Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte

  • "Un merci de trop" de Carène Ponte

    merci,trop,carène,ponte,pocket

    Juliette a toujours été une femme sage et obéissante, que ce soit au travail ou auprès de sa famille. Mais un jour, sa boss l'humilie une fois de plus et pour Juliette c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Elle décide sur un coup de tête de démissionner pour tenter de devenir écrivain. A partir de là, Juliette a bien l'intention de changer beaucoup de choses dans sa vie !

    J'avais déjà croisé plusieurs romans de Carène Ponte sans avoir l'occasion d'en  découvrir un seul. Cette fois, j'ai décidé (un peu comme Juliette ^^) de découvrir cette auteure et pourquoi pas avec son premier roman !

    J'avais besoin de lire un roman détente, sans prise de tête, qui se lit vite et avec un peu d'humour. Et ce roman a totalement rempli ses conditions et j'en suis ravie.

    Nous faisons la connaissance de Juliette, une femme hyper gentille qui a tendance à se laisser marcher sur les pieds et a vouloir plaire aux autres quitte à oublier ses désirs. D'ailleurs, elle m'a un peu fait penser à moi par moment… Mais un jour, elle se rend compte de tout cela lorsque sa patronne l'humilie et la rabaisse, et que sa seule réponse est un simple "merci". Comme le dit le titre, si bien choisi, c'est le merci de trop, qui va bouleversé son train train quotidien. Cela commence par sa démission immédiate sans avoir de plan de secours. C'est d'ailleurs l'occasion de pouvoir penser à son rêve : devenir écrivain. Il va ensuite falloir annoncer à ses parents et détruire l'image modèle qu'elle s'est construite depuis l'enfance. Je ne vous parlerais pas de sa vie amoureuse qui va également connaitre un grand bouleversement, je vous laisse le découvrir par vous-même.

    J'ai adoré le style d'écriture de l'auteure. C'est plein d'humour et rempli d'anecdotes culturelles de notre époque (Love Actually, Friends, …). ça se lit très facilement et le roman est assez court. On rentre facilement dans l'histoire et l'auteure arrive à nous donner assez de rebondissements pour nous tenir en haleine jusqu'au bout. J'ai d'autres romans de l'auteure dans ma PAL et il me tarde de les découvrir.

    Bref, un chouette roman détente à découvrir !

  • "Les guerres intérieures" de Valérie Tong Cuong

    guerres,intérieures,valérie,tonc cuong,jc lattès

    Pax Monnier voit enfin sa carrière d'acteur décoller quand il a accès à un entretien pour un film avec Matthew McConaughey. Avant le casting, il repasse chez lui pour se préparer et c'est là qu'il entend une violente dispute dans l'appartement du dessus. Pax n'ose intervenir de peur d'être en retard. Alors quand le lendemain, il apprend que son voisin a été violement agressé, il culpabilise. Aurait-il dû intervenir ? Quelques mois plus tard, il tombe amoureux d'Emi. Cette dernière est la mère d'Alexis, l'ancien voisin de Pax, celui qui a été agressé. Pax s'interroge : que faire ? Tout avouer ? Ou se taire ?

    Valérie Tong Cuong est l'une de mes auteures préférées car je trouve ses romans très humanistes. Il me tardait donc de découvrir son dernier roman.

    Encore une fois, Valérie Tong Cuong nous livre un roman où les émotions humaines sont au cœur du récit. Elle explore tout un tas d'émotions différentes telles que la culpabilité, la honte, la colère, la peur… tout cela grâce à trois personnages principaux : Pax, Alexis et Emi.

    Au début du roman, nous faisons la connaissance de Pax Monnier qui tente de faire revivre sa carrière d'acteur. En se préparant pour un rôle, il est le témoin auditif de l'agression d'Alexis qu'il ne connait pas. Mais étant en retard, il prend la décision d'occulter ce fait et de ne pas en tenir compte. Même lorsque la police viendra l'interroger le lendemain, il fera le choix de se taire. Pourquoi ? Qu'est ce qui détermine un individu à vouloir se taire ? La culpabilité commence à s'insinuer en Pax. Mais le pire viendra alors lorsqu'il tombera amoureux d'Emi, la mère d'Alexis, quelques mois plus tard. Faut-il lui révéler ce qu'il a entendu et vu ce jour là ? Faut-il lui dire qu'il n'a rien fait pour intervenir ? Faut-il tout avouer au risque de tout perdre ?

    De son côté, Emi a elle aussi une part de culpabilité dans ce qui s'est passé ce fameux jour du 23 septembre 2017. Mais je ne vous en dirais pas plus pour ne pas trop vous spoiler l'histoire. Et enfin, Alexis a également la parole dans cette histoire. Pour lui, c'est un questionnement sans fin : pourquoi lui ?

