Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

johnson

  • "Little bird" de Craig Johnson

    little, bird, craig, johnson

    Walt Longmire est shérif et approche de la retraite à grand pas. Mais le travail le rattrape lorsqu'il doit enquêter sur le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Celui ci avait été accusé deux années auparavant d'avoir participer au viol d'une jeune fille cheyenne... Tout porte à croire qu'il s'agit ici d'une vengeance... surtout quand un nouveau meurtre est commis et qu'il s'agit encore une fois d'un suspect de la même affaire...

    Ce polar ne ressemble pas au roman policier classique que je lis d'habitude. Peut-être parce qu'ici la police est incarné par un shérif à la retraite dans le fin fond des Etats-Unis, j'avais un peu l'impression d'être dans un western (bon oki j'arrête les vieux clichés ^^).
    Certe, la lecture de ce polar est assez éprouvante car l'histoire est assez lente, un peu comme l'enquête qui avance doucement. L'auteur a clairement pris le parti d'explorer plus précisément la vie et la personnalité des personnages. On en apprend d'ailleurs beaucoup sur le shérif lui même, notamment sa vie personnelle. De plus, une belle part du roman est laissée à la description des magnifiques paysages des Etats Unis profond.

    J'ai retrouvé quelques traces d'humour par ci par là et dans ce genre là c'est vraiment pas mal, c'est aussi ce qui fait que ce roman sort un peu du lot à mon goût... mais encore une fois si vous êtes adepte du page-turner et des thrillers halletants, passez votre chemin, parce que ce roman se déguste à sa juste valeur !

    La fin m'a surprise et c'est toujours ce que j'attends d'un roman policier... parce que bon il faut l'avouer, tout deviner à la moitié du roman c'est chiant ! Et bien là ce n'est pas le cas (enfin pas pour moi ^^)

    Petite citation pour la route : "Personne ne peut se faire un gilet pare-balles contre les émotions, alors on ne peut que trimballer les éclats d'obus avec soi."