Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roman Adulte - Page 4

  • "La fille du rivage : Gadis Pantai" de Pramoedya Ananta Toere

    fille,rivage,gadis,pantai,pramoedya,ananta,toer,folio

    A 14 ans, Gadis Pantai se voit abandonner son village de pêcheur afin de devenir l'épouse d'un riche aristocrate : le Bendoro. Elle va devoir s'adapter à sa nouvelle vie et passer du statut de pauvre à une vie de luxe mais cloitrée dans la demeure de son époux. Va-t-elle réussir à rester libre malgré tout ?

    J'ai tout de suite remarqué la très jolie couverture et le résumé qui dénonce une pratique encore malheureusement d'actualité dans certaines régions du monde : le mariage forcé.

    Nous faisons la connaissance de Gadis Pantai, une jeune fille de 14 ans qui voit sa vie basculé à jamais. En effet, le chef du village et ses parents lui ont arrangé un mariage avec le célèbre Bendoro. Fille de pêcheur, elle n'a connu que travail et pauvreté. Son nouveau titre lui fera découvrir la ville et le luxe. Mais la liberté d'aller où bon lui semble lui manque car elle reste cloitrée dans la maison. Il faut également qu'elle acquiert les coutumes de son nouveau milieu...

    Je dois dire que la première moitié du bouquin m'a beaucoup plu. Cela concerne l'arrivée de Gadis Pantai chez son époux, ses doutes et ses pensées. La dernière moitié du roman m'a paru un peu étrange. Mais cela correspond au changement opéré chez Gadis Pantai. J'ai également quelques questionnements qui n'ont pas trouvé de réponses. Et cela m'a un peu frustrée lors de ma lecture.

    Cependant, j'ai apprécié découvrir que l'auteur s'est inspiré de la vie de sa grand-mère pour écrire cette histoire. Cela m'a également permis d'en apprendre un peu plus sur les coutumes du peuple indonésien.

    Bref, une belle découverte malgré un petit bémol concernant la seconde moitié du roman !

    Je remercie les éditions Folio !

  • "Danser au bord de l'abîme" de Grégoire Delacourt

    danser, bord, abîme, grégoire, delacourt, jc lattès

    Emma, quarante ans, mariée, trois enfants a tout pour être heureuse. Mais voilà qu'un jour, elle rentre dans une brasserie et croise le regard d'un homme. Et là, bam ! C'est le coup de foudre. Va-t-elle tout plaquer pour vivre ce nouvel amour ?

    Grégoire Delacourt est un auteur que j'apprécie particulièrement et j'ai même eu la chance de le rencontrer !

    Ici, l'auteur nous plonge au cœur d'une histoire d'amour particulière. Un coup de foudre comme on n'en voit souvent dans les films. A travers l'histoire d'Emma et de cet homme dans la brasserie, mais également du mari d'Emma et de leurs enfants, l'auteur nous parle la force des sentiments, du désir, de la passion, mais aussi de la fragilité de nos vies.

    La plume de Grégoire Delacourt est sublime. Si vous aimes les citations, vous devez absolument le lire, mais attention vous aurez envie de recopier tout le bouquin ! ;)

    La structure des chapitres est originale, je vous laisse découvrir par vous-même pourquoi.

    L'analogie avec le célèbre conte "La chèvre de Monsieur Seguin" est bien trouvée et nous permet de réviser nos classiques.

    Malgré tout, j'ai du mal à savoir si j'ai réellement aimé ou pas ce livre. Ce n'est pas mon préféré de l'auteur mais une chose est sûre, ce roman ne vous laissera pas indifférent !

  • "Treize jours" de Roxane Gay

    treize, jours, roxane, gay, denoël, & d'ailleurs, haïti, kidnapping

    Mireille Duval Jameson est originaire d'Haïti. En vacances avec son mari Michael et son bébé Christophe à Port-au-Prince, Mireille est kidnappée. Ses ravisseurs demandent un million de dollars en rançon à son père, homme riche d'affaire à Haïti. Mais ce dernier refuse de payer. Jour après jour, Mireille va vivre un véritable cauchemar auprès de celui qui se fait appeler Commandant et de ses hommes.