    Je dois dire que j'ai eu du mal à me repérer dans la première partie de l'histoire. Mais à partir de la seconde moitié du roman, mon attention fut captée et je n'avais qu'une envie : savoir comment tout cela allait finir. Comme les personnages, on s'interroge à plusieurs reprises sur leurs choix et leurs actes. J'ai aimé l'originalité de cette histoire et bien évidemment le côté humaniste comme dans chacun des romans de cette auteure. Malgré tout, j'ai un petit bémol sur le côté un peu trop introspectif à mon goût.

    Bref, ce ne sera pas un coup de cœur mais j'en garderais un bon souvenir quand même !

    Petite citation pour la route : "Tout bien pesé, il n'était pas pire qu'un autre. Tout était question d'occasion, cette occasion qui libérait le monstre sommeillant en chacun de nous. La lâcheté était peut-être le caractère le mieux partagé dans ce monde : chacun l'expérimentait tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, et s'empressait aussitôt de le dissimuler."

    Bonne nouvelle ! Ce roman sortira en poche aux éditions Le livre de Poche le 19 août 2020 !

    guerres,intérieures,valérie,tonc cuong,jc lattès

     

  • "Le bruissement des feuilles" de Karen Viggers

    bruissement,feuilles,karen,viggers,les escales

    Leon est garde forestier. Il débarque dans une petite ville australienne où les bucherons sont légions. Pas facile pour lui de se faire accepter par cette communauté. Il va faire la connaissance de Miki, dix-sept ans, qui vit recluse avec son frère Kurt. Miki a soif de liberté, aime les arbres et les animaux. Ensemble et à leur manière, ils vont faire bouger les choses dans cette petite ville où tous le monde se connaît mais où l'on préfère taire les choses qui dérangent...

    Ce n'est pas une nouveauté : j'adore l'écriture de Karen Viggers. Je n'ai jamais loupé la sortir d'un de ces romans et j'apprécie toujours autant son style.

    Karen Viggers a deux talents. Le premier est qu'elle rend un vibrant hommage à son pays : l'Australie. Le lecteur aura vraiment l'impression d'y être ou du moins vous aurez envie d'aller visiter la Tasmanie. L'auteure s'attache à traiter un thème différent dans chacun de ses romans. Ici ce sont l'importance des arbres, des forêts et des animaux en voie de disparition comme les diables de Tasmanie. Vous ne savez pas ce que c'est ? Eh bien, c'est l'une des spécificités de Karen Viggers : nous apprendre et nous faire intéresser à des choses dont on ne savait rien avant d'ouvrir un de ses livres.

    Le deuxième talent de l'auteur est de créer des personnages humanistes. On s'attache tout de suite à Leon qui cherche à recommencer une nouvelle vie, qui cherche à se faire intégrer même si ce n'est pas facile tous les jours, et qui veut toujours aider les autres, quitte à s'oublier un peu soi-même. Le personnage de Miki m'a également beaucoup touché. C'est une jeune femme qui n'a de cesse de vouloir un peu de liberté, que ce soit au sens propre comme au figuré. Elle trouve du réconfort dans la lecture d'œuvre classique, comme dans ses escapades dans la forêt. D'autres personnages de cette communauté sont tout aussi intéressant : le petit Max, les joueurs de footy, Géraldine,...

    Bref, Karen Viggers confirme à nouveau son talent d'écrivaine. Vivement le prochain !

    Bonne nouvelle ! Il est sorti en poche chez Le livre de poche !

    bruissement,feuilles,karen,viggers,les escales

    Petite citation pour la route : "Les livres nous montrent d'autres destins, parce que nous ne pouvons pas tout vivre- nous ne vivons que notre propre vie. Les livres sont capables de nous ramener dans le passé ou de nous transporter dans le futur. Ils élargissent nos esprits. Ils nous montrent de nouveaux mondes. C'est ça, la fiction. Son pouvoir est considérable."

  • "Une étincelle de vie" de Jodi Picoult

    étincelle, vie, jodi, picoult, actes sud

    Hugh McElroy, négociateur dans la police, est appelé sur le site d'une prise d'otage. Un homme armé retient des otages dans une clinique qui pratique des avortements. Il y a des blessés, la situation est critique. Surtout quand Hugh apprend que sa fille se trouve à l'intérieur et qu'il ignore ce qu'elle fait là… 
    Dans un autre hôpital, une jeune fille se réveille menotté à un lit d'hôpital. Beth, dix sept ans, a avorté de manière illégale, en avalant des médicaments commandés sur internet, en ayant dépassé le stade légal pour le faire...

    Je n'ai jamais lu de livres de l'auteure Jodi Picoult, pourtant j'en ai entendu énormément de bien. Ayant commandé son dernier roman au boulot, je me suis laissée tenter !

    Ce roman traite d'un sujet délicat aux Etats-Unis (mais également partout ailleurs dans le monde) : le droit à l'IVG (interruption volontaire de grossesse). L'auteure y décrit les diverses situations liées à l'avortement : que ce soit des femmes ayant décidé d'y avoir recours, comme les pro-life qui militent activement devant les centre IVG. Elle nous raconte également diverses histoires à travers différents personnages que ce soit des otages (patientes et personnels soignants), du preneur d'otage, du négociateur ou encore de la jeune fille menottée à l'hôpital. Chaque personnage a le droit à la parole et petit à petit on découvre leur histoire.

