Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte - Page 5

  • "La salle de bal" d'Anna Hope

    salle, bal, anna, hope, folio

    Hiver 1911, Ella Fay se retrouve internée à l'asile de Sharston, dans le Yorkshire, pour avoir brisé une fenêtre dans la filature où elle travaillait. Là-bas, elle y rencontrera Clem qui la guidera dans sa manière de se comporter à l'asile. Puis vient le fameux moment du vendredi soir, où un grand bal y est organisé. L'occasion pour les hommes et les femmes d'être enfin réunis. Ella y fera la connaissance de John, un irlandais. C'est le coup de foudre... Mais le docteur Fuller a de grand projet pour eux...

    J'avais croisé ce roman au boulot et l'histoire m'avait tout de suite interpellé. Alors quand les éditions Folio m'ont proposé de le découvrir en format poche, je n'ai pas hésité une seule seconde !

    Anna Hope nous plonge au cœur d'un asile où on a l'impression que n'importe qui peut s'y retrouver un jour, comme le prouve la présence d'Ella Fray ou de John. Le décor est planté et les descriptions du lieu sont saisissante. Certain moment nous glace le sang, notamment l'épisode du "tube". De plus, ce côté angoissant s'accentue avec le projet complètement "fou" du docteur Fuller.

    J'ai adoré le personnage du docteur Fuller. Alors certes, ce n'est pas un personnage très plaisant, mais on le voit évoluer d'une toute autre manière tout au long de la lecture. Ce personnage est l'un des trois narrateurs de cette histoire. Les deux autres sont bien évidemment Ella et John. J'ai également aimé assister à leur rapprochement, que ce soit au moment des bals ou lors de leur échange épistolaire. C'est émouvant et on se surprend à vouloir les aider à se retrouver.

    Concernant le style de l'auteure, je dois dire que le début m'a paru un peu long, mais il me semble important de bien planter le décor pour bien se rendre compte du cadre dans lequel les personnages évoluent. Le final est très émouvant. Et enfin, j'ai apprécié les notes de l'auteure qui nous indique ce qui est inspiré de faits réels et ce qui relève de la fiction.

    Bref, une très belle découverte !

    Je remercie les éditions Folio !

  • "S.E.C.R.E.T" de L.Marie Adeline

    secret,l.marie adeline,pocket,érotisme

    Cassie est une serveuse trentenaire qui a tendance à s'oublier dans sa petite routine. Un jour, une cliente laisse un carnet assez intime sur la table. Cassie, curieuse, en lit quelques pages et est bien intriguée. Elle apprend alors l'existence d'une agence assez particulière ; S.E.C.R.E.T, dont le but est d'aider les femmes à se libérer. Cassie va-t-elle se laisser tenter par ce programme ?

    J'avais repéré ce livre il y a pas mal de temps sur le blog de Lavinia. J'ai enfin pris le temps de découvrir ce premier tome.

    Dans ce roman, on découvre le personnage de Cassie, jeune veuve d'une trentaine d'années. Elle travaille en tant que serveuse au Café Rose à la Nouvelle Orléans. Elle s'investit énormément dans son boulot car elle n'a rien d'autre à côté… Jusqu'au jour où sa petite routine va être chamboulée par l'existence d'une agence secrète qui porte bien son nom. Cassie va enfin oser à travers un programme en dix étapes où elle va pouvoir réaliser plusieurs de ses fantasmes.

    Et oui, ce roman érotique change un peu des romans du genre. C'est d'ailleurs ce que j'ai aimé dans cette histoire.

    Par contre, j'ai trouvé ce principe d'agence un peu trop "gros" pour y croire. Je dois aussi avouer que j'ai vu certaines choses arrivées dans l'histoire, mais pas forcément le final, qui permet d'amener au second tome, et par la même occasion, de susciter la curiosité du lecteur. Je n'ai pas le second tome dans ma PAL, mais si je le trouve d'occasion, je serais ravie de découvrir ce qu'il advient de Cassie.

    Bref, un roman érotique sympa sur le moment mais pas indispensable non plus ! 

  • "La vraie vie" d'Adeline Dieudonné

    vraie,vie,adeline,dieudonné,l'iconoclaste

    Dans un lotissement, une famille tout ce qu'il y a d'ordinaire… ou presque. Un père chasseur qui aime tabasser sa femme régulièrement, une mère quasi transparente, une adolescente qui possède un lien fusionnel avec son petit frère Gilles… jusqu'au terrible jour où plus rien ne sera comme avant ...

    Ce roman a eu un terrible succès au moment de la rentrée littéraire. Il a d'ailleurs reçu plusieurs prix dont le roman Fnac 2018. J'ai eu, moi aussi, envie de connaitre ce qui a plu chez tant d'autres lecteurs !

    Tout d'abord, ce roman est assez intense. L'auteure nous dépeint une famille où l'ambiance est assez malsaine. Au cours de la lecture, cela devient de plus en plus dérangeant pour le lecteur (un peu comme lors de la lecture de "Chanson douce" de Leila Slimani). On a terriblement envie de plonger au cœur de l'histoire pour aider certains personnages.

