Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

albin michel - Page 4

  • "Juste avant le bonheur" d'Agnès Ledig

    juste avant le bonheur.JPG

    Julie, caissière et mère célibataire, survit au quotidien. Elle fait la rencontre de Paul, un homme qui pourrait être son père, mais qui ne lui voudra que du bien. Il lui propose d'ailleurs de partir en vacances en Bretagne. Après réflexion, Julie et son fils Ludovic prennent donc la route avec Paul et son fils Jérôme. A partir de là, la vie de ces quatre personnages va changer à tout jamais...

    J'avais trèèès envie de lire ce livre depuis un bon moment ! Déjà grâce à l'avis deux tentatrices (Ingrid et Stéphanie) qui m'ont terriblement envie de découvrir ce petit bijou !

    Au début je me suis dit : "le truc bateau de la rencontre entre un homme et une femme, entre un riche qui veut aider la pauvre, et bla bla bla...", je continue ma lecture et là je tombe de haut ! Bah oui parce l'auteure nous emmène carrément autre part que ce que nous avions prévu ! Pour les fidèles du blog, vous le savez, lorsqu'un auteur arrive à me surprendre, c'est bingo ! Et bien là, c'est tout ça !

    J'ai adoré le style de l'auteure qui arrive à nous faire vivre plein de choses, plein d'émotions avec une écriture simple mais soignée. Pour les adeptes des petits carnets de citations, faites chauffer votre stylo, parce que là il y a du lourd ! :)

    J'ai vraiment apprécié de passer d'une émotion à une autre en un rien de temps : on sourit et l'instant d'après on attrape un mouchoir ! On pourrait croire qu'il s'agit d'un livre bourré de bons sentiments, genre cul cul la praline et tout, alors qu'en fait pas du tout ! L'auteure arrive à capter des morceaux de vies, des évènements qui pourraient arriver à tous et les décrit avec merveille !

    Bref, un coup de coeur pour ce roman sublime ! Je l'ai d'ailleurs déjà conseillé à plusieurs personnes ! :)

    Petites citations pour la route :

    "Parfois, dans la vie, on a le sentiment de croiser des gens du même univers que nous... Des extra-humains, différents des autres, qui vivent sur la même longueur d'onde, ou dans la même illusion.
    C'était mon impression aujourd'hui...
    Et ça fait du bien."

    "La tristesse s'est installée au fond de lui sans lui demander son avis. Elle se sent chez elle. Il a beau essayer de se divertir, rien n'y fait, elle est là, tapie dans un coin, prête à resurgir au moindre relâchement."

    " "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants."
    Tu parles !
    Il faudrait déjà réussir à trouver le Prince Charmant. Dans les jolies histoires, les femmes n'élèvent pas seules leur enfant, elles ne triment pas toute la journée pour pouvoir survivre. Dans les jolies histoires, les femmes sont belles, les hommes sont forts, ils s'aiment et la vie leur est douce et bienvaillante.
    C'est nul les contes de fées."

    " - Je vous l'ai déjà dit, quoi qu'il arrive, on s'en sort. Parfois, un peu abîmé par la vie, mais on s'en sort."

    " - Toutes les plaies cicatrisent, plus ou moins vite, plus ou moins bien, mais la peau se referme. On garde une trace, mais la vie est plus forte."

    " - Ce n'est pas la vie qui est belle, c'est nous qui la voyons belle ou moins belle. Ne cherchez pas à vouloir atteindre un bonheur parfait, mais contentez-vous des petites choses de la vie, qui, mises bout à bout, permettent de tenir la distance.
    - Qu'appelez-vous les petites choses de la vie ?
    - Les tout petits riens du quotidien, dont on ne se rend même plus compte mais qui font que, selon la façon dont on les vit, le moment peut-être plaisant et donne envie de sourire. Nous avons tous nos petits riens à nous. Il faut juste en prendre conscience."

    " On souffre individuellement et collectivement. On souffre d'être triste et de voir les autres tristes. On souffre doublement. Et on n'y peut rien."

