Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vie - Page 5

  • "Ma vie toute pourrie" de Jenny Smith

    ma vie toute pourrie.JPG

    Sam Wallis, 13 ans, n'a pas une vie facile en ce moment : sa meilleure amie Gemma vient de partir vivre dans un coin perdu, elle a donc peur de se retrouver seule au collège. Mais Cat, sa meilleure amie lorsqu'elle était petite réapparait. Elle est cool et populaire. Elle connait même David Matthieson, un nouveau qui ne laisse pas Sam indifférente...

    Après "Le journal de Katie Sutton", Jenny Smith nous revient avec la vie si particulière de Sam Wallis ! Toujours aussi drôle et bien mis en scène, l'auteure réussit encore une fois son pari ! Sous cet aspect très girly, ce livre traite de plusieurs thèmes : le mal-être chez les ados, la période où l'on se cherche, la popularité,  le harcèlement moral, les conflits entre parents, la jalousie ou encore les sentiments amoureux ! Un peu de tout mais qui correspond bien à cet âge ingrat ! ^^

    Jenny Smith a cette particularité de faire vivre son histoire grâce à des moyens simples mais qui font tout de suite mouche : l'utilisation des réseaux sociaux (avec le j'aime de Facebook, la retranscription de messages privées) ou encore la création de liste + et - ! Des petits trucs en plus et toujours d'actualité !

    Malgré ce livre marqué très ado, je me suis laissé embarqué par les rebondissements de la vie de Sam et j'ai pris plaisir à découvrir sa petite vie ! L'humour est très présent et l'on passe donc forcément un bon moment ! De plus, il se lit très vite, en moins d'une journée assurée !

    La couverture est signée Diglee, une dessinatrice que j'aime beaucoup et que je suis assidument via Hellocoton !

    Bref, un bon livre pour les ados à partir de 11 ans !

    Je remercie les éditions Nathan pour ce chouette roman !

  • "Pour une vie plus douce" de Philippe Routier

    pour une vie plus douce.JPG

    Bertrand et Sandrine se séparent. Faute de s'élever hiérarchiquement dans son travail, Bertrand ne peut s'empêcher de prendre crédit sur crédit pour s'offrir la vie dont il rêve ! Sandrine, simple ouvrière ne peut plus suivre et partira, laissant son petit garçon vivre avec son père. Mais alors, les choses vont se gâté pour Bertrand et son fils : le manque d'argent, le vol, la misère... Jusqu'à commettre l'irréparable...

    Le narrateur de ce récit est le fils de Bertrand et Sandrine. Certe son histoire n'est pas facile, notamment dû aux erreurs de ses parents. En effet, même si le résumé en met beaucoup sur le dos du père, je dois dire que le rôle de la mère n'est pas enviable non plus. Elle a tout de même laisser tomber son fils et j'ai eu beaucoup de mal avec ça ! Quant au père, je ne vous dirais pas grand chose au risque de spoiler mais son geste est complètement condamnable.

    Ce qui m'a aussi touché, c'est l'évolution du personnage du narrateur. La vie ne lui a pas été facile dans son enfance, mais même à l'âge adulte, des épreuves très dures l'attendent encore. Dis comme ça, ce livre parait sombre et assez déprimant. Pourtant, on ne peut s'empêcher de juger les décisions et les actes des personnages et se mettre instinctivement à leur place : En aurais-je été capable ? Aurais-je pris la même décision ? etc ...

    C'est un livre assez court, à peine 150 pages, qui se lit très rapidement. La couverture du format poche est trompeuse, on pourrait croire qu'il s'agit encore d'un roman où l'action se passe dans un supermarché, et bien pas du tout ! Il faut tout de même aimer les livres à caractère social. Je dois dire que j'ai toujours été attiré par ce genre et je l'avais repéré depuis un moment.

    Le film "Une vie meilleure" avec Guillaume Canet et Leïla Behkti s'est inspiré de ce roman. Je ne l'ai pas vu mais je pense remédier à cela un jour !

