Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carole

  • "C'est dimanche et je n'y suis pour rien" de Carole Fives

    c'est, dimanche, et, je, n'y, suis, pour, rien, carole, fives, gallimard, l'arbalète, babelio, masse critique

    Léonore a décidé de mettre sa vie en parenthèse pour retrouver la tombe de son premier amour, José, au Portugal. Elle ne sait pas exactement où il repose mais s'engage dans ce voyage un peu particulier, au rythme des souvenirs et des révélations.

    J'avais découvert Carole Fives avec son livre "Que nos vies aient l'ait d'un film parfait" et j'avais aimé sa façon d'écrire sur des sujets pas très joyeux mais d'actualité.

    Ici, nous rencontrons Léonore, une femme qui a du mal à avancer dans la vie. Du jour au lendemain, elle part retrouver la tombe de José, son premier amour, quitte à délaisser son amant actuel Laurent. C'est un voyage qu'elle redoute et qu'elle reporte depuis longtemps, mais cette fois elle ose. Une manière d'avancer à sa manière. On assiste donc à ses démarches administratives parfois laborieuses et aux différentes rencontres qu'elle trouvera sur son chemin.

    A côté de l'histoire de Léonore, qui petit à petit nous livre son histoire avec José, nous avons quelques passages en italique qui donne voix à José. Ce sont pour la plupart des souvenirs n'ayant parfois aucun rapport avec Léonore.

    Petit à petit, nous découvrons alors comment José est mort, les circonstances et les conséquences pour son entourage et notamment pour Léonore.

    Encore une fois, l'auteure s'attache à un thème difficile à exploiter mais elle le fait avec une très belle plume qui nous accompagne du début à la fin. J'aime sa manière de nous présenter ses personnages. On en apprend sur eux petit à petit, par petite touche, sans nous livrer tout d'un coup. On prend le temps de les connaître et forcément on s'attache à eux.

    L'auteure nous parle également des immigrés portugais qui arrivent en France dans les années 70, pour trouver du travail, notamment construire les maisons des français, alors qu'ils vivent dans des conditions difficiles, parqués dans des genres de bidonvilles.

    Je remercie Babelio et les éditions Gallimard.

  • "Le coeur cousu" de Carole Martinez

    Le coeur cousu.JPG


    Résumé de l'éditeur : Dans un village du sud de l'Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse... Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s'initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs, elle est condamnée à l'errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d'enfants, eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels.

    C'est rare pour moi de donner le résumé de l'éditeur au lieu de décrire l'histoire en quelques lignes avec mes propres mots. Mais ici, je trouve que l'histoire est plutôt bien résumé. En même temps, il faut dire que ce livre regorge tellement de détails et part un peu dans tous les sens, qu'il en devient difficile d'y trouver un fil conducteur !

    Dans un premier temps, il est nécessaire de préciser que l'auteure nous écrit une sorte de conte. Rien de terre à terre, ne serait ce que par l'existence d'une boite que les femmes de la famille de Frasquita ne peuvent ouvrir qu'au bout de 9 mois ! Frasquita a reçu le "don" de sublimer le tissu, d'y apporter la vie et les sentiments. Etrange me direz-vous ? Et oui et c'est à peu près ça tout au long de la lecture !

    J'ai trouvé cette histoire longue et je n'ai pas du tout réussi à accrocher à l'histoire de Frasquita et ses enfants. Il faut d'ailleurs préciser que c'est Soledad la petite dernière de Frasquita qui raconte l'histoire de sa mère.

    Concernant le style de l'auteur, je dois avouer que c'est un livre très bien écrit et qu'il peut charmer par les belles descriptions et les métaphores utilisées. Néanmoins j'ai mis pas mal de temps à le lire et je ne comprends pas l'enthousiasme qu'a pu suscité ce livre... Dommage !

  • "Hector, l'éléphant funambule" de Carole Trébor et d'Arianna Tamburini

    hector l'éléphant funambule.JPG

    Hector l'éléphant est malheureux dans sa cage au zoo. Le directeur du zoo demande à Alfonso, le merle du cirque Fanfaron, de consoler l'éléphant et de l'engager dans sa troupe.
    Hector est ravi mais très vite il se sent gros, lourd et maladroit. Vite il doit faire quelque chose sinon tout le monde va se moquer de lui. Avec l'aide des autres animaux et de ses grandes oreilles, il s'envole et atterit sur un fil ! Hector devient alors l'éléphant funambule !

    Voici un joli album cartonné pour les petits sur le thème du cirque. Est déjà sorti aussi "Ernesto, le coq acrobate" et est prévu 4 autres tomes dans la même série.
    L'album est très coloré et correspond bien à l'univers du cirque. Les personages sont tous des animaux, que l'on retrouvera sans doute dans les autres livres de la série.
    L'histoire est simple et pourtant elle met l'accent sur la solidarité et sur le fait de s'ouvrir à de nouvelles activités.

    Bref un album bien sympathique pour les fanas des animaux et du cirque !

    ca2012petit.png

    1ere participation au challenge "Je lis aussi des albums" chez Hérisson