Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte - Page 2

  • "Bon à tuer" de Paola Barbato

    bon,tuer,paola,barbato,denoël

    Dans le monde du polar italien, deux auteurs s'affrontent. Le premier Corrado De Angelis, est neurochirurgien et est catégorisé d'intello. Le second, Roberto Palmieri, est plutôt un auteur à succès populaire, aimant faire le buzz à la moindre occasion. Ces deux hommes s’apprêtent à participer à la fameuse émission télé Le Duel. Mais à la suite d'une dispute en direct, Corrado De Angelis part et disparaît. Immédiatement les soupçons pèsent sur son rival Palmieri !

    J'avais eu un gros coup de cœur pour son premier roman traduit en français : "A mains nues". J'avais également lu "Le fil rouge" même si j'avoue ne plus me souvenir de l'histoire aujourd'hui... J'ai donc sauté sur l'occasion pour découvrir son dernier roman en espérant retrouver mon coup de cœur. Malheureusement ce ne fut pas le cas ici ...

    Je dois dire que placer l'histoire au cœur d'une rivalité entre deux auteurs de polar m'a tout de suite attiré et j'avais hâte de faire plus ample connaissance avec ces deux personnages. Mais j'ai eu beaucoup de mal à m'y attacher car l'auteur place un grand nombre de personnages différents si bien qu'on s'y perd un peu.

    J'ajoute à cela le fait qu'il existe plusieurs narrateurs et que l'on passe de l'un à l'autre sans réellement de distinction. Du coup, cela m'a énormément gêné dans ma lecture. D'habitude, le changement de narrateur se fait via un changement de chapitre ou par un signe distinctif (exemple : un astérisque) pour passer d'un paragraphe à un autre. Ce n'est pas le cas ici, les chapitres correspondent eux à une journée entière.

    L'histoire en elle même est bien trouvée et originale, mais il me manquait un je ne sais quoi qui aurait pu me donner envie de revenir plus souvent à ma lecture. Résultat, j'ai mis deux semaines à le lire, ce qui est très rare pour moi.

    Bref, une lecture un peu longue malgré une histoire originale. Petite déception pour ma part !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Petite citation pour la route : "Tenter de faire de l'audimat avec de la littérature, c'est comme jouer au golf avec la canne en laiton de son grand-père."

    Titre : Bon à tuer (Titre original : Scripta Manent)
    Auteur : Paola Barbota
    Traductrice : Anaïs Boueille-Bokobza
    Editeur : Denoël
    Parution : 5 Avril 2018

  • "La maison aux orangers" de Claire Hajaj

    maison,orangers,claire,hajaj,les escales

    En 1948, à Jaffa en Palestine, le jeune Salim doit quitter sa maison et son oranger lorsque le conflit israélo-palestinien commence... En 1959, en Angleterre, Judit, douze ans, est juive. Elle a du mal à porter sa religion et le poids du passé familial... Vers la fin des années 60, Judit et Salim se rencontrent et tombent amoureux. Vont-ils réussir à passer outre leurs religions, leurs différences et les problèmes qui en découlent ?

    Je dois l'avouer, je ne connais pas grand chose du conflit israélo-palestinien, à part que deux peuples revendiquent le même territoire. Ce roman m'a permis de me documenter sur le sujet et d'y voir plus clair, même si l'auteur ne prend pas partie. Au contraire, à travers ses deux personnages principaux - l'un arable, l'autre juive - elle s'attache à donner les deux versions et c'est ce qui rend ce roman très pertinent. J'ai appris des choses et cela m'a permis de m'interroger, mais également de me mettre à la place de l'un et de l'autre.

    L'histoire d'amour passionnelle et tumultueuse de Judit (ou Jude) et Salim est très bien évoquée. L'auteur donne la parole aux deux protagonistes, le lecteur sait donc le ressenti et les émotions du couple. J'ai beaucoup apprécié leur histoire même si je n'ai pas toujours compris certains choix des personnages.

    Cette histoire fera aussi voyager le lecteur à travers plusieurs pays : la Palestine, l'Angleterre, le Koweit, la Syrie, ... Un petit mot également sur la superbe couverture qui illustre à merveille (du moins c'est comme cela que je me l'imagine dans ma tête) la maison typique de Jaffa, la maison aux orangers de Salim, si cher à son cœur.

    Bref, un roman contemporain que j'ai apprécié autant pour l'histoire personnelle de Jude et Salim, que pour le contexte difficile du conflit israélo-palestinien.

    Je remercie les éditions Les Escales !

    Petite citation pour la route : "Elle se demanda alors à quoi ressemblerait la vie si tout le monde agissait à l'unisson en cet instant précis -si personne n'avait à se sentir différent."

  • "Là où la vie t'emmène" d'Alban Gallée

    là, où, vie, t'emmène, alban, gallée, city

    Rose a une maladie un peu spéciale : elle n'arrive pas à quitter les choses ou les personnes. Ainsi, elle doit toujours demander l'autorisation pour quitter une pièce, un objet ou une personne, au risque de rester bloquer dans cette situation. Oui mais voilà qu'à trente ans, Rose en a assez de cette petite vie routinière. Avec l'aide de sa mère, Rose gagne un concours : six mois offerts sur une île en Australie. Même si elle appréhende beaucoup, Rose décide de s'y rendre ... Advienne que pourra !

