Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jc lattès

  • Mes tentations livresques (Mars-Avril 2019)

    Nouvelle rubrique ! :)

    Aujourd'hui, j'ai eu envie de vous parler des livres qui me tentent et qui sortiront prochainement ou qui viennent de paraitre !

     

    ma chérie.jpeg

    "Ma chérie" de Laurence Peyrin aux éditions Calmann Levy (Mars 2019)

    Née dans un village perdu du sud des États-Unis, Gloria était si jolie qu’elle est devenue Miss Floride 1952, et la maîtresse officielle du plus célèbre agent immobilier de Coral Gables, le quartier chic de Miami. Dans les belles villas et les cocktails, on l’appelle « Ma Chérie ». Mais un matin, son amant est arrêté pour escroquerie. Le monde factice de Gloria s’écroule : rien ne lui appartient, ni la maison, ni les bijoux, ni l’amitié de ces gens qui s’amusaient avec elle hier encore. Munie d’une valise et de quelques dollars, elle se résout à rentrer chez ses parents. Dans le car qui l’emmène, il ne reste qu’une place, à côté d’elle. Un homme lui demande la permission de s’y asseoir. Gloria accepte. Un homme noir à côté d’une femme blanche, dans la Floride conservatrice de 1963…Sans le savoir, Gloria vient de prendre sa première vraie décision et fait ainsi un pas crucial sur le chemin chaotique qui donnera un jour un sens à sa nouvelle vie…

     

    "La vie qui m'attendait" de Julien Sandrel aux éditions Calmann Levy (Mars 2019)la vie qui m'attendait.jpeg

    « Ma petite Romane, on se connaît depuis longtemps, il faut que je vous dise : je vous ai vue sortir en larmes du bureau de ce pneumologue à Marseille. Pourquoi vous cachiez-vous sous une peruque rousse ? » Romane, 39 ans, regarde avec incrédulité la vieille dame qui  vient de lui parler. Jamais Romane n’a mis les pieds à Marseille.Mais un élément l’intrigue, car il résonne étrangement avec un détail connu de Romane seule : sa véritable couleur de cheveux est un roux flamboyant, qu’elle déteste et masque depuis l’adolescence sous un classique châtain. Qui était à Marseille ? Troublée par l’impression que ce mystère répond au vide qu’elle ressent depuis toujours, Romane décide de partir à la recherche de cette autre elle-même. En cheminant vers la vérité, elle se lance à corps perdu dans un étonnant voyage entre rires et douleurs.

     

     

    l'américaine.jpg"L'Américaine" de Catherine Bardon aux éditions Les Escales (Mars 2019)

    Septembre 1961. Depuis le pont du bateau sur lequel elle a embarqué, Ruth tourne le dos à son île natale, la République dominicaine. En ligne de mire : New York, l’université, un stage au Times. Une nouvelle vie… Elle n’en doute pas, bientôt elle sera journaliste comme l’était son père, Wilhelm. Ruth devient très vite une véritable New-Yorkaise et vit au rythme du rock, de l’amitié et des amours. Des bouleversements du temps aussi : l’assassinat de Kennedy, la marche pour les droits civiques, les frémissements de la contre culture, l’opposition de la jeunesse à la guerre du Viêt Nam… Mais Ruth, qui a laissé derrière elle les siens dans un pays gangrené par la dictature où la guerre civile fait rage, s’interroge et se cherche. Qui est- elle vraiment ? Dominicaine, née de parents juifs autrichiens ? Américaine d’adoption ? Où va-t-elle construire sa vie, elle dont les parents ont dû tout fuir et réinventer leur existence ? Trouvera-t-elle la réponse en Israël où vit Svenja, sa marraine ? Entrelaçant petite et grande histoire, explorant la question de l’exil et de la quête des racines, Catherine Bardon nous livre une radiographie des États-Unis des années 1960, en poursuivant la formidable fresque romanesque inaugurée avec Les Déracinés.

