Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte - Page 3

  • "Lux" de Maud Mayeras

    lux,maud,mayeras,pocket

    2016, Antoine Harelde revient à Ceduna, une petite ville australienne pour assouvir une vengeance personnelle. Il y a vingt ans, il y a passé un été qui a changé sa vie à tout jamais. Aujourd'hui, il revient plus déterminé que jamais, mais l'apocalypse n'est pas loin et pourrait tout changer ...

    J'avais entendu beaucoup de bien de ce roman, alors quand je l'ai trouvé d'occasion, je n'ai pas hésité une seule seconde. Et pourtant, cette fois, j'aurais mieux fait de m'abstenir car la magie n'a pas opéré sur moi...

    Tout d'abord, sur la couverture, il est indiqué "thriller" mais je ne trouve pas que ce soit réellement le cas. J'aurais plutôt classer ce livre dans la catégorie "roman noir". Du coup, je m'attendais totalement à autre chose et je pense que ma lecture s'en est ressenti...

    Le début m'a plu. Il s'agit d'une vengeance murement réfléchie. En effet, le personnage d'Antoine a passé vingt année à préparer sa vengeance. Je ne dirais rien en ce qui concerne les faits de 1996, qui ont engendré cette fameuse vengeance, mais c'est le point de départ de toute cette histoire. S'en suit une série d'évènements qui ne m'ont pas paru très crédibles...

    Concernant les personnages, ils sont assez bien travaillés. Malgré tout, leur côté dérangeant, voire complètement cinglés, m'ont un peu déstabilisé et je pense que cela a contribué à ma déception. Impossible pour moi de compatir un minimum ou d'essayer de comprendre leurs gestes ou leurs choix.

    Malgré tout, l'auteure parvient très bien à nous planter les divers décors de cette histoire. Je peux alors comprendre que certains lecteurs ont été transporté par cette lecture, malheureusement pour moi, ce ne fut pas le cas. Je suis restée en retrait de la moitié jusqu'à la fin.

    Enfin, c'est un roman assez court, qui se lit rapidement. J'aurais peut-être plus de chance avec les autres romans de Maud Mayeras, comme "Reflex" ou "Hématomes".

    Bref, une petite déception pour moi !

    Petite citation pour la route : "Promettre demeure le mensonge le plus commode qui soit. Promettre ne met rien en péril. Au contraire, promettre met à l'abri."

  • "Les gratitudes" de Delphine de Vigan

    gratitudes,delphine,de vigan,jc lattès

    Michka est une "vieille dame" comme elle aime le dire. La vieillesse a pointé le bout de son nez et tout ce qui va avec ... Elle ne peut plus rester seule et doit être placée. Autour d'elle évolue Marie, une jeune femme qui la soutient au quotidien, et Jérôme, l'orthophoniste qui la suit.

    Je n'ai jamais été déçu par Delphine de Vigan et ce roman ne fait pas exception à la règle. C'est une petite merveille !

    Tout d'abord, le style de l'auteure me plait toujours autant. Rien que la lecture de la première page, c'était déjà un coup de cœur ! En effet, la première page du roman nous interroge sur le concept de la gratitude, de la reconnaissance et du simple fait de dire "merci". Cela peut paraitre dérisoire, mais cela fait toujours du bien d'avoir un petit rappel sur l'importance de savoir remercier les gens autour de nous.

    Vient ensuite l'histoire de Michka, Marie et Jérôme. Même si le roman se concentre énormément sur le personnage de Michka, les deux autres protagonistes n'en restent pas moins aussi importants.
    J'ai adoré le personnage de Michka. Cette "petite vieille" au caractère bien trempé, qui cache sa bouteille de whisky dans l'armoire, qui tremble devant la directrice de l'Ephad dans ses rêves, mais qui se rend compte que de plus en plus de mots lui échappent... Et c'est aussi de cela que parle le dernier roman de Delphine de Vigan : de la vieillesse et du déclin. C'est terrible de vieillir et de s'en rendre compte !

    Heureusement Michka est bien entourée : tout d'abord par Marie dont on apprend le véritable lien qui les unit toutes les deux; puis Jérôme, l'orthophoniste qui s'attache petit à petit au sacré personnage de Michka.

    C'est un roman très court, qui se lit rapidement, mais qui se déguste autant pour la beauté des mots employés, que pour les thèmes qu'il traite.

    Bref, une petite merveille à découvrir !

    Petite citation pour la route : "Les vieux c'est comme les enfants, on ne peut rien leur cacher".

  • "Une évidence" d'Agnès Martin-Lugand

    évidence,agnès,martin-lugand,michel lafon

    Reine a tout pour être heureuse : Noé son fils de dix-sept ans qu'elle a élevé seule, un boulot qui l'enthousiasme chaque jour grâce à son coéquipier Paul. Mais lorsqu'elle doit travailler sur un nouveau dossier qui l'a ramène dans le passé, elle doit faire face à ses propres choix et mensonges...

    Inutile de vous rappeler que j'ai lu tous les précédents romans de l'auteure Agnès Martin-Lugand et que j'apprécie toujours autant sa plume. Ce roman-ci n'a pas fait exception à la règle car je l'ai dévoré en à peine deux jours !

