Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BD / Manga - Page 4

  • "Big Nate Tome 3 : Roi du skate" de Lincoln Pierce

    big, nate, roi, skate, lincoln, peirce, gallimard jeunesse

    Nate est un jeune garçon scout qui adore faire du skate board ! Alors quand il s'aperçoit que le premier prix pour le concours de scout est un super skate personnalisé, il va mettre les bouchées doubles pour vendre son stock d'images ! Mais c'est sans compter sur le parfait Artur qui convoite également le premier prix !

    Je n'ai pas lu les deux précédents tomes de Big Nate mais cela ne m'a pas gêné dans ma lecture. D'ailleurs ce livre est un mélange entre roman et BD, je m'explique : l'histoire est présentée comme un roman mais quelques planches de BD interviennent dans le récit, soit c'est l'auteur qui dessine les dessins, soit ce sont ceux de Nate, apprenti-dessinateur !

    Du coup, le fait que ce soit à moitié un roman et à moitié une BD attire plus de lecteurs ! Pour ceux qui n'aiment pas lire, c'est parfait car ils ont l'impression de lire une BD au format roman ^^

    L'auteur fait activement participer le lecteur puisqu'il a organisé quelques jeux à l'intérieur, comme par exemple la création d'un code spécial pour décoder certaines parties de l'histoire ! Donc en plus, d'avoir un livre roman/BD, nous avons là un petit livre jeu ! De quoi en satisfaire plus d'un ! ;)

    En ce qui concerne l'histoire, l'humour est présent tout au long de l'histoire. Les lecteurs se reconnaitront facilement en Nate, un enfant qui a parfois du mal en cours, fan de scoutisme, de BD et surtout de skate !
    Le fait que Nate soit jaloux d'Artur, au point d'établir divers plans pour le voir échouer, renvoit à la notion de jalousie et de compétition entre les enfants ! Heureusement, tout se finit bien au final ! ^^

    Un livre multi-tache qui, je suis sûre, plaira à pas mal de petits lecteurs !

  • "Rosie contre le reste du monde" de Romain Cadiou et Sébastien Piquet

    rosie.JPG

    Rosie n'est pas une petite fille comme les autres : vêtue de noir et ayant pour ami imaginaire un mouton surnommé Blackie, Rosie est une véritable peste ! Mais sous ses airs de grande méchante se cache un petit coeur (mais chut il ne faut pas le dire !!!)

    Sept petites histoires pour apprendre à mieux connaître le personnage de Rosie : voici le pari de l'auteur Romain Gadiou et de l'illustrateur Sébastien Tiquet ! Paru chez Nathan, cette Rosie m'a automatiquement fait penser à Mortelle Adèle (chez Tourbillon) ! Il faut croire que le côté petite peste à la côte en ce moment ! Et je peux vous dire qu'on se régale, chez les petits comme chez les grands !

    Rosie elle annonce tout de suite la couleur, pas question pour elle d'être comme la voisine Ann'Flo, une petite blonde qui ne porte que des robes roses ! Rosie préfère le noir, s'amuser avec son ami imaginaire, terroriser son voisin Olive et surtout passer ses journées devant ses feuilletons préférés à la télé ! Tout un programme, n'est ce pas ? ^^

    Le livre et le format se situent entre le roman et la BD ! Le texte est bien présent sous forme de petits paragraphes et l'illustrateur s'amuse à glisser par ci par là des images ! Les dessins sont très colorés, ce qui rend le tout très attractif ! De l'humour en veux-tu en voilà pour passer un agréable moment avec Rosie !

    Et si vous en voulez encore, il parait que Rosie est aussi décliné en dessin animé (sur Gulli je crois !)

    Accessible dès 8 ans, cette nouvelle petite peste est sortie le 22 août 2013 !

    Je remercie les éditions Nathan pour l'envoi et la découverte de cette fameuse Rosie ! :)

  • "Automne" de Jon McNaught

    automne.JPG

    Un résumé pour la Bd "Automne" de Jon McNaught ? Un exercice pas évident à faire, car cette BD est assez spéciale. Tout d'abord, elle modifie tous les codes traditionnelles de la BD.

    En effet, côté scénario, il y a très peu de texte. Quelques brides de phrases, de mots, par ci par là, qui correspondent très bien aux illustrations...

    Concernant les illustrations, cette BD a la particularité d'avoir de toutes petites cases. En effet, l'auteur se focalise énormément sur des petits détails. Une feuille, une roue de caddie, un oiseau, ou une posture humaine,... Chaque détail, chaque geste y est décrit et redessiné, comme si nous passions sans cesse à côté de ces choses simples. C'est, je pense le parti pris de l'auteur, de nous faire voir ce que nous ne voyons plus !

    Au niveau des couleurs, le bleu et l'orange restent les deux couleurs majoritaires. Des couleurs qui semblent adéquat et bien utilisé, notamment lorsque l'on parle de la saison particulière de l'automne.

    L'univers particulier de Jon McNaught pousse le lecteur à prendre son temps, à observer le moindre détail et à s'interroger sur le quotidien et plus généralement sur la société !
    Pas étonnant qu'il est reçu le prix Révélation au dernier festival de la BD à Angoulême !

    En bref, une BD qui pourrait se lire rapidement mais qui perdrait tout son charme et sa nature si le lecteur ne prend pas son temps pour admirer le travail soigné et minutieux de Jon McNaught !

