Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noir

  • "Nils & Zéna. Tome 1 : L'homme au cigare" de Sylvie Deshors et Apolline Delporte

    nils,zéna,homme,cigare,sylvie,deshors,apolline,delporte,sarbacane,pépix,noir

    Nils et Zéna sont amis. Accompagné du corbeau Kraï, ils partent en expédition dans un hangar à l'abandon. Là-bas, ils y trouvent des cartons avec à l'intérieur des vêtements de marque Benzine. ça sent la contrebande à plein nez... Le lendemain, Zéna est kidnappée par un homme au cigare. Nils en est persuadé : l'enlèvement de Zéna a un rapport avec leur découverte de la veille. Nils part donc à la recherche de Zéna et décident d'enquêter sur cette affaire !

    J'avais repéré ce livre en librairie et je dois dire que j'avais été intéressé par la nouvelle collection Pépix Noir des éditions Sarbacane, qui promet action, mystère et enquête ! Et grâce au dernier masse critique de Babelio, j'ai pu enfin découvrir le premier tome de cette trilogie !

    Ce trio composé de Nils, Zéna et du corbeau Kraï est assez original et parlera autant aux filles qu'aux garçons. Idem pour le thème abordé ici : la contrebande de vêtement de mode et de marque.

    L'originalité de Nils et Zéna réside aussi dans leur pouvoir respectif : un as du hackage informatique pour Nils et une mémoire photographique impressionnante pour Zéna. Cela leur confère un petit côté super-héros.

    La curiosité de ces jeunes gens les amène à fouiner dans un hangar abandonné et ils y font une sacré découverte : de la contrebande ! A cette découverte s'ensuit le kidnapping de Zéna qui a osé se balader avec les vêtements de la marque Benzine qui provenaient du hangar. Nils n'a plus d'autre choix que de partir à sa recherche. Vous l'aurez compris, il y a pas mal d'actions dans ce court roman de 136 pages. Les rebondissements sont bien mis en avant par les illustrations d'Apolline Delporte, qui parsèment le récit et qui rappellent le style du manga.

    Bref, un chouette premier tome pour une sympathique collection !

    Je remercie Babelio et les éditions Sarbacane !

  • "La maison où je suis mort autrefois" de Keigo Higashino

    maison, mort, autrefois, keigo, higashino, babel, noir, actes sud

    Sayaka est une jeune femme mal dans sa peau : son mari est souvent en déplacement, elle se rend compte qu'elle est une mère indigne envers sa fille car elle la maltraite. Pour chercher pourquoi elle agit ainsi, elle replonge dans sa petite enfance. Malheureusement, elle n'a aucun souvenir avant son entrée à l'école primaire, sauf la clé d'une maison que son père lui a légué. Sayaka recontacte son ancien petit ami en qui elle a entièrement confiance, pour aller explorer cette maison dont elle ne sait rien. Que vont-ils découvrir ?

    Voici un livre qui m'été conseillé par une de mes lectrices depuis fort longtemps. C'est assez dur de le trouver en librairie, même en format poche car je crois qu'il est sorti en 2011.

    C'est le premier polar japonais que je lisais et j'avais un peu peur de trouver beaucoup de descriptions et un rythme assez lent. Et bien, ce ne fut pas le cas, ouf !

    Le lecteur plonge dans ce livre mais plus précisément à l'intérieur d'une maison dont on ne sait pratiquement rien. C'est une maison abandonné au milieu de nul part, qui a conservé des traces de vies d'il y a pas mal d'années. C'est ce que vont trouver Sayaka et le narrateur lorsqu'ils pénètrent à l'intérieur de cette mystérieuse maison.

    Vous l'aurez compris, l'auteur nous plonge dans une atmosphère étrange du début à la fin. Le lecteur est sous tension en permanence, car on devine assez vite que des choses pas très nettes ce sont passées ici. Petit à petit, les deux personnages découvrent des objets et permettent ainsi de former différentes hypothèses sur ce qui a pu arriver.

    J'aime les romans qui parlent de secrets de famille et je dois dire que je ne suis pas déçue avec ce roman. J'ai aimé la manière dont l'enquête est mené par les deux protagonistes car le lecteur a nettement l'impression d'y participer. Concernant la couverture, je trouve qu'elle est assez étrange, mais cela colle assez bien avec l'ambiance voulu pour le roman.

