Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

que

  • "Parce que c'était nous" de Mhairi McFarlane

    parce, que, c'était, nous, mhairi, mcfarlane, milady

    Ben et Rachel se sont connus à la fac et sont très rapidement devenus les meilleurs amis du monde. Mais leur chemin se sont séparés. Des années plus tard, Rachel vient de rompre avec Krys et tombe presque par hasard sur Ben. Qu'est-il devenu ? Et pourquoi Ben est-il parti du jour au lendemain sans lui dire au revoir ?

    Pendant mes vacances, j'avais envie d'une romance et ce petit pavé me tentait depuis longtemps ! Quoi de mieux que de profiter des beaux jours pour découvrir cette histoire ?!

    Vous allez me dire : le classique des meilleurs amis qui se retrouvent des années plus tard et qui tombent amoureux... Bon ok vous n'êtes pas très loin mais je dois dire que même si l'on découvre quelques petites ficelles assez rapidement, j'ai réussi à apprécier ce roman comme il se doit !

    Tout d'abord, nous découvrons la naissance de leur amitié. Ils se comprennent et font vraiment les quatre cents coups ensemble. Aucune ambiguïté puisque Rachel sort déjà avec Krys et que Ben enchaine les petites copines. Mais alors pourquoi ont-ils perdu le contact ? L'auteur nous laisse le suspense jusqu'au bout !

    Puis nous les retrouvons dans le présent et cette fois la situation est inversée : Rachel est célibataire et Ben est tout ce qu'il y a de plus marié ! C'est une grosse période de remise en question pour Rachel !
    Bref, grâce aux divers flashbacks que nous offre l'auteur, le lecteur pourra petit à petit se faire une réelle idée sur le duo Ben et Rachel !

    J'ai passé un très bon moment avec Ben et Rachel, ainsi que les amis excentriques de Rachel. J'avais besoin de légèreté et franchement j'y ai trouvé tout ce qu'il me fallait ! J'aime beaucoup la couverture, qui je trouve, donne très envie de l'ouvrir et de le commencer.

  • "Ce n'est pas toi que j'attendais" de Fabien Toulmé

    ce,n'est,pas,toi,que,j'attendais,fabien,toulmé,delcourt

    ça fait longtemps que je n'ai pas présenté une BD adulte sur le blog et pourtant j'en lis régulièrement. Celle que je vais présenter aujourd'hui m'a beaucoup touché.

    Avec "Ce n'est pas toi que j'attendais", l'auteur Fabien Toulmé nous livre une grande partie de son histoire personnelle, il nous ouvre les portes de son intimité.

    L'histoire : Fabien va bientôt être papa et cela l'angoisse. Après avoir passé tous les examens (entre le Brésil et la France suite à un changement de travail), la maman et le bébé vont bien. Mais à l'accouchement, le papa sent que quelque chose ne va pas. Tout d'abord un problème cardiaque, mais ce n'est pas cela qui perturbe le plus le père. Fabien sent que sa fille est trisomique. Après un examen plus poussé, il s'avère bien que la petite Julia est trisomique. A partir de là, la vie de Fabien bascule...

    C'est un sujet sensible et j'ai vraiment aimé la façon dont l'auteur a traité ce sujet. Tout d'abord, il exprime un violent rejet de cette maladie. D'ailleurs la BD commence par un souvenir d'enfance où il rencontre un enfant trisomique et dont ses copains se moquent ouvertement. Puis à l'annonce de la maladie, l'auteur est au plus mal, à un point qu'il ne parvient pas à s'attacher à son enfant. Puis petit à petit, à force de se renseigner sur la trisomie, il parvient peu à peu à s'y faire et commence à apprendre à connaître sa fille.

    Voici une très belle histoire de la rencontre entre un père et sa fille handicapée. C'est aussi un excellent moyen d'en apprendre un peu plus sur cette maladie.

    La BD se découpe en plusieurs chapitres et à chaque fois une couleur domine. Cela rythme différente étape dans la vie de l'auteur.

    Bref, une BD à découvrir absolument !!!

    ce, n'est, pas, toi, que, j'attendais, fabien, toulmé, delcourt

    Cliquer sur l'image pour l'agrandir

  • "On ne voyait que le bonheur" de Grégoire Delacourt

    voyait, que, bonheur, grégoire, delacourt, jc lattès

    Antoine nous raconte sa vie par petits morceaux : son métier d'expert en assurance, sa famille (une mère qui l'abandonne, un père qui a un cancer, deux soeurs jumelles dont l'une morte quand elle était petite et la deuxième qui ne dit qu'un mot sur deux) mais également sa vie d'aujourd'hui (sa femme adultère et ses deux enfants Joséphine et Léon).

    Petit à petit, nous nous faisons une idée du personnage d'Antoine. Il se caractérise comme un lâche, quelqu'un qui n'a jamais osé, quelqu'un qui regarde mais qui n'agit pas. Et pourtant, alors que sa vie fout le camp, il va faire quelque chose d'horrible...

    Ce livre se découpe en trois parties : la première expose la vie d'Antoine jusqu'à ce fameux choc (je vous laisse découvrir par vous même ce dont il s'agit), la deuxième c'est l'après choc et enfin la troisième partie donne voix à sa fille Joséphine.

    Je dois dire qu'après avoir lu ses précédents romans (L'écrivain de la famille, La liste de mes envies, La première chose qu'on regarde) "On ne voyait que le bonheur" est assez différent. Plus noir mais également beaucoup plus psychologique, l'auteur nous entraine vers le côté obscur de l'humain. Il m'a été difficile d'accrocher avec le personnage d'Antoine. Même si on apprend à le connaitre petit à petit par les gestes du quotidien ou par son passé tourmenté, je ne peux cautionner ce qu'il a fait. Du coup, j'ai eu une impression de malaise durant ma lecture. Ce livre ne peut donc vous laisser indifférent et pour cela je tire mon chapeau à l'auteur, qui arrive toujours à nous surprendre, que ce soit de bonnes ou mauvaises façons.

    Les chapitres sont courts, l'histoire n'est pas forcément toujours dans l'ordre chronologique, mais on s'y fait relativement vite. J'aime la manière d'écrire de Grégoire Delacourt : une petite touche de poésie avec un langage de tous les jours.

    Même si je tais volontairement l'évènement majeur qui va tout remuer dans l'histoire, je peux seulement vous dire que l'auteur aborde des thèmes divers et variés : le sentiment de lâcheté, les liens familiaux, l'hérédité,...

    Contente d'avoir découvert le dernier Delacourt, même si pour moi, ce n'est pas son meilleur.

    Petite citation pour la route : "J'aimais cet instant très doux. Nous n'avions pas de passé. Pas de futur. Juste l'étourdissement d'un instant de grâce. Qui ne demandait rien. N'attendait rien."