Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2012

"Trois p'tits tours et puis s'en vont" d'Ettel Hannah

trois, p'tits, tours, vont, ettel, hannah, nouvelles

Critique écrite pour le site Les Agents Littéraires, que je remercie pour l'envoi de ce livre, ainsi que les éditions Mon Petit Editeur.

 

Le pitch : A travers dix-huit récits assez brefs, préparez-vous à rencontrer dix huits personnages, aigus, farfelus, hurluberlus, qui viennent au-devant de vous, lectrice ou lecteur, pour vous livrer leur petite histoire, cruelle ou drôle, émouvante ou fracassante.
Trois p’tits tours et puis s’en vont, ils apparaissent tour à tour, se succèdent avant de disparaître, laissant dans leur sillage, comme des étoiles filantes, la trace infinie et fulgurante de l’humanité qui vous entoure.

 

Comme l’indique le petit pitch, il s’agit ici d’un recueil de nouvelles très différentes les unes des autres !
Ce qui est bien dans le principe des nouvelles c’est que l’on peut en lire une, poser le livre et le reprendre un peu plus tard. De plus, les nouvelles sont assez courtes dont une qui ne fait qu’une page recto-verso, autant vous dire qu’il s’agit d’une lecture plutôt rapide !
On commence par l’histoire de Rose, dont les petits enfants découvriront ses talents après sa mort. La première nouvelle m’a beaucoup touché et m’a donc donné envie de lire la suite ! La seconde est aussi émouvante puisqu’elle raconte l’histoire d’une grand-mère qui repense à son premier amour en voyant couler la Seine.
Et puis la troisième par contre m’a refroidit un petit peu, elle raconte la passion exagérée d’un homme pour sa collection d’arme … Je ne vous dis pas comment ça se termine et je vous laisse le loisir de la découvrir !
Je ne vais pas raconter chaque nouvelle, tout d’abord parce que ça serait trop long et ensuite parce qu’elles sont tellement variées qu’il y en a bien une qui vous touchera !

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de nouvelles et ça m’a fait du bien ! Déjà parce que l’écriture est de qualité, ensuite parce que parfois cela fait du bien de ne pas s’attacher à un personnage en particulier mais d’en découvrir plusieurs à la fois !
Ce que j’ai aimé c’est que l’auteure met en avant plusieurs traits humains mais ce qui en ressort le plus c’est tout de même la noirceur de l’âme humaine !

 

Extrait : «  Elise, par curiosité, prend une carte de lectrice et se met à emprunter des livres. Elle se surprend à trouver énormément de plaisir à ses lectures. Elle devient assidue, et puise à tous les rayons, dévorant les livres d’histoire, les biographies, les romans. Sa vie se met à changer. Elle ne se sent plus seule, ni vide. Elle est habitée par les personnages qu’elle découvre dans ses lectures, et qui maintenant vivent en elle. »

Et s’il fallait mettre une note, ce serait : 4/5

21/01/2012

"Les souvenirs" de David Foenkinos

les souvenirs.JPG

Le narrateur raconte la mort de son grand-père, les moments qui ont suivi cette perte avec sa grand-mère, la mort de celle-ci, le divorce de ses parents, bref plusieurs éléments marquant d'une vie familiale.

Après mon coup de coeur pour "La délicatesse" du même auteur, j'étais très pressée de lire un autre de ces livres. Bien qu'après avoir entendu beaucoup de bien de son livre "Le potentiel érotique de ma femme" (que j'ai très envie de lire d'ailleurs !), j'ai eu l'occasion de lire son dernier roman "Les souvenirs".
On retrouve le style propre de l'auteur, notamment avec des digressions au fur et à mesure du texte, qui sont ici, des souvenirs des personnages secondaires. J'aime ces passages en italiques qui donnent l'impression aux lecteurs de quitter l'histoire alors qu'en réalité il y a toujours un lien !
Je me suis demandée à plusieurs reprises si le narrateur n'était pas en fin de compte l'auteur lui-même. Après quelques recherches, j'ai appris qu'en effet, David Foenkinos y avait mis beaucoup d'éléments véridiques mais que cela reste néanmoins une fiction.

