Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fayard

  • "L'homme qui ment" de Marc Lavoine

    l'homme, qui, ment, marc, lavoine, fayard

    Comment résumer ce livre ? Pas évident, car l'auteur Marc Lavoine, nous parle de son père Lulu... mais il est indiqué que le récit est basé sur une histoire fausse. Pourtant, les noms et les lieux coïncident avec l'histoire familiale du chanteur/acteur. Alors que croire ?

    En tout cas, le narrateur (ou l'auteur ?... ) nous présente une figure paternelle assez peu commune : un père charmeur qui n'hésite pas à tromper sa femme sous les yeux de ses enfants; un père militant syndicalement et politiquement; un père qui petit à petit s'enlise dans le sexe et l'alcool. Et au milieu de tout ça, nous avons les ressentis du petit Marc devenu adulte, qui nous raconte l'enterrement de ce père si particulier.

    La construction de ce court récit se fait par diverses anecdotes, pas toujours de manière linéaire mais de manière à se faire une idée assez précise du personnage décrit.
    Même si cela reste très bien écrit, j'ai parfois eu du mal à me concentrer sur l'histoire. J'ai aimé en découvrir un peu plus sur la famille de l'auteur... à savoir si cela est vrai.. ou inventé !

    En tout cas, je reste assez surprise du talent d'écriture de l'auteur et cela fut pour moi une lecture surprenante et plaisante !

  • "Alors vous ne serez plus jamais triste" de Baptiste Beaulieu

     

    alors,vous,serez,plus,jamais,triste,baptiste,beaulieu,fayard,babelio,masse critique

     

    C'est l'histoire d'un homme médecin qui a perdu l'envie de vivre. Il décide donc de mettre fin à ses jours. Néanmoins, avant de passer à l'acte, il se rend à l'hopital pour mettre un peu d'ordre dans ses papiers. Il prend alors un taxi et se retrouve avec une conductrice excentrique qui voit tout de suite clair dans son jeu. Cette petite vieille bizarre lui propose alors un drôle de marché : sept jours pour lui redonner le goût de vivre... Le compte à rebours est lancé !

    Voici un livre qu'il m'a été possible de découvrir grâce à un masse critique spécial de Babelio. Le titre m'a tout de suite interpellé et la curiosité a été plus forte que la raison !

    Tout d'abord, l'auteur nous prévient que ce livre est un compte à rebours, il est donc normal de trouver la pagination totalement chamboulé. Nous commencons donc par la page 271 pour finir avec la page 1 ! C'est la première fois que je vois ça dans un livre, et ça m'a tout de suite mis dans l'ambiance !

    Et oui parce que le personnage de la petite vieille chauffeur de taxi, elle déménage ! Elle a des drôles de toc (comme remuer la cendre du cendrier) et aurait des pouvoirs (comme devinait quand quelqu'un va mourir) qu'elle détiendrait de ses tantes. Vous l'aurez compris, on ne risque pas de s'ennuyer avec elle ! Et cela va être le cas du docteur puisqu'elle va lui faire faire tout un tas de drôles de choses : comme faire le tour du cimetiere en courant plusieur fois, le faire tirer sur des citrouilles... et j'en passe !

    Vous allez donc sourire à quelques reprises, il faut cependant accepter le côté excentrique et décalé de cette petite vieille. Il faut savoir se laisser bercer où l'auteur veut nous emmener. Même si j'ai vu la fin arriver quasiment dès le début du livre, je dois dire que l'auteur a tout de même reussi à me surprendre un peu.

    J'ai également apprécié les passages où le docteur se rappelle quelques patients à lui, qui l'ont marqué au cours de sa carrière. Cela nous permet de nous faire une image plus précise du personnage du docteur.

    Bref, un conte moderne assez décalé mais qui se lit vite et bien !

    Je remercie Babelio et les éditions Fayard !

  • "En Amazonie : Infiltré dans le meilleur des mondes" de Jean-Baptiste Malet

     

    en,amazonie,amazon,inflitré,meilleur,mondes,jean-baptiste,malet,fayard

     

    Jean-Baptiste Malet, journaliste, a reussit à infiltrer la grosse compagnie américaine Amazon. Embauché en tant qu'intérimaire pendant la saison des fêtes de fin d'année sur le site de Montélimar, ce jeune homme nous livre son expérience de A à Z.

