Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

je

  • "Je l'ai fait pour toi : une enquête de Samuel Moss" de Laurent Scalese

    je,l'ai,fait,pour,toi,enquête,samuel,moss,laurent,scalese,belfond

    Samuel Moss, commandant à la brigade criminelle de Lazillac-sur-Mer, n'est pas un flic comme les autres. Il est spécialisé dans les crimes parfaits et possède une manière bien particulière de travailler. Il a d'ailleurs du mal à bosser en équipe mais pour sa nouvelle enquête, il sera accompagné du capitaine Calvera qui ne se laissera pas marcher sur les pieds. Leur nouvelle enquête ? Le soi-disant suicide d'une romancière à succès. Samuel Moss et sa coéquipière vont s’intéresser aux moindres détails pour prouver qu'il s'agit bien d'un homicide et trouver le coupable !

    Les éditions Belfond m'ont encore permis de découvrir un auteur de polar de talent !

    J'ai adoré le personnage de Samuel Moss. Il est hyper maniaque, a des TOCS et s'intéresse aux moindres détails. Il m'a tout de suite rappelé le personnage de la série Monk. Le personnage est original et sa manière d'enquêter l'est tout autant !

    Laurent Scalese a l'art de créer des personnages intéressants car j'ai également beaucoup apprécié le personnage -certes un peu plus secondaire- du capitaine Calvera qui doit apprendre à travailler avec les frasques de Samuel Moss. 

    Outre les personnages, l'auteur parvient à nous captiver sur l'enquête elle-même. Ce soit-disant suicide se transforme petit à petit en homicide et le lecteur n'a qu'une envie : découvrir l'assassin et le mobile bien sûr !

    La théorie du crime parfait m'a également beaucoup interpellé et cela est notamment mis en avant par les cours de criminologie donné par le fameux Samuel Moss.

    Bref, ce livre m'a clairement donné envie de découvrir les autres romans de Laurent Scalese !

    Je remercie les éditions Belfond !

  • "Et je danse, aussi" d'Anne Laure Bondoux et Jean Claude Mourlevat

    et,je,danse,bien,anne laure,bondoux,jean claude,mourlevat,fleuve

    Pierre-Marie Sotto est un célèbre écrivain notamment depuis que son dernier roman a reçu le prix Goncourt. Il est habitué à recevoir du courrier notamment des gens qui lui envoient leurs manuscrits. Un jour, il reçoit une enveloppe d'une Adeline Parmelan, il ne l'ouvre pas et lui envoi un mail pour lui expliquer pourquoi il agit ainsi. Adeline lui répond et commence alors une étrange correspondance entre ces deux personnes qui ne se connaissent pas mais qui ont cette enveloppe en commun.

    Il me tardait de découvrir ce roman écrit par deux auteurs jeunesses que j'apprécie tout particulièrement. J'avais hâte de les voir agir dans le monde de la littérature contemporaine à destination des adultes cette fois.

    Nous faisons la connaissance de deux personnages que tout opposent mais qui finalement vont apprendre à se connaître l'un l'autre à travers un échange de plusieurs mails. Petit à petit, on comprend qu'un lien les unit et que la fameuse enveloppe y est pour quelque chose. Le lecteur est curieux et a envie que l'écrivain Pierre Marie Sotto l'ouvre, mais on comprend assez vite pourquoi il ne le fait pas et j'ai respecté ce choix. Alors forcément, on se demande quel est ce lien et on s'imagine plusieurs scénarios. On le vit presque comme une énigme policière. J'ai aimé le suspense que nous livre les deux auteurs. Cela permet de nous tenir en haleine jusqu'au bout.

    J'ai également apprécié la complicité qui se forme entre les deux personnages. On apprend à les connaître en même temps qu'eux. Et on s'y attache assez vite.

    Le style épistolaire me plait beaucoup et le fait que tout cela se fasse par mail retranscrit bien l'histoire dans notre époque actuelle.

    Bref, un bon roman feel good !

  • "Je suis là" de Clélie Avit

    je, suis, là, clélia, avit, jc lattès

    Thibault accompagne sa mère à l'hôpital où se trouve son frère accidenté. Il refuse de le voir car ce dernier était ivre et a fauché deux adolescentes qui ont perdues la vie. En errant dans l'hôpital, Thibault entre dans la chambre d'Elsa. Celle ci est dans le coma depuis plusieurs semaines après avoir été coincé sous la neige lors d'une randonnée en montagne. Thibault lui rend visite à plusieurs reprises et lui parle. Mais ce qu'il ne sait pas c'est qu'Elsa est totalement consciente et entend tout. Va-t-elle réussir à se réveiller avant qu'il ne soit trop tard ?

    J'avais entendu du bien de ce roman, il a d'ailleurs eu un prix. La couverture attire l'œil et le court résumé m'a donné envie de m'y plonger.

