Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

albin michel - Page 3

  • "Le bonheur national brut" de François Roux

     

    bonheur,national,brut,françois,roux,albin michel

     

    A l'aube de l'élection de Mitterrand, nous faisons la connaissance de quatre amis : Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy. Ils ont 18 ans et l'avenir s'ouvre à eux. Paul se tournera vers le métier d'acteur et assumera petit à petit son homosexualité, Rodolphe plein d'entrain se lancera dans la politique, Benoît abandonne rapidement ses études pour devenir photographe et enfin Tanguy rêve de fille et entame une carrière dans le commerce.

    De l'élection de Mitterand en 1981 à l'élection de François Hollande en 2012, ce livre retrace la vie de quatres amis que l'on verra évoluer en même temps que la société française. Ont-il réussi dans la vie ? Sont-ils toujours en contact ? Et au final, la question la plus important : sont-ils heureux et épanouis ?

    Ce livre me faisait de l'oeil depuis sa sortie en septembre 2014 pour la rentrée littéraire. Encore une fois, je suis attiré par un sacré pavé puisqu'il fait presque 700 pages.

    J'ai beaucoup aimé les différents portraits que nous dresse l'auteur. Le narrateur est Paul, un jeune homme tourmenté par son homosexualité et son milieu. Il vient d'une famille bourgeoise et subit d'énormes pressions de la part de son père. Celui ci voudrait qu'il devienne médecin. Mais Paul décide plutôt de devenir acteur et de faire enfin son coming-out.

    A côté de Paul, nous retrouvons trois de ses amis, qui vont chacun se tourner vers des carrières et des styles de vies totalement différents. Pour Rodolphe, ça sera la politique; Tanguy c'est le commerce et pour Benoît la culture notamment grâce à la photographie.

    Le fait d'avoir mis l'accent sur quatre personnalités bien différentes les une des autres permet à l'auteur de nous établir une critique générale de la société des années 80 à nos jours. En effet, petit à petit, nous assistons à plusieurs phénomènes de société : l'arrivée de la gauche au pouvoir, le malaise au travail, la génération trader, ...

    Je me suis beaucoup attachée aux personnages, mais je dois dire que je n'ai pas eu de préférence ni pour l'un, ni pour l'autre. C'est ce qui fait que les personnages sont bien décrit et ancré dans le réel. Ils ont chacun des défauts mais aussi des qualités.

    Le livre se découpe en deux parties qui correspondent (si je ne me trompe pas) au changement de gouvernement (gauche puis revirement à droite). Chaque chapitre correspond à une date bien précise. Cela permet de nous situer dans le temps, notamment de se repérer dans les grandes dates de notre société.

    Bref, une belle retrospective de la société française des années 80 à nos jours, au travers d'une bande de potes !

    Petites citations pour la route : "Jamais on n'avait été aussi heureux. Jamais on n'avait autant espéré."

    "Nous avions tellement voulu grandir et nous frotter à la vie que nous en avions oublié de préserver la part la plus belle de nous-mêmes : notre innocence."

    "C'est certain, le bonheur n'est pas du tout une affaire sérieuse. C'est même, j'en suis convaincu, la seule chose au monde que l'on devrait prendre à la légère."

  • "Muchachas Tome 3" de Katherine Pancol

     

    muchachas 3.jpg

     

    Attention Spoiler !!!

     

    Après avoir été un peu déçue par le tome 2 car l'histoire se concentrait énormément sur Gary/Hortense/Calypso, j'ai été agréablement surprise par ce tome 3 ! En effet, dans ce dernier tome, l'auteure s'attache à parler de chaques personnages que l'on avait aperçus dans le premier tome. On y retrouve donc l'histoire de Joséphine mélangée à celle de Stella, de Léonie, de Ray, d'Adrian... mais également de Gary, Hortense, Calypso...

    J'aime la façon dont Katherine Pancol nous parle du quotidien de ses personnages. Parfois juste quelques lignes ou à des moments plusieurs pages, sont consacrés à un personnage bien précis, même si évidemment les personnages secondaires sont tout aussi importants.
    J'adore également la manière dont l'auteure transite d'un personnage à un autre. On y retrouve un lien même si les personnages en question ne sont pas dans la même ville ou même s'ils ne se connaissent pas. ça donne du style à l'ouvrage et montre bien que chaque chose est pensée et démontre enfin la qualité du bouquin.

    Encore une fois j'ai passé de très bons moments à côté de cette multitude de personnages que j'ai appris à connaitre au fur et à mesure des pages (et des tomes !). J'ai eu l'impression de dévorer ce troisième tome, même si je ne l'ai lu qu'en trois jours (ce qui est à peu près mon habitude de lecture).

    Le titre répétitif s'explique dans les trois tomes et change par rapport à "la trilogie des animaux" !

    Concernant ce final tant attendu, je dois dire que l'auteure nous invite à patienter encore une fois, puisque certaines histoires restent en suspend, notamment celle d'Hortense et d'Elena, ou encore celle de Gary/Hortense/Calypso. Par contre, le final de l'histoire de Stella me semble correct et celui de Joséphine également. Alors on peut se poser plusieurs questions : l'histoire va-t-elle continuer ? Doit-on attendre une suite ? Une nouvelle trilogie ? Il va falloir patienter pour connaitre les réponses à ces questions...

