Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

passe

  • "L'interrogatoire... ou ce qui s'est vraiment passé" d'Hubert Ben Kemoun et Clotka

    interrogatoire, vraiment, passé, hubert, ben, kemoun, clotka, nathan

    Dix sept lingots d'or sont retrouvés et un suspect en cavale arreté par Teddy, un garçon sans histoire. Comment s'est déroulée cette fameuse soirée ? L'inspecteur de police interroge six témoins pour reconstituer les faits.

    Ce petit roman jeunesse est construit d'une drôle de façon. Six chapitres = six interrogatoires. L'inspecteur de police mène l'interrogatoire même si le lecteur n'a pas accès à ses questions. Nous avons uniquement le droit aux paroles des interrogés. Difficile à suivre ou à comprendre ? Pas du tout !

    On avance dans l'histoire comme une enquête. On tente de découvrir ce qui s'est réellement passé. On découvre les indices au fur et à mesure des interrogatoires jusqu'au dénouement final : la version de Teddy.

    Il y a une part de mystère qui démeure bien après le livre car au final on ne sait pas exactement le fin mot de l'histoire.

    J'ai aimé la manière originale de mener l'enquête, surtout dû au fait de n'avoir accès qu'aux paroles des interrogés.

    Ce livre peut se dévorer en une fois (pour être sûr de ne pas oublier un élément lors de notre enquête perso) ou se réserver un interrogatoire à la fois pour les plus jeunes lecteurs (ou encore pour entretenir le suspense jusqu'au bout).

    Ce petit roman est proposé aux enfants à partir de 9 ans.

    Je remercie les éditions Nathan !

  • "Le chat passe à table" de Philippe Geluck

    chat 1.JPG

    Le coffret "Le chat passe à table" comprend deux petits tomes du chat : "Il n'y a pas un chat" et "Le chat est parti".

    Qui ne connaît pas "le chat" ? Personnage créé par Philippe Geluck, le chat donne son avis sur des faits divers, sur des sujets du quotidien, avec humour et réflexion.

    Il faut aimer l'humour noir, dont l'auteur abuse parfois un peu. Même si je n'ai pas adhéré à tous les gags, il n'en reste pas moins un recueil d'humour de qualité. Philippe Geluck arrive à nous émerveiller par sa faculté à décrypter le quotidien.

    Philippe Geluck parvient également à rire de lui même et apparaît dans quelques dessins.

    chat.jpg

    Certains gags relèvent des faits divers, mais ne seront pas forcément du goût de tous le monde...

    chat 2.JPG

    Néanmoins, l'auteur réussit à nous faire rire avec des choses simples ...

    chat 4.JPG

    ... et nous fait même réfléchir avec de superbes jeux de mots.

    chat 5.JPG

    Les gags se présentent dans un petit format et remplissent une page complète ou parfois en trois strips, ou encore plusieurs sur une même page. Il y a des photos mais également quelques crayonnés.

    Ce coffret possède également un exemplaire de "La gazette du chat", née sous la forme numérique en 2012. Vous y retrouverez une interview décalé de l'auteur, mais aussi son actualité, notamment dans le monde artistique.

    Bref, si vous aimez le chat et son humour impitoyable, n'hésitez plus et jetez-vous sur ce coffret !

    Je remercie Gilles Paris pour ce partenariat !

  • "Les morsures du passé" de Lisa Gardner

    les morsures du passé.JPG

    En deux jours, le commandant D.D Warren se voit d'enquêter sur les meurtres de deux familles assassinées selon le même mode opératoire. A priori, rien ne les relie : dans le premier cas, la père semble avoir tué sa famille à cause d'ennui financier et dans le second cas, il semble être question de trafic de drogue. Mais D.D Warren ne semble pas d'accord.
    D'un autre côté, nous avons Danielle, infirmière dans un centre pédopsychiatrique, qui a vu son père tué sa mère, son frère et sa soeur avant de se suicider lorsqu'elle avait neuf ans. Vingt cinq ans après, la date anniversaire approche...

    Mes lecteurs m'avaient chaudement recommandé les bouquins de Lisa Gardner et je dois dire que j'avais très envie de découvrir cette auteure.

    Même si l'enquêtrice D.D Warren est un personnage récurrent chez Lisa Gardner, je n'ai pas eu trop de mal à apprendre à la connaitre. Il me semble qu'elle a du subir pas mal de choses dans le passé, car nous découvrons un personnage assez froid et qui possède un sacré caractère.

    J'ai trouvé le début un peu long et je dois dire que je ne voyais pas l'engouement suscité chez pas mal de lecteurs. Et puis, petit à petit ça se met en place et les évènements s'enchainent beaucoup plus rapidement. On commence à établir plusieurs hypothèses et je dois avouer que j'ai tout compris vers la fin. La deuxième moitié du bouquin m'a beaucoup plus intéressée et à partir de ce moment là, j'étais plus concentrée dans ma lecture.

    J'ai eu un peu peur au début d'avoir encore un roman policier qui se finit avec une note surnaturelle et qui ne s'explique pas par la raison. Cette impression provient du centre pédopsychiatrique où nous avons affaire à des enfants traumatisés et qui s'exprime énormément par la violence que ce soit envers soi-même ou vers autrui. Les enfants semblent répondre à des voix ou des fantômes et les adultes essayent par tous les moyens de rentrer en communication avec ces enfants. C'est violent, parfois choquant mais c'est malheureusement un triste constat. J'ai apprécié la note de l'auteur à la fin du livre qui explique ses recherches et la part de fiction qu'elle a rajouté ici.

    L'auteure nous livre trois narratrices différentes : D.D warren, Danielle mais aussi Victoria, une maman d'un enfant psychotique. A chaque début de chapitre, nous avons la narratrice dont il est question, ce qui nous permet de nous repérer facilement.

    En bref, j'ai trouvé très intéressant d'aborder le thème des enfants psychotiques et des centres pédopsychiatrique, mais je n'ai pas trouvé l'enquête ultra passionante. Malgré tout, je pense retenter l'expérience d'un autre livre de Lisa Gardner pour me faire une idée plus générale sur cette auteure.