Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grégoire

  • "La femme qui ne vieillissait pas" de Grégoire Delacourt

    femme,vieillissait,pas,grégoire,delacourt,jc lattès

    Betty nous raconte son enfance avec un père à l'humeur changeante et une mère partie trop tôt. Elle nous conte son adolescence et sa vie de femme. Mais à trente ans, à l'occasion d'une série de photos, elle remarque qu'elle ne vieillit plus. Du moins de l'extérieur. Un malheur ou une malédiction ?

    J'ai toujours apprécié la jolie plume de l'écrivain Grégoire Delacourt. J'ai même eu la chance de le rencontrer dans le cadre de mon boulot !

    Ici, l'auteur se met encore une fois dans la peau d'une femme (souvenez-vous de Jocelyne dans "La liste de mes envies"), Martine qui se fera appeler Betty la plus grande partie de sa vie. Et il y arrive à merveille !

    L'auteur nous plonge dans un roman où il fait le parallèle entre la beauté et le temps qui passe. Le livre est divisé en trois parties qui correspond à trois périodes de la vie de Betty.

    Je me suis rapidement senti proche de Betty et j'ai beaucoup aimé apprendre à la connaître petit à petit, à travers quelques anecdotes et autres grands moments de sa vie. Les personnages secondaires sont tout autant attachants que le personnage principal.

    J'ai également adoré les diverses références à ma région : le Nord-Pas-de-Calais (pardon, on doit dire Hauts de France maintenant ...) avec les plages du littoral, le super salon de thé l'Impertinente à Lille, les cafés de la Grand Place, ...

    Concernant le style de l'auteur, on ne peut que tomber amoureuse de ses mots et de sa plume tout en poésie. N'oubliez pas d'avoir un petit carnet et un stylo sous la main pour pouvoir noter plusieurs citations ! Conseil d'ami ! ;)

    Une fois plongée dans ce livre, il m'a été difficile de le lâcher. Il est assez court donc j'ai mis à peine deux jours pour le lire, mais cela aurait pu être facilement en une fois si j'avais eu un peu de temps devant moi !

    Bref, un roman tout en poésie sur la beauté et le temps à travers le personnage de Betty ! A découvrir !

    Petites citations pour la route : "Les rêveurs ne changent pas le monde, ils le rêvent et voilà."

    "Il n'est pas de chagrin d'homme qui ne puisse devenir une source d'amour."

    "Je désirais une histoire simple, une de celles qui ne font pas les livres mais la vie."

    "Aimer, c'est tout aimer de l'autre. Je t'ai aimé à chaque instant, même dans tes absences, dans tes silences, tes excès."

    "Parce qu'il faut bien que ce qu'on a aimé un jour s'altère, que l'image qu'on en a eue s'amenuise, petit à petit, s'efface, pour nous rappeler son éphémérité et la chance que nous avons eue de l'attraper, comme un papillon au creux de la main; il faut que les choses meurent pour que nous ayons la certitude de les avoir un jour possédées.

  • "Danser au bord de l'abîme" de Grégoire Delacourt

    danser, bord, abîme, grégoire, delacourt, jc lattès

    Emma, quarante ans, mariée, trois enfants a tout pour être heureuse. Mais voilà qu'un jour, elle rentre dans une brasserie et croise le regard d'un homme. Et là, bam ! C'est le coup de foudre. Va-t-elle tout plaquer pour vivre ce nouvel amour ?

    Grégoire Delacourt est un auteur que j'apprécie particulièrement et j'ai même eu la chance de le rencontrer !

    Ici, l'auteur nous plonge au cœur d'une histoire d'amour particulière. Un coup de foudre comme on n'en voit souvent dans les films. A travers l'histoire d'Emma et de cet homme dans la brasserie, mais également du mari d'Emma et de leurs enfants, l'auteur nous parle la force des sentiments, du désir, de la passion, mais aussi de la fragilité de nos vies.

    La plume de Grégoire Delacourt est sublime. Si vous aimes les citations, vous devez absolument le lire, mais attention vous aurez envie de recopier tout le bouquin ! ;)

    La structure des chapitres est originale, je vous laisse découvrir par vous-même pourquoi.