    Petites citations pour la route : "L'amitié, comme l'amour, c'est faire attention à l'autre."

    "Le bonheur, c'est une affaire intérieure. Entre soi et soi."

    "C'est comme ça que les choses arrivent parfois, parce qu'on y croit sans renoncer, sans lâcher pied et que ça allume des feux d'espoir dans la tête."

    "La vie fait des miracles. Faut pas croire que tout est noir même si nous le répète tout le temps, faut croire aux exceptions et surtout, surtout, il faut croire qu'on est soi-même une exception."

    "Il n'y a rien de plus beau que ce qui peut se passer entre un homme et une femme. Cet amour-là est unique, parfait, même s'il ne dure que trois minutes, tu m'entends ? Trois minutes de bonheur parfait suffisent à remplir une vie. Avec toi, j'en ai en pagaille, des rations de trois minutes, alors je vais être un homme heureux."

    "Le malheur, on peut l'accepter. A condition qu'il s'arrête un jour. Qu'importe la date ! Pourvu qu'il y en ait une. Alors on peut être patient et endurer. Mais si on ne vous donne pas de date, si on rajoute du malheur tout le temps, ce n'est pas supportable. ça rend fou."

    "C'est aussi ça le bonheur. Quand tout est à sa place et qu'on a un siège réservé. Et la vie est partout. Elle jaillit de la musique, d'une image, d'une odeur, d'une scène de la vie quotidienne."

  • "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaitre

    au, revoir, là-haut, pierre, lemaitre, albin michel, guerre, gueule, cassée

    A quelques jours de la fin de la première guerre mondiale, Albert Maillard, simple soldat dans les tranchées, s'aperçoit que le lieutenant Pradelle, son supérieur, a tué deux soldats de sa compagnie en faisant croire à tout le monde que l'ennemi les avait tués. Pradelle décide donc de se débarrasser d'Albert. Ce dernier finit enterré vivant dans un trou. C'est alors qu'intervient Edouard, un autre soldat qui parvient à libérer Albert. Malheureusement, un obus fera d'Edouard ce qu'on appellera plus tard : une gueule cassée.

    Nous suivons ici la vie de ces trois personnages : Pradelle, Albert et Edouard. Au lendemain de la guerre, la vie est difficile pour tous. Il faut savoir sortir son épine du jeu et le lieutenant Pradelle, devenu capitaine en novembre 1918, l'a compris depuis fort longtemps. Pradelle est le personnage que l'on va détester du début à la fin. C'est le côté obscure de la guerre, ambitieux à un point qu'il fera tout pour parvenir à ses fins.
    Quant à Albert, on se prend d'affection pour lui dès la première ligne. Un peu simple d'esprit mais tout de même assez débrouillard, il affronte la vie au côté d'Edouard son sauveur, qui a bien morflé. En effet, celui ci a perdu sa machoire, il ne lui reste qu'un grand trou. Impossible de parler et de manger, Edouard tombe peu à peu dans la drogue, notamment à cause de la morphine.

    Bref, vous l'aurez compris, ce n'est pas facile pour Albert et Edouard de se relever après toutes les épreuves qu'ils ont vécues. Mais grâce à leur amitié parfois bancale, ils finiront par avoir des projets (et quels projets !).

    Je n'ai pas vu passé les quelques 567 pages, tellement l'histoire nous hâpe dès le début. Je retrouve avec plaisir la plume de Pierre Lemaitre, un de mes auteurs favoris en polar. Bien qu'ici, il est délaissé son genre de prédilection, l'auteur du dernier Goncourt s'en sort admirablement bien et mérite amplement les divers récompenses qu'il a reçu.

    Même si le thème de la guerre 14-18 n'est pas forcément quelque chose qui me passionne, j'ai apprécié cette histoire et surtout la façon dont nous est conté la vie d'Albert et Edouard (j'en oublie volontairement ce Pradelle). En effet, le lecteur a l'impression que le narrateur s'adresse directement à lui par quelques petites phrases par ci par là. Ce style m'a plu et a facilité ma lecture face à un thème des moins réjouissants (mais néanmoins très intéressant) de la littérature.

    En résumé, n'hésitez pas à plonger dans ce petit pavé !

    Petites citations pour la route : "Aujourd'hui, évidemment, il jugeait les choses assez différemment. Il savait que la guerre n'était rien d'autre qu'une immense loterie à balles réelles dans laquelle survivre quatre ans tenait fondamentalement du miracle."

    "Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après."

    "Perdre, c'est être humain."

  • "Muchachas Tome 2" de Katherine Pancol

     

    muchachas t2.JPG

     

    Attention risque de spoiler sur le tome 1 !