    Le résumé et la superbe couverture m'ont tout de suite attiré et donné envie de découvrir ce roman.

    Le premier chapitre nous permet de rentrer dans le vif du sujet puisque Mireille nous raconte d'emblée son kidnapping. Il s'agit de chose assez courante en Haïti, ce pays qui se démarque nettement par le décalage entre les pauvres d'un côté et les riches de l'autre. Cette opposition frappante, Mireille nous l'exprime à plusieurs reprises, surtout lorsqu'elle nous explique sa vie avant son kidnapping (rencontre avec son mari, rencontre de Michael avec ses parents, ses séjours en Haïti...).

    Puis nous avons le récit de ses jours de captivité, où Mireille tente de résister à plusieurs reprises et finira par en payer les conséquences... Certains passages sont durs et très violents. On a l'impression d'être dans la même cage qu'elle et on a terriblement envie de l'aider.

    Vient ensuite la libération après treize jours de captivité. S'en suit alors le retour à la vie normale, à comment essayer de surmonter ce traumatisme et savoir si le pardon est envisageable ou pas.

    Les différentes parties (sa vie d'avant, son kidnapping et sa vie d'après) sont aussi intéressantes les unes des autres. J'ai été littéralement captivé par le récit de Mireille qui nous fait passer par une palette d'émotions diverses et variées.

    Bref, un roman choc à découvrir !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Petite citation pour la route : "Nous adorions Haïti. Nous haïssions Haïti. Nous ne comprenions ni ne connaissions Haïti. Des années plus tard, je ne comprenais toujours pas Haïti, mais je me languissais d'Haïti de mon enfance. Quand on m'a enlevée, j'ai su que je ne retrouverai jamais ce Haïti-là."

    Titre : Treize jours
    Auteur : Roxane Gay
    Traducteur : Santiago Artozqui
    Editeur : Denoël
    Collection : & d'ailleurs
    Parution : 24 août 2017

  • "Le nageur" de Roma Tearne

    nageur, roma, tearne, milady, masse critique, babelio

    Ria est une femme solitaire qui vit recluse dans la maison d'enfance de son oncle. Un soir, elle aperçoit un homme nageant dans la rivière au fond de son jardin. Intriguée, elle fait la connaissance de Ben, vingt ans, réfugié du Sri-Lanka. Peu à peu des sentiments naissent entre eux, mais cela n'est pas forcément au goût de tous. Surtout quand des massacres d'animaux surgissent en même temps que l'arrivée massive de migrants...

    Je n'avais ni lu ni entendu de commentaires sur ce roman. Grâce au masse critique de Babelio, j'ai eu l'occasion de découvrir la plume de Roma Tearne. C'est le titre et la jolie couverture qui m'a attiré vers ce roman.

    Le livre se découpe en trois parties (et une au début qui présente un fait divers et amorce le décor). Chaque partie correspond au récit de trois femmes. La première concerne Ria. Je tairais les deux autres de peur de trop spoiler l'histoire.

    Ria nous raconte sa vie qui parait un peu triste malgré un décor des plus charmant. On s'imagine assez clairement cette maison dont elle a du mal à se séparer. Son quotidien va changer et s'épanouir grâce à sa rencontre avec Ben. A travers les yeux de Ria, nous faisons donc la connaissance de Ben, ce réfugié sri lankais qui a l'espoir d'une vie meilleure en Angleterre.

    Bien évidemment, tout ne sera pas rose entre eux. Les migrants font peurs pour certains et souffrent d'une mauvaise image, surtout quand on les suspectent d'égorger des animaux et de cambrioler des maisons.

    Vous l'aurez compris, ce roman aborde des thèmes importants comme l'amour, mais aussi des thèmes d'actualité comme les réfugiés ou le besoin fondamental de liberté.

