Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte - Page 5

  • "Comment Baptiste est mort" d'Alain Blottière

    comment, baptiste, mort, alain, blottière, folio

    En plein désert, Baptiste et sa famille sont enlevés par des djihadistes. Après plusieurs semaines de captivité, Baptiste est le seul à revenir vivant. Mais Baptiste n'est plus réellement Baptiste. Dorénavant, il se fait appeler Yumaï. Pourquoi veut-il qu'on l'appelle comme cela ? Pourquoi est-il le seul survivant ? Et surtout, que s'est-il passé pour sa famille ?

    Le résumé m'a tout de suite interpellé et intrigué. J'avais hâte de découvrir l'histoire de ce jeune garçon Baptiste, devenu Yumaï, soldat du désert.

    A travers l'échange entre Baptiste/Yumaï et ce qu'il semble être un psy, le lecteur assiste peu à peu à des révélations sur ce qui est arrivé à Baptiste, depuis son enlèvement jusqu'à son retour en France. ll y a également des passages complètement descriptifs, donnés par un narrateur complètement extérieur à l'histoire. Ainsi, le lecteur se fait une idée de plus en plus précise sur le personnage double face : Baptiste / Yumaï.

    On apprend petit à petit, comment ils ont été enlevé, lui et sa famille, ce qu'ils ont vécu pendant leur captivité, leur séparation, puis les conditions de vies, puis l'évolution de Baptiste au sein du groupe djihadistes. Baptiste parle et se livre peu si bien qu'il faut du temps avant d'en apprendre davantage. Parfois, même le lecteur s'interroge et s'invente l'histoire terrible de cette famille.

    Le final m'a scotché, même si plusieurs idées se sont formées dans ma tête, au cours de ma lecture. Le style est assez spécial, déroutant, parfois un peu lent, mais reste malgré tout intéressant.

    Bref, un roman court mais intense !

    Je remercie les éditions Folio !

  • "La guerre des mères" de Kaui Hart Hemmings

    guerre,mères,kaui,hart,hemmings,denoël

    Mele Bart est une jeune maman, célibataire de 28 ans. Elle a eu Ellie avec Bobby, son ex, qui va bientôt se marier. Mele est invitée au mariage mais ne sait pas encore si elle va y aller. Pour se changer les idées, elle s'inscrit à un concours de recettes de cuisine organisé par le Club des Mamans de San Francisco. Elle trouve l'inspiration auprès de son groupe d'amis/mamans au détour de leur anecdote sur leur vie de parents.

    En voyant la couverture et le résumé de ce livre, je m'attendais à un livre humoristique sur la parentalité. En réalité, c'est plus un roman contemporain sur une maman qui a eu du mal à trouver sa place auprès d'une communauté assez sectaire. Malgré tout, elle a fini par trouver un groupe de mamans (et un papa) où elle se sent bien malgré leurs différences.

    La vie de Mele n'a pas toujours été facile, surtout quand Bobby, le père de sa fille, lui annonce qu'il a, en réalité, une double vie et qu'il va se marier !!! L'invitation au mariage est une torture pour elle. Heureusement, elle est bien entourée par son groupe d'amis et parents composé d'Annie, Georgia, Barrett et Henry. Ces derniers s'amusent à lui livrer des anecdotes de leurs vie de parents pour l'aider à constituer des recettes pour le concours. En effet, Mele aime réaliser de nouveaux plats en fonction de l'histoire qui lui est contée. Ainsi, on découvre des situations cocasses, assez drôles, parfois gênantes ou humiliantes, mais qui parleront sans aucun doute aux jeunes parents.

    J'ai mis pas mal de temps à lire ce livre. Pas parce je n'aimais pas, mais plutôt parce que j'étais pas mal occupée, du coup, je n'arrivais pas à me concentrer dessus, ce qui ne m'a pas aidé à apprécier ce roman à sa juste valeur. Dommage pour moi ! Et puis, il faut aussi signaler que je ne suis pas encore maman, ce qui n'arrange pas les choses !