     

    Gary s'entraine à fond pour un passage sur scène avec Calypso qu'il avait repéré dans un bar. De son côté Hortense cherche l'idée nouvelle qui lui permettra de lancer enfin sa ligne de vêtement. Elle va être aidé par Elena, la vieille dame qui veille sur Gary et Hortense. On y découvre qu'elle cache quelque chose et je pense que nous en saurions plus dans le tome 3.
    A côté de ça, nous avons quelques nouvelles de Philippe, Joséphine, Zoé, Shirley...

    J'attendais beaucoup de ce deuxième tome étant donné que nous avions quitté le tome 1 avec un rebondissement de taille... et puis en commençant ce tome ci, je me rends compte que l'auteure s'est énormément attardé sur le couple Gary - Hortense. J'étais un peu déçue de ne pas avoir de nouvelles de Stella et des autres nouveaux personnages qui ont fait leur apparition dans le premier tome.

    En effet, l'auteure nous livre la vie très prenante de Gary et d'Hortense. Une vie qui semble un peu tourmentée ces temps ci que ce soit par le travail ou peut-être par de nouveaux sentiments qui arrivent peu à peu. Ce n'est pas que je n'aime pas ces personnages mais j'aurais aimé que l'on s'attarde également sur les autres personnages. D'ailleurs, une belle part est donné à Calypso Munez, la jeune fille qui s'entraine avec Gary. On y découvre son histoire et il semble également y avoir des secrets non dévoilés...

    Bien évidemment, on retrouve la très belle écriture de Katherine Pancol, qui nous livre de magnifiques citations et qui sait très bien mettre en avant les petites choses de la vie. C'est vraiment une des auteurs contemporaines dont j'apprécie le plus la plume. C'est simple mais ça parle à tous le monde !

    Bref, une légère déception sur ce tome, mais j'ai tout de même hâte de lire le tome 3 !

    Petites citations pour la route : "L'homme ne pouvait compter sur rien ni personne dans la vie. L'homme était seul. Toujours."

    "Je cache mon malheur sous des couches de bonheur."

    "Sa vie était remplie de malheurs qui n'arrivaient jamais. Mais elle vivait dans la peur qu'ils se produisent. C'est ça le pire, Hortense, vivre une vie immobile où il ne se passe rien tellement tu as peur."

    "L'amour n'est pas que contemplation, il est aussi dévoration. l'amour est cannibale."

    "Le bonheur, il ne faut pas lui courir après, il faut le fabriquer soi-même. Voilà le secret."

  • "Les morsures du passé" de Lisa Gardner

    les morsures du passé.JPG

    En deux jours, le commandant D.D Warren se voit d'enquêter sur les meurtres de deux familles assassinées selon le même mode opératoire. A priori, rien ne les relie : dans le premier cas, la père semble avoir tué sa famille à cause d'ennui financier et dans le second cas, il semble être question de trafic de drogue. Mais D.D Warren ne semble pas d'accord.
    D'un autre côté, nous avons Danielle, infirmière dans un centre pédopsychiatrique, qui a vu son père tué sa mère, son frère et sa soeur avant de se suicider lorsqu'elle avait neuf ans. Vingt cinq ans après, la date anniversaire approche...

    Mes lecteurs m'avaient chaudement recommandé les bouquins de Lisa Gardner et je dois dire que j'avais très envie de découvrir cette auteure.

    Même si l'enquêtrice D.D Warren est un personnage récurrent chez Lisa Gardner, je n'ai pas eu trop de mal à apprendre à la connaitre. Il me semble qu'elle a du subir pas mal de choses dans le passé, car nous découvrons un personnage assez froid et qui possède un sacré caractère.

    J'ai trouvé le début un peu long et je dois dire que je ne voyais pas l'engouement suscité chez pas mal de lecteurs. Et puis, petit à petit ça se met en place et les évènements s'enchainent beaucoup plus rapidement. On commence à établir plusieurs hypothèses et je dois avouer que j'ai tout compris vers la fin. La deuxième moitié du bouquin m'a beaucoup plus intéressée et à partir de ce moment là, j'étais plus concentrée dans ma lecture.

    J'ai eu un peu peur au début d'avoir encore un roman policier qui se finit avec une note surnaturelle et qui ne s'explique pas par la raison. Cette impression provient du centre pédopsychiatrique où nous avons affaire à des enfants traumatisés et qui s'exprime énormément par la violence que ce soit envers soi-même ou vers autrui. Les enfants semblent répondre à des voix ou des fantômes et les adultes essayent par tous les moyens de rentrer en communication avec ces enfants. C'est violent, parfois choquant mais c'est malheureusement un triste constat. J'ai apprécié la note de l'auteur à la fin du livre qui explique ses recherches et la part de fiction qu'elle a rajouté ici.

    L'auteure nous livre trois narratrices différentes : D.D warren, Danielle mais aussi Victoria, une maman d'un enfant psychotique. A chaque début de chapitre, nous avons la narratrice dont il est question, ce qui nous permet de nous repérer facilement.

    En bref, j'ai trouvé très intéressant d'aborder le thème des enfants psychotiques et des centres pédopsychiatrique, mais je n'ai pas trouvé l'enquête ultra passionante. Malgré tout, je pense retenter l'expérience d'un autre livre de Lisa Gardner pour me faire une idée plus générale sur cette auteure.