Et oui, parce que ce roman n'est pas aussi léger que la couverture et le résumé voudrait nous le faire croire ! Vous avez envie de vous glisser dans les coulisses d'une série tv ? D'aller au coeur des trente six milles métiers qui cogitent derrière nos petits écrans ? Et bien, ne cherchez plus, ce livre est fait pour vous !
Et oui, on apprend plein de trucs sur les auteurs, sur les différentes étapes d'un scénario, sur les castings des personnages, sur la diffusion également... bref, vous allez être plongé au coeur de la série "La vie la vraie" (qui ne peut que faire penser à "Plus belle la vie").

J'ai aimé le côté naïf de Sophie, personnage principal qui débarque dans un milieu qu'elle ne connait pas et qui va apprendre sur le tas (un peu comme le lecteur d'ailleurs).
En découvrant le personnage de la chef des chefs, Joyce Verneuil, on ne peut qu'immédiatement faire le lien avec "Le diable s'habille en prada", mais ici pas question de mode, mais plutôt d'audience télévisuelle.

Bon et pour finir, le petit plus qui n'est pas négligeable, c'est que ce bouquin est écrit par un homme, qui a réussit à se mettre à la place d'une femme sans problème. Et il est scénariste également, ce qui apporte la petite touche d'authenticité au récit.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai passé un très bon moment avec ce livre et je vous invite à faire de même ! ;)

L'avis de Laety !

Petites citations pour la route : "Joyce et ses amis : la télévision, l'édition, la radio, le cinéma, c'était eux, c'était les mêmes, ils tenaient le système. Tout se décidait à Paris, loin de moi, et pour eux je n'étais rien."

"Raconter une histoire, c'est parler à l'âme humaine. L'âme humaine il n'y en a qu'une, et elle ne change jamais."

"Et si les choses s'étaient passées autrement? Et si j'avais été différente ? Tout ça, on s'en fout. C'est vrai, à quoi ça sert de se poser des questions si les réponses n'existent pas ? La seule question qui compte, c'est : voilà qui je suis, maintenant j'en fais quoi ?"

09/07/2014

"Lésions dangereuses" de Christian Jungersen

 

lésions,dangereuses,christian,jungersen,denoël,suspense

Mia est mariée à Frederik et ils ont ensemble un fils adolescent Niklas. Frederik est un homme instable avec des tendances adultères. Mais il y a environ deux ans, il a changé du tout au tout, a arrêté ses bêtises et depuis ce temps se montre particulièrement proche de sa famille. Mais lors de leurs vacances d'été, ils ont un accident de voiture et Frederik est particulièrement touché. A l'hôpital, les médecins découvrent une tumeur au cerveau. Ce qui expliquerai son changement d'attitude, ses sautes d'humeurs ou son comportement étrange. Mia va petit à petit voir son mari changer et va se rappeler les bons moments et se plonger dans ses souvenirs. Mais va-t-il redevenir comme avant ?

Voici mon premier partenariat avec les éditions Denoël. Parmi leurs nouveautés, j'ai repéré ce titre classé en suspense et je m'attendais à avoir un thriller psychologique car on présente Frederik comme devenant un véritable monstre à cause de sa maladie. Et pourtant, je me suis trompée car ce livre est bien un roman psychologique mais pas de meurtres ou de choses particulièrement glauques que l'on pourrait retrouver dans un thriller ou un polar. Cela ne veut pas dire que je n'ai pas apprécié ce roman.

Ici, la narratrice est Mia, la femme de Frederik. Elle nous présente sa famille et plus particulièrement son mari qu'elle a vu changé maintes et maintes fois. Il est passé d'un homme adultère à un époux attentionné avant de devenir par moment complètement passif et à d'autres moments surexité. Pas facile de vivre quotidiennement avec un être instable et malade. Une grande partie du roman est basée sur le quotidien des proches de malades neurologiques. Mia se rapproche alors d'un groupe de soutien, se penche sur des articles neurophilosophiques pour tenter de comprendre la maladie.

Une autre partie du roman est consacrée à une histoire d'escroquerie. Car Frederik s'occupait d'une école avant sa maladie et il aurait détourné des millions d'argent. A qui la faute ? Frederik était-il pleinement conscient des faits ? Ou la maladie a-t-elle joué un rôle déterminant dans cette histoire ? Encore un choc pour Mia et sa famille. A la maladie s'ajoute les problèmes financiers et avec la justice.

Et enfin le roman se penche sur les souvenirs de Mia et parfois ses rêves. Par moment, j'ai eu un peu de mal à savoir détecter le réel de la fiction. Le personnage de Mia évolue énormément durant cette période. On pourrait la croire atteinte des mêmes maux que son mari, la croire par moment complètement paranoïaque ou au contraire extrêmement lucide.

Vous l'aurez compris, ce petit pavé d'environ 470 pages se lit de plusieurs manières. Et même si je ne m'attendais pas à ce genre de roman, je n'ai pas été déçue par cette histoire. J'ai appris pas mal de choses sur les maladies neurologiques et j'ai parfois eu de réelles prises de consciences.
Ce livre nous fait réfléchir et nous questionne : Qu'est-ce qu'on ferait à la place de Mia ? On reste ? On fuit ? Faut-il sacrifier sa vie pour se consacrer à son conjoint malade ? Impossible de rester indemne face à ce roman.
Au niveau du style, j'ai trouvé certains passages un peu longuet, avec par moment quelques répétitions.

Bref, une lecture qui pourrait paraître assez complexe quant au sujet exploité mais qui reste au final un moment agréable et instructif.

Je remercie les éditions Denoël.

Le petit + : Pour feuilleter les premières pages du livre, c'est ici !

Petite citation pour la route : "Il y a quelques mois de cela, j'ignorais qu'il existait un monde secret dans lequel des milliers de famille abritaient en leur sein une personne souffrant d'une maladie du cerveau. Je pense aux gens bornés avec qui j'ai pu me disputer dans les supermarchés ou qui se mettaient en colère sans raison au milieu de la rue, des imbéciles qui se mettaient à proférer des âneries pendant une réunion. Je réalise tout à coup que certains d'entre eux souffraient peut-être d'une pathologie mentale, et qu'ils étaient aimés par leurs proches qui, comme moi, allaient rejoindre des groupes de soutien pour tenir le coup." 

Titre : Lésions Dangereuses
Auteur : Christian Jungersen
Traducteur : Caroline Berg
Date de publication : 13 mai 2014.