    Bref, un roman sympa qui parlera aux parents !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Petites citations pour la route : "Parfois la vie est simple et fantastique, et tout s'additionne parfaitement. Et puis cette parenthèse se termine et nous laisse en manque."

    "L'amitié est censée vous rendre plus fort, et non vous diminuer."

     

    Titre : La guerre des mères (titre original : How to party with an infant)
    Auteur : Kaui Hart Hemmings
    Traductrice : Mélanie Trapateau
    Editeur : Denoël
    Parution : 8 Février 2018

  • "Rêver n'est pas un vilain défaut" de Carole Cerruti

    rêver,vilain,défaut,carole,cerruti,city

    Elizabeth se considère comme une fille banale, passant inaperçu auprès des gens. Alors quand sa belle mère organise la cérémonie des anciens élèves du lycée, Elizabeth ne veut pas y aller seule. Avec sa meilleure amie excentrique Kathleen, elle décide de payer un comédien pour l'accompagner. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévue...

    J'avoue que la couverture m'a tout de suite plu et je suis dans une période où j'ai très envie de lire de la romance et des choses assez légère. Le contrat est rempli avec ce livre feel-good.

    Vous l'aurez deviné, le personnage principal est Elizabeth. C'est une fille assez mal dans sa peau : quelques kilos en trop, qui a tendance à passer inaperçu, toujours rabaisser par sa belle mère et sa belle sœur (un petit côté cendrillon dans l'air) et pourtant on se prend rapidement d'affection pour elle. On a envie de la voir réaliser son rêve : devenir écrivain.

    Le côté "je paye un comédien pour jouer mon petit ami" m'a beaucoup fait penser à des films dits "de nana" comme La Proposition avec Sandra Bullock. Cela a un côté déjà vu mais pourtant on accroche dès le départ.

    Côté style d'écriture, je dois dire que j'ai eu du mal durant les cinquante premières pages, mais cela est dû à la mise en place des personnages et du décor. Puis très vite, on se prend au jeu et on a terriblement du mal à le lâcher. Ce côté page-turner et addictif m'a fait rater quelques heures de sommeil, mais je ne regrette pas du tout !

    Un petit mot également pour le super choix de la couverture. Cela annone un roman cocooning et je la trouve très jolie.

    Bref, j'ai hâte de découvrir le prochain roman de Carole Cerruti ! Vivement !

    Je remercie les éditions City !

    Petites citations pour la route : "Au fond de moi, je savais bien ce que je voulais. Écrire. Raconter toutes les histoires qui bouillonnaient dans ma tête. Inventer les vies que je ne pouvais pas vivre. C'était tout ce qui m'intéressait."

    "Puisque la vie était dure , cruelle parfois, je voulais donner de la magie aux lecteurs, écrire une histoire qui puisse leur faire du bien. Qui les prendrait par la main et les sortirait de leur quotidien. Qui les ferait basculer dans un autre monde, un autre univers, l'espace de quelques heures. Un roman comme un plaid tout doux sur les épaules, enveloppant, réconfortant, aimant, accompagné d'une bonne tasse de chocolat chaud aux marshmallows. Une pépite. Un conte de fées pour adultes. Ils oublieraient leur vie. Leurs soucis. Le temps de quelques pages, ils plongeraient dans une histoire qui les ferait sourire, je l'espérais, et s'évader."

  • "La malédiction de la zone de confort" de Marianne Lévy

    malédiction, zone, confort, marianne, lévy, pygmalion, babelio, masse critique

    Elle, c'est Rose ! Elle a enfin décroché le rôle de sa vie dans une nouvelle série télé. Les seuls petits bémols sont : le fait d'avoir un présumé petit ami issu du Moyen Age et le fait de ne pas récupérer un livre médiéval qu'elle cherche depuis longtemps.
    Lui, c'est Ben ! Écrivain atteint du syndrome de la page blanche, il est au fond du trou. Ses seuls petits plaisirs sont les mails d'une certaine nana qui lui réclame à tout prix de rendre un livre médiéval.
    Rien ne les prédestinaient à se rencontrer... et pourtant !

