Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

danse

  • "Quand la neige danse" de Sonja Delzongle

    quand,neige,danse,sonja,delzongle,folio,hannah,baxter

    Joe Lasko est prêt à tout pour retrouver sa fille Lieserl, disparue depuis un mois. Pour cela, il engage Eva, détective privée, son amour de jeunesse. Eva va alors faire appel à la célèbre profileuse Hannah Bexter et à son fameux pendule. Trois autres filles ont également disparu, l'enquête piétine... jusqu'au jour où les familles reçoivent chacune une poupée, réplique exacte de leurs enfants disparus...

    J'avais découvert l'auteur Sonja Delzongle avec son roman "Dust" où nous faisions la connaissance de la profileuse Hannah Baxter et de ses méthodes peu orthodoxes.

    Je suis contente de retrouver le personnage si particulier d'Hannah Baxter même si je l'ai trouvé un peu plus en retrait dans cette enquête. En effet, l'auteur s'attache à mettre d'autres personnages en avant comme l'agent Stevens en charge de l'enquête, ou Joe Lasko, l'un des parents des jeunes disparues.

    Cette fois, ce sont des petites filles qui ont disparues depuis un mois et l'enquête avance peu. Lorsque les familles reçoivent des poupées ressemblant étrangement aux jeunes filles, et l'arrivée d'Eva et d'Hannah dans l'histoire, l'enquête va d'un coup s'emballer. A partir de là, les révélations et les secrets vont apparaître au grand jour, petit à petit, pour enfin comprendre l'ampleur du phénomène.

    J'ai passé un bon moment autour de ces personnages. Cette enquête m'a beaucoup plu et tenu en haleine jusqu'à la fin. D'ailleurs, j'ai hâte de découvrir la nouvelle aventure d'Hannah Baxter puisque Sonja Delzongle vient de publier "Récidive" aux éditions Denoël !

    Bref, Sonja Delzongle nous confirme son talent avec ce deuxième roman réussi !

    Je remercie les éditions Folio !

  • "Et je danse, aussi" d'Anne Laure Bondoux et Jean Claude Mourlevat

    et,je,danse,bien,anne laure,bondoux,jean claude,mourlevat,fleuve

    Pierre-Marie Sotto est un célèbre écrivain notamment depuis que son dernier roman a reçu le prix Goncourt. Il est habitué à recevoir du courrier notamment des gens qui lui envoient leurs manuscrits. Un jour, il reçoit une enveloppe d'une Adeline Parmelan, il ne l'ouvre pas et lui envoi un mail pour lui expliquer pourquoi il agit ainsi. Adeline lui répond et commence alors une étrange correspondance entre ces deux personnes qui ne se connaissent pas mais qui ont cette enveloppe en commun.

    Il me tardait de découvrir ce roman écrit par deux auteurs jeunesses que j'apprécie tout particulièrement. J'avais hâte de les voir agir dans le monde de la littérature contemporaine à destination des adultes cette fois.

    Nous faisons la connaissance de deux personnages que tout opposent mais qui finalement vont apprendre à se connaître l'un l'autre à travers un échange de plusieurs mails. Petit à petit, on comprend qu'un lien les unit et que la fameuse enveloppe y est pour quelque chose. Le lecteur est curieux et a envie que l'écrivain Pierre Marie Sotto l'ouvre, mais on comprend assez vite pourquoi il ne le fait pas et j'ai respecté ce choix. Alors forcément, on se demande quel est ce lien et on s'imagine plusieurs scénarios. On le vit presque comme une énigme policière. J'ai aimé le suspense que nous livre les deux auteurs. Cela permet de nous tenir en haleine jusqu'au bout.

    J'ai également apprécié la complicité qui se forme entre les deux personnages. On apprend à les connaître en même temps qu'eux. Et on s'y attache assez vite.

    Le style épistolaire me plait beaucoup et le fait que tout cela se fasse par mail retranscrit bien l'histoire dans notre époque actuelle.

    Bref, un bon roman feel good !

  • "Une fille, qui danse" de Julian Barnes

    une fille qui danse.JPG

    Tony, le narrateur, évoque ses souvenirs d'étudiants et plus particulièrement sa relation étrange avec Veronica et ses liens d'amitié avec Adrian. Des années plus tard, Adrian lui envoie une lettre afin de l'informer que lui et Veronica sont désormais ensemble. Tony leur écrit en retour une lettre particulièrement éprouvante. Les années passent et Tony apprend qu'Adrian s'est suicidé. Pourquoi ?

    Je me souviens avoir été intrigué par l'histoire de ce livre et lorsque les éditions Folio me proposent de le recevoir en format poche, j'accepte aussitôt !

    Il m'arrive de ne pas apprécier un livre plus que ça et d'avoir l'impression de ne pas entrer dans l'histoire ou de ne pas me sentir proche des personnages, mais là je dois dire que je suis complètement passé à côté de ce livre !

    Tout d'abord j'ai eu énormément de mal avec la style de l'auteur. Le narrateur Tony ne cesse de revenir sur ses souvenirs pour ensuite revenir dans le présent, puis part dans des réflexions personnelles qui ne m'ont pas du tout interpellé. Je me suis senti à part, complètement inutile. C'est rare qu'un bouquin me fasse cet effet là et pourtant c'est arrivé avec celui ci !

    Je suis également passé à côté de la grande révélation que promet la quatrième de couverture car je dois vous avouer que je n'ai pas saisi la fin de l'histoire. Je relis plusieurs fois les dernières pages sans succès. J'en viens à demander à une copine bloggeuse de m'expliquer le chainon manquant à mon cerveau pour comprendre le grand truc que j'ai loupé. Elle m'explique et pourtant mon regard ne change pas sur l'ensemble global du livre, à savoir qu'il ne m'a pas intéressé.

    Malgré tout, j'ai quand même relevé quelques citations qui m'ont plu durant ma lecture. Comme quoi, je ne l'aurais pas lu pour rien ! ;)

    Enfin, je tiens à préciser que même si personnellement je n'ai pas apprécié cette lecture (et je le regrette car le point de départ me semblait très intéressant), deux amies bloggeuses ont elles aimé ce livre et sauront en parler mieux que moi, voici l'avis de C'era et de Stéphanie !

    Je remercie (tout de même) les éditions Folio !

    Petites citations pour la route : "Et ça fait une vie, non ? Quelques accomplissements et quelques déceptions."

    "Il me semble que cela peut-être une des différences entre la jeunesse et la vieillesse : quand on est jeune, on invente différents avenirs pour soi-même; quand on est vieux, on invente différents passés pour les autres."

    "Nous avançons tant bien que mal, nous laissons la vie s'imposer à nous et nous nous constituons peu à peu une réserve de souvenirs."