    J'ai toujours entendu beaucoup de mal d'Amazon et je dois dire que j'évite au maximum d'acheter chez eux. J'ai souvent eu des échos des mauvaises conditions de travail des employés et je dois dire que ça me touche particulièrement, moi qui baigne dans l'univers des livres. Je n'ai pas envie de relancer un énième débat sur la concurrence Amazon versus les petites librairies indépendantes, mais j'ai beaucoup appris en lisant le compte rendu de ce journaliste.

    Tout commence par l'embauche. Amazon recrute pas mal d'intérimaires durant la période de fin d'année. Grâce à J.B Malet, nous vivons le recrutement comme si nous y étions. Les tests, les questions, la vidéo de présentation de l'entreprise, le discours de coaching et bien sûr le contrat de confidentialité. Bah oui, parce que cette grosse boite est très vigilante sur l'image de son entreprise et il est donc extrêmement difficile d'avoir des informations autrement données que par le service presse d'Amazon. Les employés sont soumis à un contrat de confidentialité qui les empêchent de dire quoi que ce soit sur leur travail. Raison de plus pour infiltrer cette étrange compagnie.

    Nous découvrons ensuite les différents métiers : pickeur en production ou packeur en emballage. Le journaliste sera pickeur et devra toute la journée chercher les produits à travers les rayonnages. Pas moins de 20kms à faire durant le service, ce qui équivaut à peu près à 60 produits par heure pour un débutant et 120 pour un packeur en CDI., pas étonnant qu'il y ait régulièrement des malaises... Les conditions de travail sont difficiles et JB Malet pourra le confirmer car il sera d'équipe de nuit et devra par moment enchainer jusqu'à 42h/semaine.

    Le moral en prend aussi un certain coup : les délations entre collègues, les controles de sécurités à franchir, la surveillance en continue par les managers, l'interdiction de parler entre collègues ou encore la demande de faire plus toujours plus... Je ne dis pas que leur travail est le plus difficile au monde, bon nombre de boulots sont pénibles et ne sont pas toujours reconnus comme tel, mais je pense qu'il est important de savoir tout ça ou du moins de s'y intéresser un minimum.

    Le journaliste nous expose aussi la place du gouvernement et plus précisement des ministres dans le rôle qu'ils ont pu avoir dans la mise en place des différents entrepôts d'Amazon en France. Question délicate qui fait toujours débat aujourd'hui, comme par exemple la question des frais de port gratuit, qui sont, il y a peu, devenu payant...

    Bref, tout ça pour vous dire que c'est un livre témoignage qui se lit rapidement et qui vous fera prendre conscience de pas mal de choses sur le géant du e-commerce ! Ecrit de manière simple et accessible à tous, le lecteur apprend plein de chose et découvre l'envers du décor.

    Petites citations pour la route : "En choisissant d'acheter ses livres chez Amazon, le lecteur fait le choix, conscient ou inconscient, de tirer un trait sur le rôle précieux que joue la librairie comme lieu de convivialité, de partage, de découverte, de mixité et de rencontre. Mais aussi sur les emplois de libraires qualifiés que génère cette activité commerciale et de proximité."

    "Pour Amazon, seul le sommet de la hiérarchie a le droit d'écrire l'histoire; les autres la font, en silence, avec leurs bras et leurs jambes, à rebours du progrès social."

  • "Un homme, ça ne pleure pas" de Faïza Guène

    homme, pleure, pas, faïza, guène, fayard

    Mourad Chennoun est né d'un père algérien cordonnier et d'une mère algérienne étouffante, limite hypocondriaque. Il a également deux soeurs : Dounia la rebelle qui finira par couper les ponts avec cette famille, et Mina la soeur qui respecte scrupuleusement les traditions.
    Au coeur de cette famille, Mourad va devoir construire son avenir, son destin.

    J'ai découvert Faïza Guène il y a très longtemps avec ses deux premiers romans "Kiffe Kiffe demain" et "Du rêve pour les oufs". Ses romans font souvent références aux immigrés, aux cités parisiennes et aux jeunes d'aujourd'hui.

    Ici, le narrateur n'est autre que Mourad, un jeune garçon d'une vingtaine d'année qui monte à Paris pour commencer son boulot de professeur de français. Il quitte donc la région de Nice et par la même occasion se sépare de sa famille. Une famille aux membres totalement différents et aux valeurs bien tranchées. J'ai beaucoup apprécié d'avoir le portrait de chaque membre de la famille Chennoun. A travers les yeux de Mourad nous avons l'impression de connaitre sa famille et d'en apprécier ou non la personnalité de chacun.