    J'ai aimé le choix des deux narrateurs : Elsa et Thibault. Elsa est prisonnière du coma mais d'une manière inexpliquée, elle parvient à entendre tout ce qui se dit dans sa chambre. Thibault, quant à lui, est un homme un peu paumé dans sa vie. Il vient de se séparer de son ex, il ne parvient pas à pardonner à son frère pour l'acte qu'il a commis, il supporte la tristesse de sa mère et il envie la famille heureuse de son meilleur ami. Depuis le premier jour où il entre dans la chambre d'Elsa, il ne parviendra plus à l'enlever de ses pensées...

    Voici une belle histoire, touchante et pleine d'émotions. Ne vous attendez pas au roman de l'année mais plutôt à passer un très bon moment détente. Bien évidemment, le lecteur peut voir venir quelques petits éléments mais il suffit de se laisser bercer par la tendre mais néanmoins compliquée histoire d'Elsa et Thibault.
    Malgré le sujet difficile, l'auteur parvient à nous rendre accro à la lecture et je me suis surprise à être totalement plongée dans cette histoire.

    Bref, un très bon moment de lecture !

  • "Je n'ai pas toujours été un vieux con" d'Alexandre Feraga

    je, n'ai, pas, toujours, été, vieux, con, alexandre, feraga, flammarion

    Léon Pannec, 73 ans, se retrouve à la maison de repos "Les Primevères" suite à l'incendie de son appartement. Il nous relate sa vie : son enfance (l'impression d'avoir déçu son père, la fameuse médaille de guerre de son grand père, la trahison de sa mère,...) puis son avenir de bandit (sa montée dans le monde des hors la loi, ses années de prison,...) et enfin le quotidien à la maison de retraite (ses amis Jack et Roger, les délires de Mme Camus,...).

    Avec une couverture et un titre pareil, on ne peut que se demander ce que ce livre va nous réserver. J'aime beaucoup la tête du petit vieux avec son casque et le titre qui interpelle et pas qu'un peu ! ;)

    Vous l'aurez compris, ce Léon Pannec est un sacré personnage. Il en a vécu des choses et nous les raconte par écrit ! Le ton est noir et parfois cynique, tout comme le personnage principal.

    Bien évidemment, l'auteur insiste sur l'univers des maisons de retraite. Les stéréotypes sont de mises notamment concernant le personnel, les autres habitants et l'impression d'être dans un hôpital.

    Les chapitres s'alternent en fonction de la période dont nous parle Léon : le passé avec les souvenirs puis retour au présent dans la maison de retraite.

    Concernant l'auteur, il s'agit d'un jeune trentenaire qui a parfaitement réussit à se mettre dans la peau d'un petit vieux au caractère bien particulier. De plus, il s'agit de son premier roman !

    Je dois dire que même si j'ai passé un bon moment avec Léon, je ne suis pas sûre de le garder en mémoire bien longtemps ! Dommage ...

  • "C'est dimanche et je n'y suis pour rien" de Carole Fives

    c'est, dimanche, et, je, n'y, suis, pour, rien, carole, fives, gallimard, l'arbalète, babelio, masse critique

    Léonore a décidé de mettre sa vie en parenthèse pour retrouver la tombe de son premier amour, José, au Portugal. Elle ne sait pas exactement où il repose mais s'engage dans ce voyage un peu particulier, au rythme des souvenirs et des révélations.

    J'avais découvert Carole Fives avec son livre "Que nos vies aient l'ait d'un film parfait" et j'avais aimé sa façon d'écrire sur des sujets pas très joyeux mais d'actualité.

    Ici, nous rencontrons Léonore, une femme qui a du mal à avancer dans la vie. Du jour au lendemain, elle part retrouver la tombe de José, son premier amour, quitte à délaisser son amant actuel Laurent. C'est un voyage qu'elle redoute et qu'elle reporte depuis longtemps, mais cette fois elle ose. Une manière d'avancer à sa manière. On assiste donc à ses démarches administratives parfois laborieuses et aux différentes rencontres qu'elle trouvera sur son chemin.

    A côté de l'histoire de Léonore, qui petit à petit nous livre son histoire avec José, nous avons quelques passages en italique qui donne voix à José. Ce sont pour la plupart des souvenirs n'ayant parfois aucun rapport avec Léonore.

    Petit à petit, nous découvrons alors comment José est mort, les circonstances et les conséquences pour son entourage et notamment pour Léonore.

    Encore une fois, l'auteure s'attache à un thème difficile à exploiter mais elle le fait avec une très belle plume qui nous accompagne du début à la fin. J'aime sa manière de nous présenter ses personnages. On en apprend sur eux petit à petit, par petite touche, sans nous livrer tout d'un coup. On prend le temps de les connaître et forcément on s'attache à eux.

    L'auteure nous parle également des immigrés portugais qui arrivent en France dans les années 70, pour trouver du travail, notamment construire les maisons des français, alors qu'ils vivent dans des conditions difficiles, parqués dans des genres de bidonvilles.

    Je remercie Babelio et les éditions Gallimard.