Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jc lattès

  • "Pardonnable, impardonnable" de Valérie Tong Cuong

    pardonnable,impardonnable,valérie,tong,cuong,jc lattès

    Milo vient d'avoir une terrible chute à vélo et se retrouve à l'hôpital entre la vie et la mort. A partir de là, tout bascule pour sa famille : sa mère, son père, sa grand-mère et sa tante. Comment cela a-t-il pu arriver alors qu'il était censé réviser son cours d'histoire sous la surveillance de sa tante ? Les accusations, les rancœurs et les secrets sont de sorties...

    J'avais découvert l'auteur Valérie Tong Cuong avec son roman "L'atelier des miracles" que j'avais beaucoup aimé. Il me tardait donc de découvrir son dernier roman.

    Ici tout commence par un drame : l'accident de vélo de Milo. Mais de ce drame va découler énormément de choses. Cette famille va s'éclater au fur et à mesure des jours passés au chevet de Milo. Plusieurs sentiments s’égrènent : la culpabilité pour la tante Marguerite, la colère pour Céleste et Lino, les parents de Milo, mais également la peur ou encore l'espoir. L'accident de Milo est l'élément déclencheur de l'éclatement de cette famille. Peu à peu, les langues se délient et dévoilent beaucoup trop de choses jusque là bien enfouies.

    Petit à petit, nous découvrons l'envers de cette famille et nous apprenons les petits secrets des un et des autres. Je suis d'une nature curieuse, je ne pouvais donc qu'aimer cet aspect du roman.

    J'ai également beaucoup aimé la manière qu'à l'auteur de développer la psychologie des personnages. Ils sont remarquablement bien construit. Le lecteur plonge directement au cœur de cette famille dont l'équilibre va basculer du jour au lendemain.

    L'auteur nous dévoile leurs secrets au fur et à mesure de l'histoire, si bien que l'on est plongé dans le récit du début à la fin.

    Le fait également d'avoir chaque personnage comme narrateur à un moment donné de l'histoire, nous permet de réellement bien connaître tous les membres de cette famille et d'en comprendre les enjeux.

    Bref, un très beau roman que je vous recommande chaudement !

  • "D'après une histoire vraie" de Delphine De Vigan

    d'après, histoire, vraie, delphine, de vigan, jc lattès, prix renaudot

    Après le succès de son dernier roman, Delphine a du mal à trouver l'inspiration. Au même moment, elle rencontre L., une femme qui prendra une place considérable dans sa vie, pendant une période difficile. L. va se rendre indispensable, délivrant de précieux conseils, étant toujours là quand il faut. Mais qui est-elle vraiment ?

    Delphine de Vigan est l'une de mes auteurs préférés, j'avais donc hâte de découvrir son nouveau roman. C'est vrai que depuis "Rien ne s'oppose à la nuit", on l'attendait avec impatience. Mais après avoir lu celui-ci, on peut comprendre pourquoi. Encore faut-il que ce soit vrai... Et oui, car ce roman parle du vrai, du réel. C'est une question récurrente du livre : Quelle est la part de réel dans une fiction ? D'ailleurs, je me suis posée la question de la part autobiographique dans les romans de Delphine de Vigan. Je pense qu'elle y met toujours un peu d'elle, encore plus depuis "Rien ne s'oppose à la nuit". 

    Avec ce livre, on plonge totalement dans la vie de Delphine, écrivain, qui traverse une période difficile, celle de la page blanche. L'arrivée de L. dans sa vie, a pu l'aider d'un certain côté, mais de l'autre, ce fut une véritable descente aux enfers.

    J'ai adoré l'atmosphère tendue du livre concernant le personnage mystérieux de L. Qui est-elle vraiment ? Quel est son but ?

    La narratrice s'applique à retranscrire le plus fidèlement possible des souvenirs et les échanges qu'elles ont pu avoir.

    J'ai aimé rentré dans l'intimité de Delphine, même si je me doute que la question de ce qui est vrai ou non, perdure longtemps, même après la fin de la lecture.

    De plus, ce livre vient d'avoir le prix Renaudot et je trouve que cela est très mérité !

    Bref, encore une fois, Delphine de Vigan nous livre un excellent roman très travaillé. ça valait le coup d'attendre quelques années ! ;)

  • "Je suis là" de Clélie Avit

    je, suis, là, clélia, avit, jc lattès

    Thibault accompagne sa mère à l'hôpital où se trouve son frère accidenté. Il refuse de le voir car ce dernier était ivre et a fauché deux adolescentes qui ont perdues la vie. En errant dans l'hôpital, Thibault entre dans la chambre d'Elsa. Celle ci est dans le coma depuis plusieurs semaines après avoir été coincé sous la neige lors d'une randonnée en montagne. Thibault lui rend visite à plusieurs reprises et lui parle. Mais ce qu'il ne sait pas c'est qu'Elsa est totalement consciente et entend tout. Va-t-elle réussir à se réveiller avant qu'il ne soit trop tard ?

    J'avais entendu du bien de ce roman, il a d'ailleurs eu un prix. La couverture attire l'œil et le court résumé m'a donné envie de m'y plonger.

    J'ai aimé le choix des deux narrateurs : Elsa et Thibault. Elsa est prisonnière du coma mais d'une manière inexpliquée, elle parvient à entendre tout ce qui se dit dans sa chambre. Thibault, quant à lui, est un homme un peu paumé dans sa vie. Il vient de se séparer de son ex, il ne parvient pas à pardonner à son frère pour l'acte qu'il a commis, il supporte la tristesse de sa mère et il envie la famille heureuse de son meilleur ami. Depuis le premier jour où il entre dans la chambre d'Elsa, il ne parviendra plus à l'enlever de ses pensées...

