Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

city

  • "Les brumes de Lisbonne : une enquête de l'inspecteur Pereira" de Peter Brooklyn

    brumes,lisbonne,enquête,inspecteur,pereira,peter,brooklyn,city

    L'inspecteur Pereira est appelé en pleine nuit pour résoudre le meurtre d'un célèbre banquier portugais. Son cadavre a été retrouvé dans la villa de son amant, alors qu'il a déjà une femme et des enfants, et qui plus est, il fait parti de Domus Christi : une communauté élitiste d'extrême droite, qui prône travail et famille. Est-ce pour cela qu'il a été assassiné ?

    J'ai reçu ce livre un peu par hasard dans ma BAL, car je ne me souviens pas l'avoir demandé. Mais j'avais envie de lire un roman policier, cela tombait plutôt bien !

    L'histoire se déroule au Portugal et à la lecture de ce roman, on sent que l'auteur Peter Brooklyn (dont il s'agit d'un pseudonyme) apprécie particulièrement ce pays. Il lui rend un vibrant hommage à travers la visite de plusieurs lieux emblématiques, mais aussi la description de plusieurs coutumes et plats gastronomiques. On s'y croirait !

    Ce qui m'a un peu déstabilisé c'est qu'on a une équipe de policier qui n'ont pas l'air hyper investi dans cette enquête... J'ai eu l'impression que les personnages aimaient beaucoup aller au resto ou boire un café après avoir interrogé les suspects, et parfois même avec eux ! Les limites professionnelles m'ont semblé être souvent franchies, ce qui m'a un peu rendu l'histoire moins réaliste.

    Au delà du meurtre du banquier, l'histoire se concentre également sur une communauté aux allures de sectes où règne corruption et trafics en tout genre... Cela m'a directement fait penser aux romans de Dan Brown. Je ne suis pas une grande fan de ce genre-là, mais cela ne m'a pas dérangé plus que ça, surtout que cet aspect n'est pas abordé de manière aussi poussée.

    Malgré tout, je ne pense pas garder cette histoire longtemps dans ma mémoire. Ce fut une lecture agréable sur le coup mais sans plus.

    Je remercie les éditions City !

  • "J'arrête quand je veux" de Coralie KHong-Pascaud

    j'arrête, quand, veux, coralie, khong-pascaud, city

    Elisa est une jeune femme de 28 ans, travaillant dans l'édition, un gentil boy-friend Hugo et une addiction à son téléphone et aux réseaux sociaux. Et c'est justement sur ce dernier point que le bât blesse ! Hugo en a plus qu'assez de devoir la partager avec ses abonnés et ses followers… Il lui pose alors un ultimatum : pas de portable pendant une semaine ou la rupture ! Elisa va alors se résigner à abandonner son téléphone et tout ce qui va avec… Va-t-elle réussir à vivre une semaine sans les nouvelles technologies ?

    J'avais envie de lire un roman détente, ce chick-lit est tombé à point nommé !

    Forcément, étant une blogueuse, ayant un compte facebook, un compte snapchat, un compte Instagram et diverses applications sur mon téléphone, je ne pouvais que m'identifier au personnage d'Elisa. ça aide aussi d'avoir quasiment le même prénom qu'elle, à une lettre près ! Mais bon, pour être un peu plus sérieuse, je ne suis pas autant accro qu'elle aux réseaux sociaux et autres applications (enfin du moins je ne crois pas !).

    Vous imaginez bien que le sevrage ne va pas se faire sans mal, ni sans rebondissements ! J'ai adoré suivre Elisa dans ses galères, mais également dans cette remise en question. C'est un phénomène qui s'observe de plus en plus fréquemment dans notre société et je trouve ça bien que le sujet soit abordé dans un roman accessible à tous ! De plus, cela est fait avec beaucoup d'humour, du coup on passe un agréable moment au côté d'Elisa et avec la plume de l'auteure Coralie Khong-Pascaud !

    J'imagine très bien ce roman être adapté en téléfilm sympa. En tout cas, les jeunes trentenaires comme moi se retrouveront assez facilement dans ce genre de situation. Nul doute que ce roman trouvera son lectorat !

    Bref, une lecture sympa et agréable sur notre rapport aux réseaux sociaux et nouvelles technologies !

    Je remercie les éditions City !

    Petite citation pour la route : "On finit tous par s'éloigner les uns des autres, c'est la vie, c'est comme ça. Mais c'est notre responsabilité de faire tenir les relations, car une fois qu'elles ont disparu, on ne peut s'en prendre qu'à soi-même. Et parfois, il est trop tard pour pouvoir faire marche arrière."