     

    "Le bruissement des feuilles" de Karen Viggers aux éditions Les Escales (Avril 2019)le bruissement des feuilles.jpg

     

    Miki, dix-sept ans, vit coupée du monde depuis l’incendie qui a coûté la vie à ses parents. Sous le joug de son frère Kurt, un chrétien fondamentaliste, elle travaille comme serveuse dans leur restaurant et le soir, se rêve en héroïne de romans. Lors d’une escapade secrète en forêt, elle fait la rencontre de Leon, un garde forestier tout juste installé en Tasmanie. Les deux jeunes gens se donnent alors une mission extraordinaire : sauver les diables de Tasmanie de l’extinction. Au cœur de paysages somptueux, le combat inoubliable d’une jeune fille pour protéger la nature et se sauver elle-même. Karen Viggers revient avec un grand roman, véritable hommage aux beautés naturelles de l’Australie, et nous livre une formidable histoire d’amitié et de solidarité.

     

    le jour de ma mort.jpg

     

    "Le jour de ma mort" de Jacques Expert aux éditions Sonatine (Avril 2019)

    Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s’apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d’un dimanche d’octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l’affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort. Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu'en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre. Commence alors un suspense de tous les instants. La jeune femme est-elle victime d'une paranoïa alimentée par l'effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ? Une fois de plus Jacques Expert joue avec les nerfs du lecteur dans ce récit implacable, aux retournements aussi nombreux qu’imprévisibles. 

     

    "La vie sans toi" de Xavier de Moulins aux éditions JC Lattès (Mars 2019)la vie sans toi.jpeg

     

    « Malgré la violence que nous avons dû endurer, nous sommes toujours ensemble, Eva et moi. Dans nos errances respectives, nous avons la rage silencieuse. Un jour, tout finira par exploser. » Mariés, Paul et Eva ont vécu il y a huit ans un drame qu’ils s’efforcent d’oublier. Un jour, un homme mystérieux débarque dans leur vie... Chaque famille a ses secrets, chaque couple ses mensonges. Mais nul n’échappe aux fantômes du passé. Avec La Vie sans toi, Xavier de Moulins signe un thriller psychologique addictif, où la réalité se révèle bien plus trompeuse que les apparences.

     

     

    les gratitudes.jpeg"Les gratitudes" de Delphine de Vigan aux éditions JC Lattès (Mars 2019)

    «  Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.  Et la peur de mourir. Cela fait partie de mon métier. Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas.  » Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent  : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé  de la suivre.

     

    "Quand nos souvenirs viendront danser" de Virginie Grimaldi aux éditions Fayard (Mai 2019)quand nos souvenirs viendront danser.jpeg

    « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons,
    nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

     

    elena et les joueuses.jpeg"Elena et les joueuses" de Lolita Pille aux éditions Stock (Mars 2019)

    Il fait si chaud à Paris l’après-midi du 29 août 2014. Eléna Filleul, ancienne joueuse de tennis, va chercher son fiancé Ismaël Chèvreloup à la gare de Lyon. Plus tôt, Eléna a vu ses amies de lycée. Elles se sont remémoré leur adolescence, le rôle joué par la famille Chèvreloup, et tout particulièrement celui de Catherine, figure emblématique pour ce groupe. Au cours de cette journée qui aurait pu ressembler à toutes les autres, Eléna se confronte aux fantômes et aux dieux de sa jeunesse. Ce roman ambitieux allie modernité et classicisme pour nous conter une histoire intemporelle dans le Paris du xxie siècle.

     

    "Surface" d'Olivier Norek aux éditions Michel Lafon (avril 2019)surface.png

     

    ICI, PERSONNE NE VEUT PLUS DE CETTE CAPITAINE DE POLICE.
    LÀ-BAS, PERSONNE NE VEUT DE SON ENQUÊTE.

     

     

     

    une evidence.png

     

     

    "Une évidence" d'Agnès Martin Lugand aux éditions Michel Lafon (Mars 2019)

    Reine mène une vie heureuse qu’elle partage entre son fils de dix-sept ans et un métier passionnant. Une vie parfaite si elle n’était construite sur un mensonge qui, révélé, pourrait bien faire voler son bonheur en éclats… Faut-il se délivrer du passé pour écrire l’avenir ?

