Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

queen

  • "Red Queen. Tome 1" de Victoria Aveyard

    red, queen, tome 1, victoria, aveyard, le livre de poche jeunesse

    Mare Barrow est une Rouge de 17 ans. Elle s'apprête tant bien que mal à rejoindre l'armée à l'approche de ses 18 ans, mais elle se rend vite compte qu'elle détient un pouvoir. Or c'est impossible car ce ne sont que les Argents qui en détiennent. Par un concours de circonstances, elle se retrouve promise à un des princes de famille royale. A moitié Rouge et Argent, Mare va devoir choisir son camps !

    Je me rend compte que mon résumé est un peu confus mais c'est parce que Victoria Aveyard a créée ici un monde particulier où il y a de forts enjeux. En effet, ce monde est composé de Rouges et d'Argents. Les Rouges sont le petit peuple qui galère à vivre convenablement, tandis que les Argents sont des gens importants munis de pouvoirs étonnants. Forcément les Rouges vont essayer de se rebeller et Mare Barrow, mi-Rouge mi-Argent va se retrouver entre les deux camps. A l'intérieur du palais royal, elle va devoir apprendre à maîtriser son don mais surtout faire confiance aux bonnes personnes !

    Outre l'histoire de rébellion entre ces deux peuples, Mare va également être confronté aux sentiments amoureux. Promise au prince Maven, elle semble néanmoins attirée par le prince Cal. Qui va-t-elle choisir ? Même si l'histoire d'amour est présente, elle est secondaire par rapport à l'affrontement entre les Rouges et les Argents.

    J'ai beaucoup aimé le rythme de ce roman. En effet, il y a pas mal de rebondissements et le style de l'auteur est assez addictif. Le lecteur tourne les pages une à une sans se rendre compte du temps qui passe. Personnellement, j'ai eu du mal à décrocher. J'ai également beaucoup apprécié le retournement final qui donne clairement envie de découvrir le tome 2 ! Justement, il est sorti en grand format ! :)

    Bref, une très bonne découverte et un très bon premier tome !

    Je remercie les éditions Le Livre de Poche Jeunesse !

  • "The queen is dead" d'Aurélia Bonnal

    the queen is dead.jpg

    Elo est écrivaine, épouse et maman. Elle semble posée dans sa vie, malgré une enfance que l'on sent difficile. Elle doute tout de même de ses talents d'écrivaine et se remet énormément en question.
    D'un autre côté, nous avons Bert, un vendeur de vin, qui jouait dans un groupe de rock durant ses jeunes années. Bert évolue lui aussi dans la vie, notamment au côté de Bibi, enceinte pour la première fois.
    Elo et Bert se sont connus pendant l'adolescence, mais la vie a fait qu'ils se sont perdus de vue... le hasard fait parfois bien les choses, surtout lorsqu'une libraire conseille à Bert de lire un roman écrit par Romane Tréma, le pseudonyme d'Elo...

    Le résumé fait par l'éditeur et l'histoire en elle-même m'ont convaincu de postuler pour ce livre lors de l'opération Masse Critique de Babelio. J'ai eu la chance de le recevoir et lorsque j'ai commencé cette lecture, je ne m'attendais pas à ça...
    Tout d'abord, j'ai eu du mal avec le style d'écriture. Tout est en prose, pas de guillemets, ni de tiret, ni de retour à la ligne pour les dialogues, ce qui forme des paragraphes plus ou moins conséquents. Au début, on a du mal à savoir qui parle, déjà en tant que narrateur, puis dans les dialogues. Pas évident donc... puis au fur et à mesure, on s'habitue au style de l'auteur et on se laisse porter par cette écriture un peu poétique et pas banale.

    L'auteure en faisant intervenir une écrivaine et son oeuvre, pose la part de la fiction et du réel dans la littérature. En effet, Elo écrit ses souvenirs, Bert en faisant partie, il devient à son tour un des personnages du roman d'Elo. Celle ci ce pose d'ailleurs plusieurs fois la question sur comment les gens peuvent réagir lorsqu'ils s'aperçoivent qu'ils ont inspirés ou même sont devenus un des personnages à part entière. J'ai aimé les questionnements, les réflexions et les doutes d'Elo en tant qu'auteure.

    La musique est aussi un des thèmes récurrents du livre. Bert est à la base musicien et Elo nous parle de sa playlist d'albums, dont celui des Smith "The queen is dead", qui explique le titre du livre d'Aurélia Bonnal. Même si je ne suis pas forcément une pro du rock, je me suis laissée bercer par ce sujet.

    Vous l'aurez compris, l'auteur insiste beaucoup sur la réflexion et la peur des personnages à se retrouver et à faire face à leur passé commun. La fin est cohérente, surtout pour le personnage d'Elo, mais un peu moins pour celui de Bert. Je m'attendais à un ou deux chapitres de plus sur lui...

    J'aurais dû mal je pense à le conseiller car il est assez différent de mes lectures habituelles, mais au final j'ai passé un agréable moment avec ce livre !

    Je remercie encore une fois Babelio et les éditions Buchet-Chastel pour cet envoi et pour cette découverte !

    Petites citations pour la route : "Je ne savais pas si c'était chiant ou si ça me plaisait, mais ça m'intriguait cette histoire." (La phrase idéale pour mon ressenti sur ce livre ^^)

    "Tu es folle. Tu crois, demanda-t-elle, comme une vraie question. Non, tu n'es pas folle, j'avais envie de lui dire que c'était le monde qui était fou mais on n'était pas non plus dans un film de la Nouvelle Vague, et cette réplique, non Elo, c'est le monde qui est fou, je la gardai pour moi et je lui souris tout simplement parce qu'elle me rendait gentil." (Pour vous situer un peu le style particulier mêlant prose et dialogue sans distinction aucune.)