Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maison

  • "La maison des hautes falaises" de Karen Viggers

    maison,hautes,falaises,karen,viggers,les escales

    Après avoir perdu sa femme suite à la mort de leur petite fille, Lex Henderson décide de quitter sa vie de citadin pour s'installer dans un petit village sur la côte australienne. Peu de temps après son arrivée, il fait la connaissance de Callista, une jeune femme que les épreuves de la vie n'ont pas épargné. Commence une relation ambiguë et complexe dû à leur passé respectif... Vont-ils finir par s'entendre ?

    J'avais eu un énorme coup de cœur pour "La mémoire des embruns", il me tardait donc de découvrir le dernier roman de Karen Viggers. Et encore une fois, je suis tombée sous le charme.

    Tout d'abord, je trouve que l'auteur a le don particulier de nous présenter des personnages très aboutis. Ils ont un sacré caractère, du répondant et un passé qui les a marqué à tout jamais. De ce fait, on s'attache hyper rapidement à eux, on les accompagne et on n'a presque pas envie de les quitter une fois le livre terminé. C'est le cas pour les personnages principaux comme Lex et Callista, mais également pour les personnages plus en retrait comme Sue ou la voisine de Lex. Le village tout entier m'a beaucoup plu.

    Le décor est également très important dans les romans de Karen Viggers. Cette australienne nous dépeint des paysages magnifiques que je prendrais volontiers le temps de les visiter (si cela serait possible évidemment !). Elle nous apprend ici beaucoup de choses sur la chasse à la baleine et sur ces animaux gigantesques. Je ne suis d'habitude pas fan des longues descriptions mais je dois dire que l'auteur parvient à nous captiver du début à la fin sur différents sujets.

    J'ai dévoré ce roman et en même temps j'ai pris plaisir à repousser mon envie de le lire d'une traite pour pouvoir l'apprécier à sa juste valeur.

    Bref, un énorme coup de cœur pour ce second roman très réussi !

  • "La Maison" de Mathias de Breyne

    maison,mathias,de breyne,belfond

    Gabriel aime restaurer des maisons et les revendre ensuite pour en commencer une nouvelle. Pendant les travaux, il entretient une vraie relation fusionnelle avec chaque maison. Du coup, il a toujours un peu de mal à la quitter. Cette fois, il décide de rédiger une annonce assez particulière.
    De son côté Magdalena est accro à son ordinateur et à la vie citadine. Mais elle en a assez et a envie de vivre à la campagne. Elle tombe sur l'annonce de Gabriel et quitte tout pour aller la visiter.

    Ce qui m'a dérouté mais que j'ai beaucoup aimé également c'est le fait que tout le roman repose sur une annonce pour la maison écrit par Gabriel. Ainsi il nous livre les choses basiques d'une maison comme le nombre de pièces où les travaux qu'il y a réalisé; mais également toutes les choses et les bons moments qu'il a vécu à l'intérieur. Vous l'aurez compris, Gabriel est le narrateur et s'adresse au lecteur comme s'ils étaient des acheteurs potentiels.

    C'est ainsi que nous découvrons la rencontre entre Gabriel et Magdalena et tout ce qui en découlera. C'est également un superbe hommage à l'architecture et à aménagement d'une maison. On ne se rend pas forcément toujours compte de l'importance de pouvoir vivre dans une maison dans laquelle on se sent bien.

    J'ai adoré la personnalité assez décalée de cet étrange couple Gabriel/Magdalena. J'ai aussi pris plaisir à découvrir la plume et le style particulier de l'auteur Mathias de Breyne.

    Bref, un premier roman original !

    Je remercie les éditions Belfond !

  • "La maison où je suis mort autrefois" de Keigo Higashino

    maison, mort, autrefois, keigo, higashino, babel, noir, actes sud

    Sayaka est une jeune femme mal dans sa peau : son mari est souvent en déplacement, elle se rend compte qu'elle est une mère indigne envers sa fille car elle la maltraite. Pour chercher pourquoi elle agit ainsi, elle replonge dans sa petite enfance. Malheureusement, elle n'a aucun souvenir avant son entrée à l'école primaire, sauf la clé d'une maison que son père lui a légué. Sayaka recontacte son ancien petit ami en qui elle a entièrement confiance, pour aller explorer cette maison dont elle ne sait rien. Que vont-ils découvrir ?