     

     

     

     

    Voili voilou ! C'est déjà pas mal ! :)
    Et pour vous, quels sont vos tentations livresques ?

  • "La femme qui ne vieillissait pas" de Grégoire Delacourt

    femme,vieillissait,pas,grégoire,delacourt,jc lattès

    Betty nous raconte son enfance avec un père à l'humeur changeante et une mère partie trop tôt. Elle nous conte son adolescence et sa vie de femme. Mais à trente ans, à l'occasion d'une série de photos, elle remarque qu'elle ne vieillit plus. Du moins de l'extérieur. Un malheur ou une malédiction ?

    J'ai toujours apprécié la jolie plume de l'écrivain Grégoire Delacourt. J'ai même eu la chance de le rencontrer dans le cadre de mon boulot !

    Ici, l'auteur se met encore une fois dans la peau d'une femme (souvenez-vous de Jocelyne dans "La liste de mes envies"), Martine qui se fera appeler Betty la plus grande partie de sa vie. Et il y arrive à merveille !

    L'auteur nous plonge dans un roman où il fait le parallèle entre la beauté et le temps qui passe. Le livre est divisé en trois parties qui correspond à trois périodes de la vie de Betty.

    Je me suis rapidement senti proche de Betty et j'ai beaucoup aimé apprendre à la connaître petit à petit, à travers quelques anecdotes et autres grands moments de sa vie. Les personnages secondaires sont tout autant attachants que le personnage principal.

    J'ai également adoré les diverses références à ma région : le Nord-Pas-de-Calais (pardon, on doit dire Hauts de France maintenant ...) avec les plages du littoral, le super salon de thé l'Impertinente à Lille, les cafés de la Grand Place, ...

    Concernant le style de l'auteur, on ne peut que tomber amoureuse de ses mots et de sa plume tout en poésie. N'oubliez pas d'avoir un petit carnet et un stylo sous la main pour pouvoir noter plusieurs citations ! Conseil d'ami ! ;)

    Une fois plongée dans ce livre, il m'a été difficile de le lâcher. Il est assez court donc j'ai mis à peine deux jours pour le lire, mais cela aurait pu être facilement en une fois si j'avais eu un peu de temps devant moi !

    Bref, un roman tout en poésie sur la beauté et le temps à travers le personnage de Betty ! A découvrir !

    Petites citations pour la route : "Les rêveurs ne changent pas le monde, ils le rêvent et voilà."

    "Il n'est pas de chagrin d'homme qui ne puisse devenir une source d'amour."

    "Je désirais une histoire simple, une de celles qui ne font pas les livres mais la vie."

    "Aimer, c'est tout aimer de l'autre. Je t'ai aimé à chaque instant, même dans tes absences, dans tes silences, tes excès."

    "Parce qu'il faut bien que ce qu'on a aimé un jour s'altère, que l'image qu'on en a eue s'amenuise, petit à petit, s'efface, pour nous rappeler son éphémérité et la chance que nous avons eue de l'attraper, comme un papillon au creux de la main; il faut que les choses meurent pour que nous ayons la certitude de les avoir un jour possédées.

  • "Les loyautés" de Delphine de Vigan

    loyautés, delphine, de vigan, jc lattès

    C'est l'histoire d'Hélène, Théo, Mathis et Cécile. Quatre personnages qui se connaissent, se croisent mais cachent tous quelque chose au fond d'eux.

    Théo est un adolescent qui vit assez mal l'état de son père. En effet, celui ci s'est enlisé dans une sorte de dépression depuis son divorce avec la mère de Théo. Pour tenter d'oublier tout ça, Théo se plonge dans l'alcool. Hélène est la prof de Théo et Mathis. Elle devine assez vite que quelque chose cloche dans la vie de Théo et elle essaye de l'aider à tout prix, quitte à faire resurgir ses propres démons du passé. Mathis, quant à lui,  suit Théo dans ses conneries, mais tente de garder une certaine distance avec tout ça. Il s'inquiète également pour sa mère Cécile. Cette dernière a découvert plusieurs choses sur son mari et s'est surprise à parler toute seule à plusieurs reprises. Elle décide donc d'aller voir un psy.