    Ce roman est également construit de manière originale : le premier chapitre s'ouvre alors que la prise d'otage a eu lieu depuis un bon moment. Il est alors 17h. Le chapitre suivant s'intitule 16h. Et ainsi de suite. Vous l'aurez compris, l'auteure a pris le parti de nous faire remonter le temps petit à petit. Le dernier chapitre se nomme 18h et donnera la réponse finale à tout ça : comment va se terminer cette prise d'otage ? Entre deux, le lecteur aura fait la connaissance du parcours bien personnel de chaque personnages, saura les raisons de l'acte du preneur d'otage et saura également ce que la fille du négociateur faisait à l'intérieur de ce centre.

    J'ai adoré la manière dont est construit ce roman, le fait de donner la parole à chaque personnage et d'avoir traité le sujet du droit à l'avortement de différentes manières possibles. J'ai également aimé le style d'écriture de l'auteure, qui me fait dire que ce ne sera pas le dernier livre de cette auteure que je lirai. J'ai d'ailleurs dévoré ce roman malgré le sujet délicat traité. Enfin, l'auteure s'exprime de manière plus personnelle sur le sujet à la fin du livre. Bravo à elle !

    Bref, un excellent roman à découvrir à tout prix !

    Petites citations pour la route : "On ne s'habitue jamais à voir les gens partir même si ça arrive plusieurs fois dans une vie."

    "N'est-ce pas un monde de dingues, ce monde où le délai d'attente pour se faire avorter est plus long que le délai d'obtention d'une arme ?"

  • "Deux soeurs" de David Foenkinos

    deux,soeurs,david,foenkinos,gallimard

    Mathilde vient de se faire quitter par son compagnon Étienne, du jour au lendemain. Son monde s'écroule, elle est complètement dévastée. Sa sœur Agathe lui propose alors de venir vivre chez elle, dans son appartement qu'elle occupe avec son mari Frédéric et sa petite fille Lili. Mais la cohabitation ne s'annonce pas facile ...

    J'avais entendu du bien de ce roman, mais j'avais eu un peu de mal avec certains ouvrages précédents de l'auteur, même si je garde un excellent souvenir du titre "La délicatesse".

    Ce livre n'est pas très joyeux car toute l'histoire commence par une rupture. Celle de Mathilde et Étienne. Mathilde n'a rien vu venir et tente désespérément de comprendre pourquoi et d’espérer le retour d’Étienne. Elle se plonge dans ses souvenirs, tout en oubliant le reste du monde. Elle tombe peu à peu dans un état dépressif où elle commence à faire n'importe quoi : d'hallucinations à un épisode qui marquera un arrêt de sa carrière d'enseignante. Malgré tout, sa sœur Agathe tente par tous les moyens de faire remonter Mathilde à la surface. L'entrée d'Agathe dans le décor de cette histoire marque le début de la seconde partie du livre -la première étant consacrée à la rupture. Agathe va alors proposer à Mathilde de venir habiter avec elle, son mari Frédéric et leur fille Lili. Mais la promiscuité et l'état dépressif de Mathilde ne va pas rendre la cohabitation facile, voire même dangereuse...

    Le final m'a un peu surprise même si je m'attendais à une fin de ce genre. J'ai eu l'impression de retrouver le style d'écriture si particulier de l'auteur David Foenkinos, avec ces phrases percutantes et ces chapitres d'une phrase courte ou de longs paragraphes. L'auteur parvient à merveille à décrire les sentiments des personnages, on pourrait facilement se mettre à leur place. D'ailleurs qui n'a jamais vécu une rupture difficile ? Le perte d'un être cher ? ou ce sentiment de jalousie ? Cette histoire parlera à bon nombre de lecteurs et pour ma part, elle m'a rappelé quelques personnes de mon entourage. Et enfin, un petit mot sur l'ambiance tendue qui s'insinue au fur et à mesure des pages et qui attise la curiosité du lecteur jusqu'au final brutal !

    En tout cas, je suis contente d'avoir la sœur que j'ai, elle ne ressemble en rien à Mathilde (et moi non plus, si cela peut vous rassurer !)

    Bref, une histoire qui ne laissera personne indifférent ! Et un final à couper le souffle !

    Petite citation pour la route : "C'était exactement ce qu'il lui fallait. Elle n'avait aucun espoir de voir disparaitre sa souffrance, mais la rendre moins intense, poser dessus comme une pénombre ou un voile, oui voilà, c'était ce qu'elle voulait; non pas du bonheur, mais un malheur maîtrisable."

    Bonne nouvelle : Ce roman sortira en poche le 4 juin 2020 aux éditions Folio ! 

    deux,soeurs,david,foenkinos,gallimard