    L'analogie avec le célèbre conte "La chèvre de Monsieur Seguin" est bien trouvée et nous permet de réviser nos classiques.

    Malgré tout, j'ai du mal à savoir si j'ai réellement aimé ou pas ce livre. Ce n'est pas mon préféré de l'auteur mais une chose est sûre, ce roman ne vous laissera pas indifférent !

  • "On ne voyait que le bonheur" de Grégoire Delacourt

    voyait, que, bonheur, grégoire, delacourt, jc lattès

    Antoine nous raconte sa vie par petits morceaux : son métier d'expert en assurance, sa famille (une mère qui l'abandonne, un père qui a un cancer, deux soeurs jumelles dont l'une morte quand elle était petite et la deuxième qui ne dit qu'un mot sur deux) mais également sa vie d'aujourd'hui (sa femme adultère et ses deux enfants Joséphine et Léon).

    Petit à petit, nous nous faisons une idée du personnage d'Antoine. Il se caractérise comme un lâche, quelqu'un qui n'a jamais osé, quelqu'un qui regarde mais qui n'agit pas. Et pourtant, alors que sa vie fout le camp, il va faire quelque chose d'horrible...

    Ce livre se découpe en trois parties : la première expose la vie d'Antoine jusqu'à ce fameux choc (je vous laisse découvrir par vous même ce dont il s'agit), la deuxième c'est l'après choc et enfin la troisième partie donne voix à sa fille Joséphine.

    Je dois dire qu'après avoir lu ses précédents romans (L'écrivain de la famille, La liste de mes envies, La première chose qu'on regarde) "On ne voyait que le bonheur" est assez différent. Plus noir mais également beaucoup plus psychologique, l'auteur nous entraine vers le côté obscur de l'humain. Il m'a été difficile d'accrocher avec le personnage d'Antoine. Même si on apprend à le connaitre petit à petit par les gestes du quotidien ou par son passé tourmenté, je ne peux cautionner ce qu'il a fait. Du coup, j'ai eu une impression de malaise durant ma lecture. Ce livre ne peut donc vous laisser indifférent et pour cela je tire mon chapeau à l'auteur, qui arrive toujours à nous surprendre, que ce soit de bonnes ou mauvaises façons.

    Les chapitres sont courts, l'histoire n'est pas forcément toujours dans l'ordre chronologique, mais on s'y fait relativement vite. J'aime la manière d'écrire de Grégoire Delacourt : une petite touche de poésie avec un langage de tous les jours.

    Même si je tais volontairement l'évènement majeur qui va tout remuer dans l'histoire, je peux seulement vous dire que l'auteur aborde des thèmes divers et variés : le sentiment de lâcheté, les liens familiaux, l'hérédité,...

    Contente d'avoir découvert le dernier Delacourt, même si pour moi, ce n'est pas son meilleur.

    Petite citation pour la route : "J'aimais cet instant très doux. Nous n'avions pas de passé. Pas de futur. Juste l'étourdissement d'un instant de grâce. Qui ne demandait rien. N'attendait rien."

  • "L'écrivain de la famille" de Grégoire Delacourt

    l'écrivain de la famille.JPG

    A sept ans, Edouard écrit son premier poème. A partir de là, sa vie sera toute tracée : il sera l'écrivain de la famille. Mais un destin choisi pour vous n'est pas forcément l'avenir dont vous souhaitiez !

    Après avoir adoré "La liste de mes envies", d'avoir rencontré l'auteur grâce à mon boulot et d'avoir apprécié "La première chose que l'on regarde", une copine m'a offert pour mon anniversaire "L'écrivain de la famille", le premier titre de Grégoire Delacourt.

    Ici, l'auteur se livre un peu. Pour l'avoir rencontré et avoir fouiné sur son site internet (très bien fait d'ailleurs !), on sait que l'auteur a eu une carrière de publiciste, comme le narrateur de ce livre. Lors de ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement entre le narrateur Edouard et l'auteur Grégoire !

    Doué avec les mots et les superbes jeux de mots qui parsèment le récit, le narrateur nous livre sa vie par petits bouts, des hauts et des bas, une virée des années 70 à 90. On évolue peu à peu avec le personnage principal.

    Les chapitres sont courts et tout s'enchaîne assez rapidement.