    On en retire beaucoup de choses : les problèmes intergénérationnels, les traditions familiales et culturelles, la construction de soi, ... Les thèmes sont nombreux et amenés d'une manière très intéressantes. On poursuit Mourad dans sa quête : Doit-il rester dans le chemin tracé par ses parents ou au contraire choisir son propre destin en le modernisant ?

    J'aime l'écriture simple mais pourtant recherchée de Faïza Guène. C'est une jeune femme qui nous parle du monde d'aujourd'hui avec humour et sincérité. Elle soulève de nombreux thèmes et pose les bonnes questions. Elle nous fait réfléchir tout au long de la lecture mais d'une manière plaisante.

    C'est un roman qui se lit rapidement et qu'il convient de découvrir !

    Petites citations pour la route : "Je veux dire que, pour moi, lire, c'est pareil, je travaille mon imagination, mes sensations. Si les sentiments étaient des muscles, je serais un athlète."

    "Les joues de ma mère sont douces et encore bien rebondies. Ses rides, ce sont les lignes du livre qu'elle n'a jamais pu écrire. C'est l'histoire de sa vie qui se dessine dans le coin de ses yeux. Les plis sur le front, ce sont autant d'inquiètudes, d'attentes à la tombée de la nuit et de soucis de santé.
    Une mère, c'est comme une grand destin, c'est beau et c'est cruel."

  • "Manger" de Marie-Odile Beauvais

    manger.JPG

    Margot, mariée, quatre enfants, aime manger. Elle s'inquiète pour les autres : son amie Anna semble traverser une mauvaise période. Son mari Laurent se dispute avec sa tante Liliane qui l'a élevé jusque là. Thomas, un ami à elle se bat contre le cancer. Elle assiste à un diner de famille assez houleux. Elle rend visite à son père à l'hôpital.
    Des passages et des évenements du quotidien de la vie de Margot, accompagné à chaque fois de nourriture, de préparation culinaire et de repas...

    L'auteure nous invite dans la vie de Margot, épouse et mère comblée. Différents personnages font leur apparition dans son quotidien, que ce soit de la famille ou des amis.
    Cette histoire ou plutôt ces quelques anecdotes par ci par là, ont comme fil rouge l'acte de manger, d'apprécier les aliments, de voir l'importance des repas, etc ...

    Je ne m'attendais pas à ce genre de livre. Par rapport au titre et au résumé de la quatrième de couverture, je pensais avoir un livre gourmand ou une anthologie sur l'art de manger. En réalité, l'auteure se sert de ce thème pour désigner et montrer différents sentiments qui interviennent durant ces moments où tous le monde se met à table pour savourer un bon repas. Les langues se délient, les mots fusent, les actes parlent d'eux-même ... On associe souvent un évenement de notre vie à de petits détails, c'est ce que Marie Odile Beauvais essaye de nous démontrer.

    Si l'on aime les romans à personnage multiple et si l'on aime s'attarder sur des petites choses de la vie quotidienne, ce roman pourra trouver son lectorat ! Pour ma part, je suis resté spectactrice de la vie de Margot et des autres personnages. Je pensais que l'univers culinaire serait un peu plus présent que ce qu'il en est ici.

    Bref, un moment agréable mais qui ne restera pas gravé dans ma mémoire... dommage !

    Petites citations pour la route :
    " - Toi, quand tu avais quinze ans, tu voulais faire quoi de ta vie ?
    - Avoir beaucoup d'enfants, lire toute la journée, manger de bonnes choses.
    - Alors tu as réussi.
    - Non, je n'ai plus quinze ans."

    "Elle était curieuse de se voir vieillir. Maintenant qu'elle a vu, elle est moins impatiente de connaître la suite."

    ""Tu sais, le monde n'est pas rose, il est rose et noir, et comme tout est mélangé, finalement il est gris.", soupirait mamie."

     

    Rentrée Littéraire : Parution le 28 août 2013 (J'étais persuadé d'avoir vu quelque part qu'il sortait le 9 septembre, d'où mon article aujourd'hui ! )

    J'ai lu ce livre dans le cadre de l'opération "On vous lit tout" de Libfly. Je remercie donc Libfly, Le Furet du Nord et les éditions Fayard pour l'envoi et la découverte en avant-première de ce roman de cette nouvelle rentrée littéraire ! :)

    FuretNOIRLogo_libfly_WEBlogo_okrentreelitt-110