    J'ai eu la chance de découvrir ce roman grâce au dernier masse critique de Babelio. J'ai choisi ce titre un peu par hasard, je l'avoue. J'avais juste envie d'une romance sympa. Et je dois dire que ce roman a tenu parole !

    J'ai pris plaisir à faire la connaissance de ces deux personnages principaux que sont Rose et Ben, mais également des personnages secondaires, qui apportent une touche de piment à l'histoire. Rose et Ben sont charmants et un peu excentriques (enfin surtout Rose qui voit et parle avec Guillaume, son soit disant petit ami chevalier du Moyen Age ... !). Forcément la romance entre eux, on l'a devine dès le début, mais j'ai surtout aimé les complications qui arrivent sur leur chemin.

    C'est une romance bien ancrée dans le présent avec de nombreuses références du monde d'aujourd'hui. Le style est très agréable à lire et facile d'accès. J'ai également apprécié les titres à rallonge des chapitres, c'est original et assez drôle.

    Le seul petit bémol pour moi c'est la couverture que je trouve un peu kitch. D'ailleurs je ne sais pas pourquoi, mais elle me fait penser à un livre de développement personnel... alors qu'on n'est pas du tout dans ce genre là !

    Bref, une romance contemporaine sympa à découvrir !

    Je remercie Babelio et les éditions Pygmalion !

    Petite citation pour la route : "La vie des autres est comme celle au cinéma. Toujours mieux."

  • "La nuit passera quand même" d'Emilie Houssa

    nuit, passera, quand, même, émilie, houssa, denoël

    Squatsh Bernstein est un enfant discret. Il aime s'enfermer aux toilettes pour réfléchir, la danse mais aussi la boxe, et par dessous tout, passer du temps avec sa petite sœur Marie. Dans les années 40/50, nous suivons ainsi l'enfance et l'adulte que deviendra Squatsh, de la Normandie à Paris.

    L'auteur s'est inspiré d'un personnage secondaire du film "Victor Victoria" de Blake Edwards. Il s'agit de Squash Bernstein dont l'auteur a décidé de rajouter un "t" dans le prénom. Ce personnage est garde du corps et révèle son homosexualité à son patron. Émilie Houssa s'est inspirée de cette scène et de ce personnage pour lui inventer une vie. Ainsi, elle imagine un petit garçon discret, parfois un peu à part. Elle imagine également une famille autour de lui : un père effacé, une mère qui a ses préférences, un grand frère idéal et une petite sœur aimante. Cette famille va connaître pas mal de bouleversements, que l'on observe avec les yeux de Squatsh. Ainsi le lecteur apprend à connaitre et à découvrir ce fameux Squatsh Bernsetin jusqu'à la fameuse scène de la révélation de son homosexualité à son patron.

    J'ai beaucoup aimé découvrir ce personnage et son histoire qui peut paraitre assez banal à première vue. L'auteur redonne vie et importance à un personnage secondaire, voir effacé, et lui permet de prendre la première place et de devenir enfin le personnage principal.
    J'ai apprécié le style d'écriture quasi poétique de l'auteur. Concernant le rythme du récit, je ne me suis pas ennuyé une minute durant ma lecture, même si je suis plutôt adepte des rebondissements et des romans dit "page-turner".

    Je comprends le coup de cœur des éditions Denoël pour ce roman, par son aspect poétique et émouvant. C'est également ce qui m'a poussé à accepter de lire ce roman.

    Bref, une belle plume et une belle découverte !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Titre : La nuit passera quand même
    Auteur : Emilie Houssa
    Editeur : Denoël
    Parution : 11 janvier 2018