  • "Brioche" de Caroline Vié

    photo[1].JPG

    La narratrice est journaliste dans un magazine consacré au cinéma. Sa vie semble morne et triste malgré un époux et un fils, jusqu'au jour où lors d'une interview avec un acteur, elle tombe sous le charme de cette célébrité. Celui ci l'obsède à un point qu'elle ne peut que penser à lui et le surnomme "mon bébé"... On ne peut alors se demander : que va-t-elle faire ? Et jusqu'où va-t-elle aller ?

    Ce roman est à la fois un journal intime où la narratrice écrit ses actes et ses pensées; et une sorte de déclaration d'amour à une personnalité qui ne sera jamais cité autrement que par des surnoms affectueux ou des "..." énigmatiques ...
    Le style est particulier, parfois même dérangeant. J'ai longtemps cherché à savoir à qui était destiné ce texte, du coup le lecteur ne se sent pas forcément impliqué, seulement spectateur de ce que l'auteur lui laisse voir...
    L'auteure emploie beaucoup d'images, parfois un peu trop à mon goût. Mais je note le sens du détail de l'auteure.

    Par contre, j'ai beaucoup aimé les différentes anecdotes liées aux interviews de la narratrice avec plusieurs célébrités, telles que Harrison Ford, Brad Pitt, Robert Pattinson, Hugh Grant, ... Du beau monde quoi ! Cela reflète assez bien le métier de journaliste spécialisé dans le cinéma, ce qui s'avère être le cas de l'auteure Caroline Vié !

    L'ambiance étrange met mal à l'aise le lecteur dès le départ sans savoir forcément pourquoi et monte crescendo. Petit à petit, le lecteur voit où l'auteure  l'emmène. Je regrette pour ma part d'avoir regardé la bande annonce sur le site de l'éditeur, qui m'en a trop dit alors que j'avais à peine commencé le roman.

    Les petites touches d'humour de l'auteure par ci par là sont appréciables, surtout dans ce genre d'ambiance un peu à la manière d'un thriller.

    Bref, pas de coup de coeur mais une bonne découverte !


    Je remercie les éditions J.C Lattès et Livraddict pour cet envoi et pour ce premier partenariat !
    Je vous conseille aussi d'aller lire la chronique très réussie d'une autre bloggeuse : AnnaGlasgow !

    Petites citations pour la route : "Je venais de découvrir une réalité confondante : sortie de la bouche d'une star, la plus effroyable des banalités se métamorphose en sagesse à l'usage des lecteurs actuels et des générations futures."

    "Tu m'as fait comprendre que la vie est un grand jeu vidéo. On accumule des points de confiance en soi. Puis il suffit d'une colision brutale pour tout perdre, pour devoir repartir de zéro."

    "C'est sans doute à force d'avoir une existence de carte postale que j'ai fini timbrée."

  • "L'homme qui voulait vivre sa vie" de Douglas Kennedy

    homme qui voulait vivre sa vie.JPG

    Ben Bradford a toujours rêvé de devenir photographe. Mais ce n'est pas la volonté de son père, qui le menace de lui couper les vivres s'il ne rentre pas en fac de droit. Ben capitule et rentre dans le moule en devenant avocat, en se mariant avec Beth, en vivant en banlieue et en ayant deux enfants : Adam et Josh.
    Au fil des années, Beth et Ben s'éloignent l'un de l'autre. Et c'est de pire en pire le jour où Ben découvre que sa femme le trompe avec Gary, le voisin qui ne cesse de crier sur tout les toits qu'il est un vrai photographe. Ben n'est plus lui même lorsqu'il tue l'amant de sa femme avec une bouteille de vin. Se rendant compte de son geste, Ben décide de faire disparaitre le corps et de recommencer sa vie à zéro à l'autre bout du pays... en se faisant passer pour Gary !