    Ce n'est pas une surprise mais encore une fois, Delphine de Vigan m'a bluffé avec ce nouveau roman. C'est l'une de mes auteurs préférées, mais j'ai tardé à découvrir ce court roman, pourtant il se lit très rapidement.

    J'aime comment l'auteure parvient à décrypter l'humain sous toutes ses formes. Elle offre une réelle psychologie à chacun de ses personnages et nous donne un cadre qui parle à tous et nous y sommes parfois confronté au quotidien. 

    Le final m'a laissé sans voix, certain n'apprécieront pas mais perso j'ai accepté le parti pris de l'auteur.

    Bref un roman qui se dévore et que j'ai beaucoup aimé !

  • "Par amour" de Valérie Tong Cuong

    par,amour,valérie,tong cuong,jc lattès,seconde guerre mondiale

    Le Havre. Juin 1940 à Août 1945. Nous suivons le destin d'une famille à travers le récit et le témoignages de ses membres.

    Ainsi l'auteur donne la parole aussi bien aux enfants qu'aux adultes. D'un côté, nous avons Muguette et ses deux enfants Marline et Joseph. Et de l'autre côté, Joffre et Emelie, et leurs enfants Lucie et Jean. Muguette et Emelie sont sœurs, c'est ce qui les relient ici.

    A travers les différents témoignages de ces sept personnages issus de la même famille, l'auteur nous expose les difficultés rencontrées et engendrées par la seconde guerre mondiale. Cela nous montre le quotidien des français ayant subi la guerre, d'une manière romancée, et donc non rébarbative.

    Ce que j'apprécie dans les romans de Valérie Tong Cuong, c'est le côté humain mis en avant et que l'on retrouve encore une fois très bien ici. Chaque personnage doit faire face à des choix et en subir les conséquences. S'ajoute à cela le décor sinistre de la guerre et les secrets de famille qui se dévoilent au fur et à mesure de la lecture.

    C'est passionnant et bien écrit. On a terriblement envie de savoir s'ils vont s'en sortir et ce que cache certains personnages. J'ai eu plusieurs fois envie de le lire d'une traite, mais j'ai préféré prendre mon temps et le savourer à petites doses.

    C'est un livre que je recommanderais sans aucun doute et plus globalement les romans de cet auteur que j'apprécie de plus en plus ! Alors un mot : foncez ! ;)

  • "Danser au bord de l'abîme" de Grégoire Delacourt

    danser, bord, abîme, grégoire, delacourt, jc lattès

    Emma, quarante ans, mariée, trois enfants a tout pour être heureuse. Mais voilà qu'un jour, elle rentre dans une brasserie et croise le regard d'un homme. Et là, bam ! C'est le coup de foudre. Va-t-elle tout plaquer pour vivre ce nouvel amour ?

    Grégoire Delacourt est un auteur que j'apprécie particulièrement et j'ai même eu la chance de le rencontrer !

    Ici, l'auteur nous plonge au cœur d'une histoire d'amour particulière. Un coup de foudre comme on n'en voit souvent dans les films. A travers l'histoire d'Emma et de cet homme dans la brasserie, mais également du mari d'Emma et de leurs enfants, l'auteur nous parle la force des sentiments, du désir, de la passion, mais aussi de la fragilité de nos vies.

    La plume de Grégoire Delacourt est sublime. Si vous aimes les citations, vous devez absolument le lire, mais attention vous aurez envie de recopier tout le bouquin ! ;)

    La structure des chapitres est originale, je vous laisse découvrir par vous-même pourquoi.

    L'analogie avec le célèbre conte "La chèvre de Monsieur Seguin" est bien trouvée et nous permet de réviser nos classiques.

    Malgré tout, j'ai du mal à savoir si j'ai réellement aimé ou pas ce livre. Ce n'est pas mon préféré de l'auteur mais une chose est sûre, ce roman ne vous laissera pas indifférent !