    Je dois dire que ce livre m'a tout d'abord attirer par sa couverture, son titre et également le résumé. On pourrait s'attendre à une lecture légère et pourtant ce livre aborde une histoire originale. Trop originale ?

    En effet, le côté "maladie" de Rose m'a tout d'abord intrigué, puis j'ai eu du mal à trouver cela crédible. Je ne sais pas du tout si cette pathologie existe réellement ou si cela est juste une pure fiction de l'auteur, mais je n'ai pas réussi à m'attacher complètement au personnage de Rose en partie à cause de cela.

    De plus, le rebondissement lié au concours m'a moyennement convaincu et je me doutais bien de la révélation finale. C'est pourquoi j'ai un avis assez mitigé sur cette lecture.

    Malgré tout, je dois dire que le style de l'auteur est agréable et se lit facilement. On se surprend à tourner les pages même si le contenu m'a laissé quelque peu perplexe. 

    J'espère que ce livre trouvera le bon lectorat car pour ma part, je suis tombée à côté...

    Je remercie les éditions City !

    Petite citation pour la route : "La famille, c'est parfois des étrangers qui s'aiment."

  • "Qui je suis" de Mindy Meija

    qui,je,suis,mindy,mejia,mazarine,babelio,masse critique

    Dans la petite ville tranquille de Pine Valley où tout le monde se connait, Hattie Hoffman, dix-huit ans, vient d'être retrouvée assassinée sauvagement. Qui a bien pu en vouloir à cette jeune fille bien sous tout rapport ? Elle qui était une fille sérieuse, une excellente élève, une petite amie dévouée... Le shérif Del, ami du père d'Hattie,  est chargé de l'enquête. Il pensait la connaitre mais les secrets et les révélations ne vont pas tarder à faire surface...

    J'avais vu ce titre et lu de bon échos, notamment sur Instagram, alors quand je fus sélectionnée sur ce titre pour le dernier Masse Critique de Babelio, je fus ravie !

    J'ai mis un peu de temps à le lire, non pas parce qu'il ne m'a pas plu, mais plutôt dû à un contexte non favorable pour la lecture... Il a donc traîné dans mon sac pendant plusieurs jours avant que je puisse avoir l'occasion de l'ouvrir. Et à partir de ce moment là, je peux vous dire qu'il est difficile de le lâcher.

    Il y a trois narrateurs à cette histoire : Hattie (avant qu'elle ne disparaisse bien sûr), Del (le shérif chargé de retrouver le coupable) et une troisième personne dont je préfère ne rien dire pour vous laisser un peu de suspense (quand même !). J'ai adoré avoir les points de vue de ces trois personnages. Cela permet d'avoir plusieurs versions d'une même scène, de connaitre un peu plus en profondeur les personnages, mais cela nous amène également à avoir plusieurs suspects différents. Et je dois dire que l'auteur a réussi à me surprendre car ce sont les toutes dernières pages qui nous donne les réponses tant attendues. Et je ne m'attendais pas à cela, j’étais même carrément à côté de la plaque !

    Concernant le personnage d'Hattie, j'ai eu du mal à m'attacher à elle. On ne sait pas réellement qui elle est, dû à ses multiples personnalités. C'est le petit bémol que j'apporterai à ce roman, mais ce n'est pas un défaut car cela colle parfaitement à l'histoire, c'est plutôt une remarque personnelle propre à mes goûts.

    Bref, un thriller prenant à découvrir !

    Je remercie Babelio et les éditions Mazarine !

  • "EVJF" de Liz Blackrock

    EVJF, liz, blackrock, denoël, hildegarde

    Amandine va bientôt se marier avec Thomas. Elle est en panique concernant les préparatifs du mariage et le fait d'intégrer sa belle famille plutôt huppée. Mais pour l'heure, c'est le weekend de son enterrement de vie de jeune fille, organisé par sa témoin Justine, accompagnée de ses demoiselles d'honneur : Charlotte, Vanessa, Eva et Constance. Malgré un début prometteur, les choses ne vont pas se dérouler comme prévues...

    J'ai tout de suite été attirée par le titre, la couverture et le résumé où l'on annonce un enterrement de vie de jeune fille qui va tourner au désastre !

    Tout avait pourtant bien commencé pour Amandine. Sa témoin et ses demoiselles d'honneur lui ont fait une surprise en la kidnappant pour le weekend entier ! Résultat : elles partent dans la maison de campagne d'Eva, près de Marseille. Au programme : restaurant étoilé, dégustation de vin, soirée salsa, spa, ... et j'en passe ! Le hic c'est que les cinq nanas ne se connaissent pas vraiment et ont des personnalités bien tranchés (enfin presque toutes !).

    On pressent assez vite qu'il y a pas mal de non-dit et de secrets qui entourent cette bande d'amies. Les révélations vont se faire au fur et à mesure du weekend et le lecteur appréciera ces petits rebondissements.

    J'ai beaucoup aimé cette histoire que j'ai dévoré en à peine deux jours. Le style est très accessible, léger, un vrai chick-lit ! Cela m'a beaucoup rappelé certains moments des EVJF auxquels j'ai déjà participé : rancœurs, les jalousies, les détails gênants révélés, mais aussi les parties de rigolade, les bons moments et le simple fait d'être ensemble !

    Bref, un chouette roman qui rappellera des souvenirs aux nanas passées par là ! ;)

    Je remercie les éditions Denoël !

    Titre : EVJF
    Auteur : Liz Blackrock
    Editeur : Denoël 
    Parution : 1er mars 2018