    Et si je devais donner une note, ça serait un 14 / 20 ! Pas forcément le genre de BD auquel je me tourne habituellement, mais je suis néanmoins contente de l'avoir découverte ! ^^

    Je remercie Price Minister qui grâce à son opération "La BD fait son festival" m'a permis de découvrir cette BD particulière !

     

    PM BD.jpg

  • "Le train des Orphelins Tome 1 : Jim" de Philippe Charlot et Xavier Fourquemin

    le train des orphelins.jpg

    En 1920, à New York, le train des Orphelins est prêts à partir vers l'ouest des Etats-Unis. Jim, Joey et leur soeur Anna, dont le père ne peut plus s'occuper d'eux, les laisse monter à bord du train. Pendant tout le trajet, ils ne pensent qu'à s'enfuir...

    Tout d'abord un peu d'histoire ! De 1854 à 1929, près de 250 000 enfants orphelins ou sans parents fiables furent envoyés vers l'ouest. Le programme appelé "Children Aid Society" prévoit de diminuer le nombre d'enfants placés en orphelinat à New York en les emmenant vers l'ouest du pays dans de nouvelles familles. Ce programme imposait aux enfants placés de couper tout liens avec leur histoire passée...

    En lisant cette BD, j'ai découvert un petit bout d'histoire qui m'était alors complètement inconnu ! Je n'arrive pas à croire que pendant 75 ans, des enfants ont été trimballé d'un coin à un autre des Etats-Unis comme une vulgaire exploitation de bétail ! Alors certes, le bon côté de donner une nouvelle famille à des orphelins peut paraître charitable, mais dans cette BD on s'aperçoit très vite que les enfants ne sont considérés que comme une main d'oeuvre bon marché. Lors des arrêts dans les grandes villes, les enfants sont au regard de tous sur une place/un théâtre ou une église et les gens peuvent les reluquer, les toucher et vérifier leur hygiène avant de choisir si oui ou non ils en veulent un... une véritable foire aux bestiaux !

    Le fait de couper le lien avec leur passé a généré des miliers d'adultes sans repères et sans origine. Les familles d'accueil leur donné carrément le prénom qu'ils voulaient ! Les informations et ce pan de l'histoire restent malgré tout peu connu et cette BD a le mérite d'en faire découvrir les principaux aspects.

    A la fin de la BD, le lecteur a la chance d'avoir quelques feuillets explicatifs avec des photos et des données sur ce thème.

    Concernant la BD en elle même, les illustrations sont attractives et les couleurs bien employées. Il y a cependant un flash back entre les années 1920 et 1980, du coup ce n'est pas toujours évident de se situer dans le temps. J'ai hâte de savoir la suite et de connaître ce qui s'est passé pour Jim, Joey et Anna !

    Bref, une BD qui m'a surpris et appris de nouvelles choses, je ne peux qu'approuver et conseiller !

  • "Bonne nuit Punpun Tome 1" d'Inio Asano

    punpun.JPG

    Punpun est un jeune garçon matérialisé dans le corps d'un oiseau par son dessinateur Inio Asano. Punpun est un garçon ordinaire qui va à l'école et qui tombe tout de suite amoureux de la nouvelle de la classe : Aïko. A la maison ce n'est pas tout beau tout rose puisque son père a violemment tabassé sa mère, qui se retrouve à l'hopital. Un peu perdu, Punpun se met à rêver d'un autre avenir...

    Un petit manga, ça faisait longtemps, mais pas n'importe lequel ! Je suis tombée sur un manga particulier et étrange. Je ressors de cette lecture avec l'impression que les éléments se sont enchainés à une vitesse folle et je ne suis pas tout à fait sûre d'avoir tout bien compris. C'est pourquoi cette chronique pourra sembler un peu décousue...

    Déjà le fait que Punpun soit un oiseau et les autres personnages des humains m'a destabilisé dès le départ. Puis petit à petit, je comprends le rôle principal de Punpun et que cela permet de le distinguer des autres personnages et de le mettre en avant.
    Punpun est à un passage de sa vie important, puisqu'il rentre lentement mais surement dans la puberté. Il ne parle pas beaucoup mais préfère rêver et observer les autres.

    Les personnages adultes sont complètement barrés et loufoques. A mon avis, le mangaka a voulu placer les enfants, surtout Punpun, au centre de ce manga et laisser une part secondaire aux adultes.
    Punpun invoque à quelques moments Dieu, qui se matérialise par un black rasta, qui ne l'aide pas forcément beaucoup. Cela m'a complétement surprise et j'avoue ne pas avoir trouvé de sens à cela...

    Différents thèmes apparaissent dans ce manga, notamment la violence conjugale par les parents de Punpun, mais aussi l'amour lorsque Punpun s'éprend d'Aïko.

    Malgré sa couverture jaune canari qui pourrait attirer l'oeil des plus jeunes, je pense que ce manga est réservé aux adultes.

    La fin de ce premier tome amène à vouloir enchainer sur le 2e tome afin de découvrir ce qu'il adviendra de Punpun et de ses amis. Malgré tout je ne pense pas continuer cette saga, car l'univers spécial et décalé de cet auteur ne me convient pas personnellement...

    J'ai lu ce manga dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babelio. Je remercie donc Babelio et les éditions Kana pour l'envoi et la découverte de ce manga !