    Voici un livre qui m'été conseillé par une de mes lectrices depuis fort longtemps. C'est assez dur de le trouver en librairie, même en format poche car je crois qu'il est sorti en 2011.

    C'est le premier polar japonais que je lisais et j'avais un peu peur de trouver beaucoup de descriptions et un rythme assez lent. Et bien, ce ne fut pas le cas, ouf !

    Le lecteur plonge dans ce livre mais plus précisément à l'intérieur d'une maison dont on ne sait pratiquement rien. C'est une maison abandonné au milieu de nul part, qui a conservé des traces de vies d'il y a pas mal d'années. C'est ce que vont trouver Sayaka et le narrateur lorsqu'ils pénètrent à l'intérieur de cette mystérieuse maison.

    Vous l'aurez compris, l'auteur nous plonge dans une atmosphère étrange du début à la fin. Le lecteur est sous tension en permanence, car on devine assez vite que des choses pas très nettes ce sont passées ici. Petit à petit, les deux personnages découvrent des objets et permettent ainsi de former différentes hypothèses sur ce qui a pu arriver.

    J'aime les romans qui parlent de secrets de famille et je dois dire que je ne suis pas déçue avec ce roman. J'ai aimé la manière dont l'enquête est mené par les deux protagonistes car le lecteur a nettement l'impression d'y participer. Concernant la couverture, je trouve qu'elle est assez étrange, mais cela colle assez bien avec l'ambiance voulu pour le roman.

    Ce fut une lecture intéressante, une bonne découverte et j'ai vraiment passé un agréable moment !

  • "La famille trop d'filles : Une mère à la maison" de Susie Morgenstern et Clokta

    famille, trop, d'filles, mère, maison, susie, morgenstern, clotka, nathan, premiers romans

    La maman des sept enfants de la famille Arthur doit revenir d'urgence à la maison. En effet, alors qu'elle est en train de parler à la télévision (Ariane est journaliste), une bombe explose à proximité. Elle est touchée et doit se retablir au calme chez elle. Mais pas évident lorsqu'il y a sept enfants qui vivent avec elle. Il faut dire qu'Ariane n'est pas toujours à prendre avec des pincettes. Comment va se passer la cohabitation ?

    J'ai découvert la famille trop d'filles avec les personnages de Bella et Elisa et j'ai rapidement eu en main, le tome consacré au seul garçon de la famille : Gabriel.

    Cette fois, l'auteure Susie Morgenstern ne s'attarde pas sur un des enfants mais sur la mère de famille : Ariane. On ne l'a pas souvent aperçue étant donné qu'elle est toujours en mission au quatre coins de la planète. Au départ, les enfant sont ravis de pouvoir profiter un peu de leur maman, mais très vite, cette situation vire au cauchemar. Une grande famille comme celle ci fait du bruit, donc pas évident pour Ariane de se reposer comme il le faudrait. A l'inverse, Ariane est d'une humeur de chien et les enfants vont tout faire pour s'éclipser de la maison un maximum !

    Ce tome montre bien la manière de vivre en communauté, ces moments de joie et de galère ! Ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver dans les personnages : il y a six filles au total chez les enfants, s'ajoute à cela Gabriel, les grands parents, les parents et Billy (d'ailleurs je ne me souviens plus du rôle de cet étudiant étranger ...). Il manque donc un petit rappel au début ou à la fin du roman, de chaque personnage avec ses particularités !

    Ce tome ci est un peu plus épais que les autres, mais il faut dire qu'il y a pas mal de choses à raconter. Il reste néanmoins accessible aux enfants à partir de 8 ans. Je sais d'ores et déjà que ma nièce qui vient d'avoir 9 ans va se régaler avec ce dernier tome.

    Je remercie les éditions Nathan !