    Je n'avais jusque là jamais lu de Douglas Kennedy. Ce n'est pas l'envie qui me manquait, ni les divers titres de l'auteur ! Ce livre m'attirait (notamment car il a été mis en avant par son adaptation cinématographie avec Romain Duris), donc lorsque Laety me propose de le sortir de ma PAL pour une lecture commune, je n'ai pas pu refuser ^^

    Le début m'a paru assez long (une soixantaine de pages en GF) : il y a énormément de descriptions et je dois  dire que je préfère lorsque l'auteur alterne descriptions et dialogues. Cependant, ces passages sont nécessaires pour introduire les personnages, notamment celui de Ben et son univers bien particulier.
    A partir de là, l'histoire prend forme et les éléments s'enchainent assez rapidement. Le livre est d'ailleurs écrit en 3 parties : la première correspond à la découverte de la liaison entre Beth et Gary et au meutre de ce dernier ; la seconde explique comment Ben a fait pour se débarasser du corps et la mise en place de sa nouvelle identité ; et enfin la troisième partie raconte la nouvelle vie de Ben/Gary dans le Montana.

    J'ai trouvé l'histoire plaisante et assez bien trouvée. D'habitude lorsque je rencontre le même genre de personnage que Ben dans d'autres livres, j'ai tendance à les prendre en grippe dès le début. Or ici, ce n'est pas le cas, j'ai réussi à éprouver de l'empathie pour cet homme, qui n'a finalement pas eu la vie qu'il voulait.
    L'auteur met bien en avant le thème de la célébrité et de la réussite sociale à travers l'histoire de Ben.

    Cependant (Bah oui, il faut bien un petit point négatif), en refermant le livre, je ne peux m'empêcher de constater qu'il y a un manque de réalisme, surtout lorsque l'on voit à quel point il est "facile" de changer d'identité. A la fin du livre, j'ai eu un peu de mal à y croire... (Mais bon c'est mon côté chiante qui ressort ^^)

    Bon sinon, le film m'intrigue aussi pas mal ! Déjà pour Romain Duris que j'aime beaucoup et aussi parce que l'histoire se passe en France, alors que dans le livre c'est du pur USA ! J'vous laisse la bande annonce à la fin de cet article ! :)


    Enfin, merci à ma copinaute Laety pour cette lecture commune très agréable ! N'hésitez pas à aller voir son avis ici !

    Petite citation pour la route : "Nous ne cessons de rêver d'une existence plus libre tout en nous enferrant de plus en plus dans les obligations, dans les pièges domestiques."


  • "Le club des tricoteuses : d'une vie à l'autre" de Kate Jacobs

    le club des tricoteuses.JPG

    Dakota reprend le magasin de tricot de sa mère, récemment décédée. Malgré un don pour la cuisine, Dakota se sent forcé de reprendre le flambeau, surtout qu'il existe un groupe spécial lié à ce magasin : le club des tricoteuses du vendredi soir. Effectivement, Dakota et 6 autres femmes âgés de 18 à 78 ans viennent se réfugier dans la boutique pour papoter et bien sûr tricoter !

    Bon alors je vous préviens tout de suite, j'ai lu ce livre au mois de mars, j'ai égaré mes notes et depuis j'ai beau faire des efforts de mémoire, il ne me reste que quelques détails ... Je me souviens avoir eu besoin d'une lecture détente et ce livre me semblait idéal... mais je me souviens aussi que j'ai passé du temps à le lire (plus d'une semaine c'est trop long pour moi...) et que l'histoire me semblait assez lente et longue !
    J'avais aimé l'idée de club où des femmes se rassemblent pour raconter les derniers potins, mais ici on suit plus leur histoire individuellement, je trouve cela dommage de ne pas s'etre plus focalisé sur ce club...

    Bon en point positif, j'aime beaucoup la couverture... c'est déjà pas mal ! ;)

    Au final, je pense que j'attendais trop de cette lecture et j'en suis ressortie un peu déçue...