  • "Autre Monde Tome 6 : Neverland" de Maxime Chattam

    autre monde, neverland, maxime, chattam, albin michel



    [Attention : spoiler]

    La saga Autre Monde de Maxime Chattam compte déjà 5 tomes bien garnis ! Et voici le 6e : Neverland ! On y retrouve avec plaisir Ambre, Matt et Tobias ! Ces trois jeunes ont déjà vécu pas mal d'aventures ! Dans le précédent tome, ils sont arrivés en Europe et n'ont malheureusement pas réussi à convaincre les adultes de se joindre aux Pans...

    Nous avions fini le tome 5 "Oz" dans de mauvaises postures pour les trois jeunes héros. Ils étaient tous séparés. C'est donc avec empressement que j'ai commencé ce 6e tome !

    Bien évidemment, Matt, Ambre et Tobias n'ont en rien renoncé à leur quête et même séparé, ils continuent à avancer petit à petit !

    La nouveauté ici est bien entendu la découverte de Neverland, le territoire de la résistance des enfants d'Europe. Un autre "éden" qui redonnent confiance à Matt, Tobias et Ambre, bien que la menace Entropia est toujours plus présente. Il leur faudra aussi découvrir les secrets de Neverland ! Moi qui n'aime pas du tout un certain animal de compagnie (que je ne citerai pas pour laisser un peu de suspense), j'ai été servi ! ;)

    Le suspense est toujours au rendez vous avec Maxime Chattam, nous ne pouvons pas être déçu ! Encore une fois il me tarde de découvrir la suite de l'histoire des Pans !

    Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel pour m'avoir permis de continuer cette chouette série ! :)

  • "Double identité" de Didier Van Cauwelaert

    double identité.JPG

    Steven Lutz est un ex-tueur agent de la CIA. Il a déjà pris bon nombre d'identités mais lors d'une de ses missions, un accident de voiture le laisse coincer dans son rôle, à savoir celui de Martin Harris, botaniste. Même s'il a l'air conscient de ne pas être réellement ce Martin Harris, il va tout faire pour le devenir. Quitte à séduire sa femme et à reprendre ses travaux sur une mystérieuse plante aux bienfaits très convoités...

    Dans ce livre, le narrateur livre à une certaine Liz son passé et son aventure en tant que Martin Harris. Une sorte de témoignage, un besoin de se livrer par écrit, de dire enfin la vérité. Le lecteur apprend alors peu à peu la véritable vie de ce tueur repenti.

    On ne sait pas toujours où l'auteur veut nous emmener. Je me suis posé plusieurs fois la question : Pourquoi joue-t-il ce rôle là ? Pourquoi ne pas passer à autre chose ?
    C'est que l'auteur arrive à nous faire réfléchir sur la notion d'identité : Qu'est ce que nous aurions fait à sa place ? Fait-on toujours les bons choix ?
    J'aime quand un auteur me pousse à me remettre en question, à réfléchir, à se mettre en doute,...

    Le début m'a tout de suite plu. J'ai aimé ce témoignage, la façon d'en apprendre petit à petit, que les pièces du puzzle se mettent en place au fur et à mesure.

    J'ai un peu moins aimé cette histoire de plante et du business qui se prépare autour de ça. Mais je pense que cette partie peut néanmoins trouver son lectorat.

    J'avais lu récemment "Les témoins de la mariée" du même auteur et j'avais apprécié qu'il me surprenne à un moment donné du récit. Je dois dire que l'auteur a encore une fois gagné son pari puisque le dernier chapitre m'a surprise et je n'avais pas imaginé les choses ainsi. Un bon point pour ce livre donc !

    Malgré tout je ne suis pas sûre d'en garder un souvenir imperissable mais le principal est d'avoir tout de même passer un bon moment durant ma lecture !

    Petite citation pour la route : "Seuls les livres m'ont sauvé de l'ennui. J'y cherchais bien plus qu'un moyen d'évasion : une colonne vertébrale, une structure sur mesure, un cadre de vie."

  • "La petite" de Michèle Halberstadt

    la petite.JPG

    "La petite" est une jeune fille de 12 ans qui tente de se suicider en avalant les médicaments de la pharmacie familiale. Elle en ressort de justesse, mais lorsqu'elle apprend que son grand père, la personne qu'elle chérissait le plus au monde, est mort, elle sombre à nouveau...