    Voici une belle histoire, touchante et pleine d'émotions. Ne vous attendez pas au roman de l'année mais plutôt à passer un très bon moment détente. Bien évidemment, le lecteur peut voir venir quelques petits éléments mais il suffit de se laisser bercer par la tendre mais néanmoins compliquée histoire d'Elsa et Thibault.
    Malgré le sujet difficile, l'auteur parvient à nous rendre accro à la lecture et je me suis surprise à être totalement plongée dans cette histoire.

    Bref, un très bon moment de lecture !

  • "Grands boulevards" de Tonie Behar

    grands, boulevards, JC Lattès, tonie, behar

    Suite à une rupture amoureuse, Doria, 28 ans, retourne vivre chez son père Max, 68 ans, au cœur des grands boulevards. Mais la Banque générale, propriétaire de l'immeuble, à décidé de vendre l'immeuble et les habitants risquent l'expulsion. Max, aidé par Doria et son petits fils Simon, va créer une association avec les autres habitants de l'immeuble. C'est l'occasion pour tout ce petit monde de se connaître davantage !

    J'avais repéré ce livre chez Stellade et Cajou. Il est resté dans ma PAL pendant un bon moment et j'ai profité de mes vacances pour l'en sortir ! J'avais très envie de lire un bon roman contemporain et je dois dire que je ne suis pas déçue !

    L'auteur nous offre une belle galerie de personnages, tous différents les un des autres. Petit à petit, on découvre chaque habitant et les différentes relations qui peuvent exister entre eux. Bien évidemment, Doria reste le personnage central, mais chaque personnage même secondaire a toute son importance.

    Le fait d'avoir à se battre pour garder son appartement contre la Banque générale, va souder les habitants, les unir dans un but commun. J'ai adoré les découvrir au fur et à mesure de ma lecture. Je n'ai pas de préférence car l'auteur a réussit à leur donner une identité propre. Que ce soit grâce à l'apprentie comédienne Doria, l'amoureux transi Simon, le barman Karim, le chanteur charmeur Sacha ou le très travailleur Léo, l'immeuble est plein de vie, à tel point que l'on aimerait les rencontrer et vivre avec eux.

    L'auteur arrive à donner une image agréable de Paris et notamment du quartier des grands boulevards. Vont-ils cependant réussir à garder leur appartement contre le géant financier ? A vous de le découvrir ! ;)

    Les chapitres sont assez courts et le style d'écriture est fluide et facile à lire. Si vous aimez les romans contemporains de Katherine Pancol (avec notamment ses trilogies des animaux et les muchachas), vous aimerez à coup sûr ce roman !

    Bref, une très belle découverte que je vous recommande chaudement !

  • "On ne voyait que le bonheur" de Grégoire Delacourt

    voyait, que, bonheur, grégoire, delacourt, jc lattès

    Antoine nous raconte sa vie par petits morceaux : son métier d'expert en assurance, sa famille (une mère qui l'abandonne, un père qui a un cancer, deux soeurs jumelles dont l'une morte quand elle était petite et la deuxième qui ne dit qu'un mot sur deux) mais également sa vie d'aujourd'hui (sa femme adultère et ses deux enfants Joséphine et Léon).

    Petit à petit, nous nous faisons une idée du personnage d'Antoine. Il se caractérise comme un lâche, quelqu'un qui n'a jamais osé, quelqu'un qui regarde mais qui n'agit pas. Et pourtant, alors que sa vie fout le camp, il va faire quelque chose d'horrible...

    Ce livre se découpe en trois parties : la première expose la vie d'Antoine jusqu'à ce fameux choc (je vous laisse découvrir par vous même ce dont il s'agit), la deuxième c'est l'après choc et enfin la troisième partie donne voix à sa fille Joséphine.

    Je dois dire qu'après avoir lu ses précédents romans (L'écrivain de la famille, La liste de mes envies, La première chose qu'on regarde) "On ne voyait que le bonheur" est assez différent. Plus noir mais également beaucoup plus psychologique, l'auteur nous entraine vers le côté obscur de l'humain. Il m'a été difficile d'accrocher avec le personnage d'Antoine. Même si on apprend à le connaitre petit à petit par les gestes du quotidien ou par son passé tourmenté, je ne peux cautionner ce qu'il a fait. Du coup, j'ai eu une impression de malaise durant ma lecture. Ce livre ne peut donc vous laisser indifférent et pour cela je tire mon chapeau à l'auteur, qui arrive toujours à nous surprendre, que ce soit de bonnes ou mauvaises façons.

    Les chapitres sont courts, l'histoire n'est pas forcément toujours dans l'ordre chronologique, mais on s'y fait relativement vite. J'aime la manière d'écrire de Grégoire Delacourt : une petite touche de poésie avec un langage de tous les jours.

    Même si je tais volontairement l'évènement majeur qui va tout remuer dans l'histoire, je peux seulement vous dire que l'auteur aborde des thèmes divers et variés : le sentiment de lâcheté, les liens familiaux, l'hérédité,...

    Contente d'avoir découvert le dernier Delacourt, même si pour moi, ce n'est pas son meilleur.

    Petite citation pour la route : "J'aimais cet instant très doux. Nous n'avions pas de passé. Pas de futur. Juste l'étourdissement d'un instant de grâce. Qui ne demandait rien. N'attendait rien."