    Ce fut une lecture intéressante, une bonne découverte et j'ai vraiment passé un agréable moment !

  • "Rosie : Noir c'est noir" de Romain cadiou et Sébastien Tiquet

    rosie noir c'est noir.JPG

    Hé hé, Rosie est de retour ! Après l'avoir découverte dans "Rosie contre le reste du monde", Rosie revient pour de nouvelles aventures !

    Comme dans le précédent tome, l'auteur et l'illustrateur nous livre 7 courtes histoires de la vie de Rosie. Ici, nous la verrons se transformer subitement en petite fille modèle (tout le contraire de la vraie Rosie), nous assisterons à une méthode bien particulière pour se débarasser d'un remplacant ami imaginaire, nous découvrirons les différents coups bas de Rosie pour atteindre la première place à un concours de science ou encore comment Rosie va se démener pour enterrer les festivités de Noël ! Et oui tout ça pour une si petite fille ! C'est qu'il faut bien préciser que Rosie a de la ressource et des idées à gogo !

    Nous retrouvons avec plaisir l'humour noir présent à chaque page ! On sourit, on rit même parfois, au fur et à mesure des péripéties de Rosie ! Cette petite peste a de quoi plaire aux petits lecteurs friands de bêtises !

    Les illustrations sont toujours aussi sympa et les couleurs vives au rendez vous (même si le titre nous laisse présumer du contraire ^^).

    J'aime ce principe de livre qui mêle à la fois du texte (comme un roman) et des illustrations semées ici et là (comme un album et de la BD). Un beau mélange des genres qui trouve de plus en plus sa place dans la littérature jeunesse !

    Le fait que ce livre soit découpé en sept histoires différentes permet également aux enfants (à partir de 8 ans) de pouvoir lire cette histoire en plusieurs fois. Idéal pour les enfants un peu réticent à la lecture !

    Bref, encore un pari de gagné pour Rosie !

    Je remercie les éditions Nathan !

  • "Juste une ombre" de Karine Giebel

    juste une ombre.JPG

    Cloé est une femme puissante et sûre d'elle. Alors qu'elle rentre d'une soirée, elle se retrouve face à face avec un homme cagoulé, habillé de noir. On dirait presque une ombre. Pourtant, il ne se passe rien, aucune agression mais la peur est bien présente. L'individu s'enfuit et depuis ce fameux soir, Cloé n'a de cesse de voir cette ombre partout... Alors que ses proches la croient folle, l'inspecteur Gomez, que plus rien ne raccroche à la vie, s'intéresse à son histoire...

    Je ne connaissais Karine Giebel que de nom. Je sais qu'elle a gagné le prix polar sncf et j'avais entendu beaucoup de bien de ses précédents romans. Je me suis donc lancée dans son nouveau thriller à l'aspect psychologique, genre que j'affectionne particulièrement (surtout depuis Robe de Marié de Pierre Lemaitre !).
    Bien qu'il s'agit d'un véritable pavé de 500 pages environ, je vous le dis tout de suite : ce livre est très dur à lâcher ! Le suspense est au rendez-vous et l'histoire est rondement bien menée.

    En ce qui concerne Cloé, on s'aperçoit que sous sa carapace de femme meneuse et de travailleuse acharnée, se trouve un être assez fragile qui cache un lourd secret. Pour l'inspecteur Gomez, c'est le personnage qui m'a le plus touché. Sa vie personnelle n'est vraiment pas au top et j'ai admiré sa capacité à se plonger dans le boulot coûte que coûte !
    A propos de cette mystérieuse ombre, je me suis parfois demandée, comme Cloé, si elle était réelle ou non et je me suis plusieurs fois interrogée sur la personne qui se cachait derrière !
    Vous l'aurez compris, les personnages sont bien détaillés et faits pour que l'on ne les oublie pas !

    Concernant le style de l'auteure, les phrases sont courtes pour donner du rythme à l'histoire. L'écriture est agréable à lire et le livre est très prenant !
    J'ai particulièrement apprécié la fin, pas forcément "d'happy end"... enfin cela dépend bien sur des points de vues !

    Bref, si vous aimez les thrillers halletants où la peur, la paranoïa, l'angoisse et la manipulation sont de la parties, alors n'hésitez plus et plongez vous dans "Juste une ombre" !

    Petites citations pour la route : "Réussir, toujours. Pour oublier qu'un jour on a échoué."