    L'auteure nous plonge au cœur de la vie de Reine. Elle a du élever seule son fils, très jeune. Elle a eu la chance de rencontrer Paul qui lui a donné une chance professionnellement. Et sa famille reste toujours à ses côtés. Mais elle va devoir s'occuper d'un dossier qui la portera jusqu'à Saint-Malo et surtout la replongera dans une époque où elle a dû faire un choix difficile. Les conséquences la rattrape aujourd'hui et elle va devoir gérer avec tout ça... au risque de tout perdre !

    L'auteure nous parle à merveille de choix complexes qui peuvent déterminer une vie entière, des conséquences que cela peut impliquer et surtout du mensonge que cela inclut. Cela peut vous paraitre un peu flou mais j’omets volontairement certaines choses pour que vous puissiez les découvrir par vous-même lors de votre lecture !

    Encore une fois, le style d'écriture est complètement addictif. Une fois rentré dans la vie de Reine et des personnes qui l'entourent, on a terriblement envie de savoir ce qui va se passer pour elle et pour eux.

    L'auteure nous plonge au cœur de la ville de Saint-Malo avec merveille et envie d'y aller pour y découvrir ses remparts et ses histoires de corsaires.

    Pour finir, le final m'a émue même si j'avoue je m'étais attaché un peu plus à un personnage bien précis et je n'aurais pas fait les mêmes choix que l'auteure !

    Bref, un très bon moment passé auprès de Reine entre Rouen et Saint-Malo !

  • "Ugly love" de Colleen Hoover

    ugly, love, colleen, hoover, pocket

    Tate, vingt trois ans, emménage chez son frère à San Francisco pour ses études d'infirmière. Elle tombe littéralement sur Miles, le voisin et collègue de son frère. Très vite ils se plaisent mais Miles semble réticent à toutes attaches amoureuses. Ils passent alors un deal : passer du bon temps ensemble sans parler du passé, ni du futur. Mais vont-ils réussir à tenir ses deux conditions ?

    J'avais tellement aimé le roman "Jamais plus" de Colleen Hoover qu'il me tardait de découvrir ses autres romans. J'ai alors profiter de quelques jours de vacances pour découvrir "Ugly Love" !

    Il s'agit bien évidemment d'une romance sympa et légère. Idéal pour l'été ! Forcément l'histoire de base c'est du archi-vu, mais cela fonctionne assez bien. On se prend rapidement au jeu de ce couple qui n'est pas censé en être un !

    De plus, l'une des règles est de ne pas parler du passé et pourtant, Miles cache un lourd secret qui le ronge de l'intérieur et l'empêche d'envisager un avenir avec qui que ce soit. Bien évidemment, Tate va tout faire pour essayer de découvrir ce que cache si bien Miles, et pourquoi pas le faire évoluer, dans le bon sens forcément !

    J'aime toujours le style de l'auteure, qui est particulièrement affictif, il faut le dire ! Je l'ai d'ailleurs dévoré en à peine deux jours !

    Bref, une romance sympa !

  • "Mon père" de Grégoire Delacourt

    mon,père,grégoire,delacourt,jc lattès

    Edouard Roussel est un père furieux qui réclame vengeance auprès du curé qui a abusé de son fils lors de vacances en colonie. Pour cela, il arrive à trouver l'église du prêtre en question et commence à abattre sa colère, contre le mobilier tout d'abord, pour finir sur le curé. Mais avant tout, ce père de famille veut avoir des réponses à ses questions et la première étant : pourquoi ?

    J'aime beaucoup l'auteur Grégoire Delacourt, tout d'abord pour sa plume, mais aussi pour les thèmes qu'il aborde, souvent assez noir, il faut le souligner.

    Ici, l'auteur s'attaque à un sujet grave et d'actualité : la pédophilie au sein de l'Eglise Catholique. Certes, c'est un sujet qui ne plaira pas à tous le monde (je pense notamment aux fervents défenseurs de la religion catholique) mais également aux lecteurs dont le sujet pourrait heurter la sensibilité. Il est malheureusement bien présent dans notre société et l'auteur parvient à très bien en parler malgré le côté tabous de ce sujet.

    Il y a des passages choquants, voire dérangeants, qui interpellent au plus au point. C'est un roman qui nous fait réfléchir, qui se veut percutant et cela fonctionne très bien. Impossible d'oublier un livre pareil.

    J'ai beaucoup aimé que l'auteur nous emmène au coeur des pensées et des sentiments de ce père torturé, mais également dans les souvenirs de son fils avant la tragédie. J'ai aussi apprécié l'analogie du sacrifice d'Abraham vis à vis de son fils Isaac, tiré de la bible. Le lecteur se demande jusqu'où est prêt à aller le père dans sa vendetta et jusqu'où est prêt à aller le prêtre pour s'en sortir.

    Le final m'a surprise et m'a beaucoup interrogé. J'ai d'ailleurs hâte de pouvoir en discuter avec d'autres lecteurs !

    Comme d'habitude, les chapitres sont courts et la plume percutante avec Grégoire Delacourt. On est plongé dans l'histoire (et dans l'horreur du sujet) du début à la fin !

    Bref, un livre inoubliable !

    Petites citations pour la route : "Je m'étais donc tu et j'avais essayé de comprendre pourquoi le silence raconte toujours une immense souffrance, et pourquoi il est tellement difficile de le briser."

    "Le chagrin fait grandir plus vite pour avoir plus vite de longues jambes et plus vite le fuir."