    Ce livre peut se lire très vite car il est très court (230 pages environ) ou il peut se lire lentement afin d'apprécier à sa juste valeur les mots choisis avec soin par Grégoire Delacourt. A vous de choisir ! ;)

    Petites citations pour la route : "Mon père se taisait parce qu'il savait que si les mots peuvent guérir, ils peuvent aussi blesser, détruire."

    "Quand sait-on qu'on aime ? Le soir ou au matin ? Quand il est encore temps, ou déjà trop tard ?"

    "Si on dit qu'un bonheur n'arrive jamais seul, les ennuis, eux, arrivent toujours en bande."

  • "La première chose qu'on regarde" de Grégoire Delacourt

    première, chose, regarde, grégoire, delacourt

    Arthur Dreyfuss, un garagiste d'une vingtaine d'années, est tranquillement chez lui lorsque quelqu'un sonne à la porte. Il va ouvrir et se retrouve face à face avec ... Scarlett Johansson ... ou plutôt son sosie : Jeanine Foucamprez ! Celle ci va d'abord se faire passer pour la star, comme elle le fait d'habitude, puis petit à petit elle se confie à Arthur sur la difficulté de ressembler à ce point à une personne célèbre. Une relation particulière s'installe entre eux...

    Après le succès de "La liste de mes envies", l'auteur Grégoire Delacourt était attendu au tournant ! Pour ma part, je me suis imposé de lire ce livre en essayant de ne pas comparé les deux livres au risque d'être déçue.

    Même si l'histoire de base n'a rien d'extraordinaire (non pas dans la rencontre entre une star et un inconnu, mais plutôt dans le pourcentage de possibilité que cela puisse réellement se produire) je m'y suis plongé avec plaisir. En ayant vu le passage de l'auteur à l'émission de La Grande Librairie, je savais d'avance que Scarlett n'était en réalité qu'un sosie. Je n'ai donc pas été surprise de ce côté là... mais l'auteur a réussi tout de même à me surprendre à la fin du livre (mais chut, je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous même !).

    On se doute aussi un peu que la relation entre Arthur et Jeanine va très vite évoluer, on s'y attends mais en attendant que cela arrive, on apprécie la belle écriture de l'auteur, ainsi que son style particulier ! Grégoire Delacourt nous apporte quelques petites digressions insérées au coeur même du récit (qui peut parfois gêner certain lecteur) qui m'a un peu fait penser au style de David Foenkinos !

    Concernant les deux personnages, l'auteur les a superbement bien travaillé en leur donnant un passé familial pas facile, qui peu à peu les rapproche ! Je me suis vite approprié ces deux personnages et leur histoire commune m'a tout de suite intéressée.

    Ce livre est passé très près du coup de coeur ne serait ce que pour l'écriture de l'auteur qui m'a complètement charmé ! J'aime la façon qu'à Grégoire Delacourt de nous parler au plus profond de nous même sans utiliser de grands mots compliqués ! Je vous laisse d'ailleurs découvrir tout cela avec quelques citations retenus ici et là !

    Petites citations pour la route : "Mais je n'ai jamais rencontré de gentil. De vrai gentil. Tu es le premier Arthur. Et ta gentillesse ça bouleverse les filles parce que c'est quelque chose qui ne demande rien en retour."

    "[...] il n'est jamais facile d'être parfaitement synchrones au début d'une histoire d'amour. On doit apprendre à écouter, et non seulement ses mots, mais son corps, sa vitesse, sa force, sa faiblesse et ses silences qui déséquilibrent; on doit perdre un peu de soi pour se retrouver dans l'autre."

    " - Pourquoi le bonheur c'est toujours triste ? demande-t-il.
    - Parce qu'il ne dure jamais peut-être."

    " - Arthur possède un don très beau. Il ne le sait pas vraiment, mais il sait réparer tout ce qui est cassé."

    "Qu'on puisse soudain parler avec des larmes parce que les mots sont trop maladroits ou prétentieux à décrire la beauté."

    "On est pareils tous les deux. On a fait des tonneaux. On est cabossés."

    "Je voudrais apprendre l'usage des mots. Apprendre à trouver les bons, les assembler pour enchanter les choses."