    Un très court roman assez prenant, qui livre les émotions de "la petite". La détresse d'une jeune fille, à la limite de devenir une ado, qui se sent vide, abandonnée et indifférente aux yeux des gens. Elle se crée une amie imaginaire parfaite : Laure, tout l'inverse d'elle. Puis, elle voue un culte sans faille à sa grande soeur. Pour avoir une amie, elle est prête à voler sa mère. Tout se bouscule pour la petite : l'isolement, la solitude, avoir l'impression d'être invisible...

    L'auteure nous livre une histoire remplie d'émotions et assez prenante. La 4e de couverture est très accrocheuse : " J’ai 12 ans et ce soir je serai morte." Elle donne tout de suite le ton et pas de chichis, le livre commence réellement avec la tentative de suicide de la petite.
    Le style est simple, bien choisi par rapport au personnage principal. L'histoire se passant dans les années 60, vous ne trouverez pas d'expressions de "djeun's" d'aujourd'hui. 

    J'ai eu l'occasion de lire ce livre grâce à ma participation au jury du prix Confidentielles. J'ai choisi de le lire en premier, tout d'abord parce qu'il était assez court et aussi pour sa 4e de couverture, qui en dit peu, mais en même temps beaucoup. J'ai beaucoup aimé être à la place de cette petite mal à l'aise dans un monde d'adulte, même si cela peut parfois déranger. Je suis admirative de l'auteure d'avoir réussi à parler d'un sujet aussi sérieux de cette manière.
    C'est, je pense, un livre qui pourra aider les jeunes filles ou encore les parents qui connaissent ce genre de trouble au sein de leur famille.

    Petites citations pour la route : "Une vie qui en vaille la peine, qu'est-ce qui fait qu'on la mérite ?"

    "Se cogner à la vie au lieu de la regarder passer." 

     

    Prix Confidentielles : 1/14

  • "Les fantômes du Delta" d'Aurélien Molas

     

    fantômes,delta,aurélien,molas,nigéria,albin michel

    Le Nigéria : Pays sous l'emprise des compagnies pétrolières, où règne la corruption, la violence et la malnutrition de la population. Benjamin et Mégan font parties de Médecins Sans Frontières et se retrouvent au Nigéria. Ils croisent Naïs une fillette à la maladie rare, qui engendre malgré elle une longue route de violence et de sang. En effet, la particularité de sa maladie fait d'elle un objet de convoitise pour le gouvernement, le MEND (groupe dit terroriste contre le gouvernement) et des autres pays.

    Aurélien Molas nous livre ici un thriller au contexte géo-politique tendu, qui je l'admet, m'est complétement inconnu. En effet, je ne me passionne pas particulièrement à l'Afrique, encore moins au Nigéria et je suis donc ravie d'en apprendre un peu plus grâce à ce livre.
    Même si l'histoire racontée ici est une fiction, l'auteur a intégré quelques éléments véridiques pour étoffer son récit : notamment les personnages du MEND ou encore la maladie de Naïs (dont je ne dirais rien de plus pour laisser une part de suspense !). Aurélien Molas nous livre donc un polar certe, mais extrêmement bien documenté.

    Le livre se présente sous forme de nombreux chapitres (166 au total !) mais rassurez vous, ceux ci ne font qu'une page ou deux. Cela représente tout de même un sacré pavé de plus de 500 pages ! Malgré tout, ce livre se lit bien et j'ai été capté du début à la fin !
    Et poutant ce n'était pas gagné ! J'avais un peu peur que ce soit une lecture compliquée et chiante (à la base, je l'ai lu pour le boulot) mais au final, j'ai appris des choses et le rythme m'a tenu en haleine jusqu'au bout !

    A savoir qu'il y a pas mal de personnages et il faut mieux les mémoriser dès le début, car certains reviennent en cours de route ! Mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier à sa juste valeur ce livre fort !

    On ne ressort pas indemne de cette lecture. Ce livre m'a bouleversé et remis un peu à ma place. Parfois lire des livres comme cela fait réellement du bien !

    Petites citations pour la route : "De Chicago à ce grand nulle part, elle eut l'impression d'avoir parcouru plusieurs vies et de n'en avoir vécu aucune."

    "Il existe des sentiments qui échappent au langage, des émotions qu'une phrase ne peut traduire sans les vider de leur sens."