Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bois

  • "Promenez-vous dans les bois... pendant que vous êtes encore en vie" de Ruth Ware

    promenez,vous,dans,bois,pendant,êtes,vie,ruth,ware,fleuve noir

    Nora, auteur de roman policier, reçoit une invitation pour l'enterrement de vie de jeune fille de Clare, une amie quelle n'a pas revue depuis des années. Pourquoi est-elle invitée alors qu'elle n'a plus de nouvelles d'elle ? Étrange... Et pourtant, Nora décide d'y aller. L'EVJF se déroule en hiver dans une grande maison isolée dans les bois. Drôle d'endroit pour faire la fête ... EtNora n'est pas au bout de ses surprises...

    Je n'avais rien entendu de particulier sur ce livre, mais le titre et la couverture assez étrange m'a tout de suite attirée.

    Dès le départ, nous apprenons que Nora est à l'hôpital, recouverte de sang. Mais celle-ci ne se souvient plus de ce qui a bien pu se passer. Petit à petit, Nora essayent de retrouver la mémoire et les souvenirs reviennent. Elle nous raconte alors tout ce qui s'est passé depuis le jour où elle a reçu l'invitation pour l'EVJF de son ancienne amie Clare. Tout y passe : ses retrouvailles avec Nina, une ancienne amie en commun également invitée, et ses rencontres avec les amis de Clare : Flo, Tom et Mélanie. Et puis il y a les retrouvailles avec la future mariée, Clare, qui va lui annoncer une sacré nouvelle... Au fur et à mesure de l'histoire, les événements et les révélations s’enchaînent jusqu'à la mort d'une personne...

    Voici un thriller dont l'histoire m'a tout de suite tenu en haleine. Le décor donne froid dans le dos pour un tel événement et puis il y a pas mal de secrets à découvrir. L'auteur arrive parfaitement à nous mettre rapidement dans l'ambiance. Malgré tout, certains éléments sont assez prévisibles et quelques une de mes hypothèses se sont révélées exactes. Il ne s'agit pas d'un thriller époustouflant mais plutôt un roman agréable à lire avec sa petite dose de suspense adéquate.

    Bref, un thriller plaisant à découvrir !

  • "Chante avec T'choupi" & "Bébé T'choupi" de Thierry Courtin

    t'choupi,bébé,irons,bois,chante,petits,poissons,eau,premières,berceuses,nathan,livre sonore

    - Chante avec T'choupi : 1, 2, 3, nous irons au bois 
    T'choupi chante la célèbre comptine "1, 2, 3, nous irons au bois". Accompagné de son papa et de sa maman, T'choupi se balade dans les bois pour cueillir de belles cerises.
    A la fin, l'enfant doit trouver trois intrus qu'on ne rencontre pas dans la forêt parmi une sélection d'objets.

    - Chante avec T'choupi : les petits poissons dans l'eau
    Cette fois, c'est la comptine "Les petits poissons dans l'eau" qui est mis à l'honneur. A bord d'une barque avec son père ou en faisant de la plongée, T'choupi observe les poissons dans l'eau.
    A la fin, l'enfant doit trouver trois intrus qui ne vivent pas dans la mer, parmi une sélection d'objets.

    - Bébé T'choupi : mes premières berceuses
    Chaque page présente une berceuse différente. Au programme : Dodo l'enfant do, Colas mon p'tit frère, Au clair de la lune et Les Marionnettes. Les illustrations montrent Bébé T'choupi sur le point de s'endormir.

    Voici trois livres sonores qui plairont aux tout-petits. Mon filleul qui va vers ses quatre ans, les adore ! Grâce à ces livres, il connait les comptines et les berceuses par coeur !

    J'aime aussi les petits onglets qui permettent de retrouver la page que l'on souhaite.

    Bref, un bon moment musical et de chant avec T'choupi et Bébé T'choupi !

    Je remercie les éditions Nathan !

  • "Bois sauvage" de Jesmyn Ward

     

    bois,sauvage,jesmyn,ward

     

    Esch, la jeune narratrice du livre et le reste de sa famille se prépare doucement à l'arrivée de l'ouragan dévastateur prénommé Katrina. Esch est entourée de beaucoup d'hommes : son père Claude, bien porté sur l'alcool, qui dirige les préparatifs pour leur survie durant la tempête; Randall le frère aîné, joueur de basket blessé; Skeeter, le frère qui ne vit que pour sa chienne China et enfin Junior qui n'a jamais connu leur mère, morte à sa naissance.
    Esch évolue parmi cette famille d'hommes et a parfois du mal à trouver sa place...surtout que pour elle, il va y avoir du changement dans sa vie de femme...

    La narratrice alterne le présent et les souvenirs. On sent que la perte de leur mère et épouse a fracturé cette famille du fin fond de l'Amérique. Esch évolue parmi eux et se réfère souvent à la mythologie dont elle semble passionnée.
    Alors que les premiers chapitres mettent en place les différents personnages et leur vie quotidienne, les deux derniers chapitres se déroulent à vivent allure. En effet, Katrina est là et permet aux membres de cette famille de se rapprocher. L'entraide et les liens familiaux ressortent alors. Comme on le dit souvent, il y a toujours du positif dans le malheur !

    Le fil rouge du livre est bien sûr l'arrivée imminente de l'ouragan Katrina. Les ouragans étant monnaie courante dans ces régions d'Amérique, les personnages au début de l'oeuvre ne s'affolent pas, sauf le père bien sûr ! Cette trame est mise en avant de plus en plus au fur et à mesure de la lecture. Du coup le lecteur peut s'intéresser davantage aux personnages, celui d'Esch surtout puisque l'on connaît toutes ses pensées et ses actes. J'ai trouvé que l'auteure mettait également beaucoup en avant Skeeter et sa chienne China, qui devient un membre à part entière de cette famille.

    Bref, l'histoire d'une famille détruite et éparse qui grâce à une forte intempérie se rapproche et s'entraide. Je suis d'ailleurs rentrée réellement dans l'histoire vers la fin de l'oeuvre lorsque Katrina entre en action.

    J'ai eu la chance de lire ce livre grâce à Libfly et l'opération "On vous lit tout" qui permet à quelques contributeurs du site de lire en exclu quelques titres de la rentrée littéraire. Je remercie donc Libfly , le Furet du Nord et les éditions Belfond pour l'envoi de ce livre !

    Petites citations pour la route : "On était comme des branches mouillées, entassées, rien que des débris humains au milieu de tout le reste."

    "- Donner la vie... [...] c'est savoir pour quoi on veut se battre. C'est savoir aimer."

    "Une mère assassine qui nous prit tout sauf la vie, qui nous laissa nus et groggy comme des nouveaux-nés, ridés comme des chiots aveugles, ruisselants comme des serpents dans leur oeuf brisé."

     

    bois,sauvage,jesmyn,ward