    La particularité de ce roman se situe au niveau du style d'écriture. L'auteure utilise beaucoup d'images pour accentuer ses propos, notamment l'image de la hyène qui s'insinue dans les esprits. Cela pourra en dérouter certains, personnellement cela ne m'a pas dérangé, au contraire, cela rajoute du potentiel au roman.

    Pour un premier roman, il me semble particulièrement réussi. Adeline Dieudonné est donc une auteure à suivre !

    Petites citations pour la route : "Les histoires, elles servent à mettre dedans tout ce qui nous fait peur, comme ça on est sûr que ça n'arrive pas dans la vraie vie."

    "Que la vie est une grande soupe dans un mixer au milieu de laquelle il faut essayer de ne pas finir déchiqueté par les lames qui vous attirent vers le fond."

    "Je ne savais pas s'il existait des vies réussies, ni ce que ça pouvait signifier. Mais je savais qu'une vie sans rire, sans choix et sans amour était une vie gâchée."

  • "Lâchez les chiens !" de Maud Tabachnik

    lâchez,chiens,maud,tabachnik,de la borée,masse,critique,babelio

    Bernard Lenterne est retrouvé assassiné chez lui. Son ami, Bertrand Dumont en est persuadé : il a été tué car il a été juré dans un procès rendant coupable un commerçant du village et surtout il sait qui l'a tué... Alors que la police enterre l'affaire, Bertrand décide d'appeler son amie Fanny, journaliste et spécialiste des faits divers, pour tirer au clair toute cette histoire.

    J'ai découvert l'auteure Maud Tabachnik avec son célèbre roman "Le cinquième jour" qui m'avait terriblement marqué. Je n'avais pas eu l'occasion de la relire avant d'être accepté au dernier Masse Critique de Babelio avec ce titre : "Lâchez les chiens !" déjà paru en 1998.

    Nous sommes plongés dans un petit village de province où les parisiens ne sont pas les bienvenus et où corruption et règlements de comptes sont fréquents. Fanny, ex-détective privée, devenue journaliste, va s'intéresser à ce fait divers à la demande de son ami, qui subit lui aussi d'étranges menaces. Elle va y découvrir un village où le pouvoir joue un rôle important, teinté de corruption, de violence et de racisme.

    Ce roman se lit comme une nouvelle, il est très court (à peine 155 pages) avec des chapitres de trois pages maximums. Je ne vais pas dire que j'ai été emballé par l'histoire, mais elle reste néanmoins agréable à découvrir sur le moment.

    Concernant le final, il m'a manqué un petit quelque chose. C'est une fin assez réaliste et j'aurais préféré qu'elle se termine autrement pour certains personnages et pour un minimum de justice.

    Je n'ai pas retrouvé la petite étincelle éprouvée à ma lecture du " Le cinquième jour", dommage !

    Je remercie les éditions La Borée et Babelio !

  • "Je maudis le jour" d'Anna-Véronique El Baze

    maudis, jour, anna-véronique, el baze, plon

    Léa, libraire divorcée, cache de lourds secrets. Elle croise régulièrement la route de Nicolaï, ancien légionnaire, devenu SDF. S'ajoute à ce duo improbable, le flic Patrick Revel, qui enquête sur une succession de meurtres commis par le même tueur, que l'on surnomme à présent "L'assassin du .22". 

    Ce livre m'a tout d'abord attiré par la couverture où l'on voit en premier plan, une jeune femme de dos avec une arme à la main. Puis si l'on regarde bien dans cette silhouette, on y découvre également un homme. On sent que cette femme et cet homme sont tout de suite liés et le lecteur va alors chercher leur lien.

    Ce roman est tout d'abord une enquête. Patrick Pevel est censé résoudre l'affaire de "L'assassin du .22". Il en est persuadé c'est Léa la coupable. Il connait un peu cette suspecte, puisqu'avant d'être affecté à cette affaire, il se voyait de temps en temps. Pevel va alors tout faire pour essayer de découvrir des preuves de ce qu'il avance.

    Outre le côté enquête, j'ai trouvé que l'auteure mettait un point d'honneur a donné une véritable identité à ces personnages. Celui qui nous intrigue le plus est forcément le personnage de Léa. Elle possède une double personnalité et est capable de beaucoup de choses. Vient ensuite le personnage de Nicolaï, ce légionnaire qui revient du Mali et qui a choisi de vivre en marge de la société, peut-être afin d'expier ses fautes passées... Et ensuite, le flic Patrick Pevel, totalement obsédé par Léa et toute cette affaire.

    Même si le roman se lit très facilement, je dois dire que j'ai été un peu déçue de la fin. Celle ci m'a laissé un petit goût d'inachevé, surtout en ce qui concerne l'enquête policière en elle-même. Par contre, du point de vue psychologie des personnages, la fin est un régal. C'est pourquoi j'en ressors un peu mitigé. Je sais que la fin ne plaira pas à tout le monde et c'est ce qui en fait, en quelque sorte, son originalité.

    Je remercie les éditions Plon !