Bref, une belle écriture et de beaux souvenirs en perspective, alors foncez ! ;)

Petite citation pour la route : "La vie avançait pour les autres, me laissant toujours de côté, et je demeurais bloqué dans l'âge des choses immobiles."

20/01/2012

"Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir" de J.Heska

pourquoi les gentils.JPG

Jérôme est un être gentil, naïf, qui se fait régulièrement avoir et humilié par les autres. Il décide un peu par hasard de fonder une nouvelle philosophie, un nouveau concept pour recadrer les méchants, qu'ils surnomment les "antipathes".
Mais les choses ne se passent généralement pas comme prévues et Jérôme va se laisser peu à peu submerger par ce phénomène !

C'est grâce à Georges et à son livre voyageur que j'ai eu la chance de lire ce livre bourré d'humour noir !
Déjà la couverture intrigue un peu, elle rappelle les anciens jeux vidéos et attire bien évidemment l'oeil !
Le livre se présente sous la forme du journal de Jérôme. Il indique régulièrement quelques élèments de sa vie personnelle et l'avancée de son nouveau concept !
J'ai beaucoup aimé les diverses citations sur la vie, présentées à chaque début de chapitre.
L'idée de la création d'une nouvelle philosophie basé sur le redressement des méchants par des gentils m'a fait plusieurs fois sourire et m'a donné envie de lire le livre jusqu'au bout !
Et puis c'est un livre qui fait réfléchir un minimum avec la grande question : Faisons-nous partie des gentils ou des antipathes ? ;)

Enfin, c'est un livre qui se lit vite et bien, et rien que pour ça des fois ça fait du bien ce genre de lecture !

Je vous le conseille sans hésitation !

19/01/2012

Ma partenaire de blog !

Aujourd'hui, Laety a proposé de devenir partenaire de blog !
Suivant régulièrement son blog, sa page Facebook, sa page Livr@ddict (bref partout quoi !), j'ai sauté sur l'occasion et j'en profite par cet article, pour vous faire découvrir sa caverne :

BANNIR~1.JPG

Laety lit un peu de tout et aime beaucoup troquer,
alors n'hésitez pas à aller la voir et y laisser vos impressions !

 

18/01/2012

"Va, brûle et me venge" de Philippe Bouin

va brule et me venge.JPG

Dans un train reliant Dijon à Lyon, un homme ressemblant à un rabbin, assassine le mafieu corse Bonnelli et son colosse, puis met le feu au wagon.
La commissaire chargée de l'enquête est une femme : Antonia Arsanc.
Tout porte à croire qu'il s'agit d'un réglement de compte entre la mafia corse, les russes et les juifs. Vengeance est le maître mot de cette histoire ...

Chaque chapitre porte le nom d'un insecte. Cela s'explique par la passion des insectes de la commissaire Antonia Arsanc, petit bout de femme qui se fait respecter mais qui néanmoins, cache une part d'ombre, que le lecteur découvre au fur et à mesure de l'intrigue. Elle ne peut pas s'empêcher de comparer les gens à différents insectes, ce qui permet au lecteur d'en apprendre davantage sur ce genre d'animaux et qui fait l'originalité de ce polar.
La couverture est vraiment jolie et interroge le lecteur (bien que la présence du papillon peut s'expliquer par ma phrase précédente !)
Enfin, j'ai lu ce livre à la base pour le boulot et je dois dire que j'ai passé un agréable moment... sans pour autant le couronné de succès ...
Je ne connaissais pas du tout l'auteur mais il a apparemment gagné le prix polar cognac 2008 avec son roman "Comptine en plomb", ce qui laisse après tout, un espoir de bonne lecture !


Et comme ça faisait longtemps, je vous laisse avec quelques citations ...

Petites citations pour la route : "Retour à l'état de nature, je ne fais plus confiance qu'à ma propre justice."

"Oui, c'est ça, je suis comme un frelon : l'insecte que je guette périra sur mon bucher. Il aura beau me supplier, pleurer, gémir, j'appliquerai la sentence sans aucun état d'âme."

21:22 Publié dans Roman Adulte | Lien permanent | Commentaires (4) |