  • "Là où la vie t'emmène" d'Alban Gallée

    là, où, vie, t'emmène, alban, gallée, city

    Rose a une maladie un peu spéciale : elle n'arrive pas à quitter les choses ou les personnes. Ainsi, elle doit toujours demander l'autorisation pour quitter une pièce, un objet ou une personne, au risque de rester bloquer dans cette situation. Oui mais voilà qu'à trente ans, Rose en a assez de cette petite vie routinière. Avec l'aide de sa mère, Rose gagne un concours : six mois offerts sur une île en Australie. Même si elle appréhende beaucoup, Rose décide de s'y rendre ... Advienne que pourra !

    Je dois dire que ce livre m'a tout d'abord attirer par sa couverture, son titre et également le résumé. On pourrait s'attendre à une lecture légère et pourtant ce livre aborde une histoire originale. Trop originale ?

    En effet, le côté "maladie" de Rose m'a tout d'abord intrigué, puis j'ai eu du mal à trouver cela crédible. Je ne sais pas du tout si cette pathologie existe réellement ou si cela est juste une pure fiction de l'auteur, mais je n'ai pas réussi à m'attacher complètement au personnage de Rose en partie à cause de cela.

    De plus, le rebondissement lié au concours m'a moyennement convaincu et je me doutais bien de la révélation finale. C'est pourquoi j'ai un avis assez mitigé sur cette lecture.

    Malgré tout, je dois dire que le style de l'auteur est agréable et se lit facilement. On se surprend à tourner les pages même si le contenu m'a laissé quelque peu perplexe. 

    J'espère que ce livre trouvera le bon lectorat car pour ma part, je suis tombée à côté...

    Je remercie les éditions City !

    Petite citation pour la route : "La famille, c'est parfois des étrangers qui s'aiment."

  • "Rêver n'est pas un vilain défaut" de Carole Cerruti

    rêver,vilain,défaut,carole,cerruti,city

    Elizabeth se considère comme une fille banale, passant inaperçu auprès des gens. Alors quand sa belle mère organise la cérémonie des anciens élèves du lycée, Elizabeth ne veut pas y aller seule. Avec sa meilleure amie excentrique Kathleen, elle décide de payer un comédien pour l'accompagner. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévue...

    J'avoue que la couverture m'a tout de suite plu et je suis dans une période où j'ai très envie de lire de la romance et des choses assez légère. Le contrat est rempli avec ce livre feel-good.

    Vous l'aurez deviné, le personnage principal est Elizabeth. C'est une fille assez mal dans sa peau : quelques kilos en trop, qui a tendance à passer inaperçu, toujours rabaisser par sa belle mère et sa belle sœur (un petit côté cendrillon dans l'air) et pourtant on se prend rapidement d'affection pour elle. On a envie de la voir réaliser son rêve : devenir écrivain.

    Le côté "je paye un comédien pour jouer mon petit ami" m'a beaucoup fait penser à des films dits "de nana" comme La Proposition avec Sandra Bullock. Cela a un côté déjà vu mais pourtant on accroche dès le départ.

    Côté style d'écriture, je dois dire que j'ai eu du mal durant les cinquante premières pages, mais cela est dû à la mise en place des personnages et du décor. Puis très vite, on se prend au jeu et on a terriblement du mal à le lâcher. Ce côté page-turner et addictif m'a fait rater quelques heures de sommeil, mais je ne regrette pas du tout !

    Un petit mot également pour le super choix de la couverture. Cela annone un roman cocooning et je la trouve très jolie.

    Bref, j'ai hâte de découvrir le prochain roman de Carole Cerruti ! Vivement !

    Je remercie les éditions City !

    Petites citations pour la route : "Au fond de moi, je savais bien ce que je voulais. Écrire. Raconter toutes les histoires qui bouillonnaient dans ma tête. Inventer les vies que je ne pouvais pas vivre. C'était tout ce qui m'intéressait."

    "Puisque la vie était dure , cruelle parfois, je voulais donner de la magie aux lecteurs, écrire une histoire qui puisse leur faire du bien. Qui les prendrait par la main et les sortirait de leur quotidien. Qui les ferait basculer dans un autre monde, un autre univers, l'espace de quelques heures. Un roman comme un plaid tout doux sur les épaules, enveloppant, réconfortant, aimant, accompagné d'une bonne tasse de chocolat chaud aux marshmallows. Une pépite. Un conte de fées pour adultes. Ils oublieraient leur vie. Leurs soucis. Le temps de quelques pages, ils plongeraient dans une histoire qui les ferait sourire, je l'espérais, et s'évader."