    J'ai beaucoup aimé le style un tantinet poétique de l'auteur Roma Tearne. D'ailleurs, celle ci sait de quoi elle parle puisqu'elle a fui le Sri Lanka avec sa famille à l'âge de dix ans pour rejoindre l'Angleterre.

    Bref, un superbe roman à découvrir !

    Je remercie Babelio et les éditions Milady !

  • "La femme qui ment" d'Hervé Bel

    femme,qui,ment,hervé,bel,les escales

    A 43 ans, Sophie vit avec Alain, travaille à la Défense et n'a pas d'enfant. Son boulot étant menacé par une restructuration de l'entreprise, Sophie invente alors qu'elle est enceinte. Ce mensonge qu'elle aimerait tant qu'il devienne réalité, va petit à petit bouleverser son quotidien et sa vie.

    J'ai tout de suite été attiré par ce résumé et par l'histoire de Sophie.

    L'auteur nous dresse le portrait d'une femme qui a 43 ans et qui se sent vieillir à vue d'oeil. Tout d'abord par rapport à son boulot. Dans une entreprise de communication, il faut être au top des nouvelles technologies et malheureusement, Sophie sent qu'elle est à la traîne dans ce domaine. Alors elle se sent de plus en plus mal à l'idée de travailler et sent une épée de Damoclès au dessus de sa tête. Elle est prête à tout pour garder son travail, quitte à mentir...
    Puis l'idée de vieillir se renforce également dans sa vie personnelle où à son âge, elle n'a toujours pas d'enfant. S'en suit une pression sociale dû au rôle de mère pour une femme.

    Ce sont ces deux aspects qui dominent dans le roman. D'une part, le monde du travail, assez froid, où le burn-out n'est jamais loin et qui s'accompagne de restructuration, le licenciement et de pression professionnelle. Puis d'un autre côté, la place de la maternité dans la vie d'une femme et la pression qui s'exerce autour de tout ça.

    Pour tenter de fuir son mal-être et ses problèmes, Sophie s'invente une grossesse, au travail d'abord et dans son couple ensuite. Vous vous doutez bien que ce secret va apporter son lot de complications. Je vous laisse d'ailleurs les découvrir par vous-même !

    J'ai beaucoup aimé le style d'écriture d'Hervé Bel. Il a parfaitement réussi à se mettre à la place d'une femme et à nous confronter à des problèmes d'actualité sans être rébarbatif et sans longueur.

    Bref, un portrait de femme et du monde du travail assez réaliste !

    Je remercie les éditions Les Escales !

    Petites citations pour la route :"Les rêves, on les fait tout seul, et c'est là leur limite. Certes, un instant, au moment du réveil, ils tentent de résister, d'absorber le réel. Ils transforment la sonnerie du réveil en une volée de cloches dans quelque campagne riante, intègrent les pas des voisins du dessus dans l'étrange aventure qui se déroule dans la tête. Mais rien n'y fait, ils se dissolvent dans le quotidien revenu. On se lève avec un vague souvenir. On pourrait le raconter, mais à quoi bon, personne n'y croit. Le mensonge, lui, est une possibilité. Dans cette perspective, le menteur peut le concevoir comme une réalité reportée dans l'avenir. Ses effets sont bien réels, car les autres, en l'apprenant, agissent comme s'il était vrai. Le menteur voit alors dans leurs yeux, leurs gestes, son rêve matérialisé. Ce plaisir vaut tous les rêves."

    "En rejoignant la communauté des mères, Sophie cesse d'être différente."

    "On travaille comme l'on fait des enfants, pour échapper à soi-même et remplir le temps dont on ne sait trop quoi faire."

    "L'amitié n'offre que les mots; l'amour, lui, les mots et la chair, le regard et le geste."

    "Quoi qu'on y fasse, les plus grandes émotions, les plus belles, dont on se souvient toujours, viennent de l'amour, quitte à les maudire ensuite."