Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

max

  • "Max et Lapin" d'Astrid Desbordes et Pauline Martin

    max,lapin,grands,coureurs,pot,tarte,colère,sorcière,gros-derrière,cabane,nuit,astrid,desbordes,pauline,martin,nathan

    - Les grands coureurs vont sur le pot 

    Le papa de Max lui propose d'aller enfin sur le pot mais Max ne s'y intéresse pas. Par contre Ginger lui propose de faire la course. Pas évident avec une couche. C'est décidé, Max enlève sa couche et enfile un slip. C'est sur, demain c'est Max qui gagnera la course et qui arrivera en premier jusqu'à son pot !

    - La tarte à la colère

    Max joue dans le sable en imaginant un très bon gâteau. Mais Ginger arrive et détruit son œuvre. Max et Ginger s'énervent. La maman de Max proposent alors de faire ensemble une tarte à la colère. Les deux amis vont-ils finir par se réconcilier ?

    - La sorcière Gros-derrière

    Max demande à sa maman de lui lire un tas d'histoire. Elle lui raconte alors celle de la sorcière Gros-Derrière qui aime manger les enfants. Vite, il faut se débarrasser de cette sorcière ! Max, Maman et bien évidemment Lapin forment un plan d'attaque. Vont-ils réussir ?

    - La cabane de nuit

    Il est tard et surtout il est l'heure d'aller dormir. Mais Max n'est pas motivé. Il décide alors avec Lapin de réaliser une cabane de nuit. Ils invitent même Papa et Maman dedans. Mais très vite le sommeil arrive lui aussi...

     

    Voici quatre aventures de Max et Lapin !

    Ces petits albums présentent de courtes histoires pour les tout-petits. Dans ces livres sont abordés divers thèmes. Ici on retrouve la propreté, la colère, l'imagination et le temps du coucher.

    Sur la page de gauche, on retrouve le texte (à peine cinq lignes) et sur la page de droite l'illustration. Les dessins sont simples et très colorés. Le format petit et carré est bien adapté aux petites mains.

    Bref, quatre histoires d'un chouette duo : Max et Lapin !

    Je remercie les éditions Nathan !

  • "Max et les poissons" de Sophie Adriansen

    max, poissons, sophie, adriansen, nathan

    Max a eu un poisson rouge car il a reçu un prix d'excellence à l'école. Il est hyper content, même si les autres se moquent de son étoile jaune. En effet, Max la porte car il est juif. Nous sommes en 1942 et la rafle du Vel d'Hiv approche à grand pas. Et c'est justement le jour de son anniversaire que Max et sa famille se retrouve dans le vélodrome. Ils sont ensuite emmené dans un camp, mais sans s'en rendre compte, Max parvient à s'échapper et sera emmené dans une grande maison où un couple s'occupe d'enfants juifs.

    Ce petit roman est très émouvant. Forcément puisqu'il parle d'un moment fort de la seconde guerre mondiale, à savoir la rafle du Vel d'hiv mais aussi l'existence des camps. Le fait d'en parler à travers les yeux d'un petit garçons qui ne comprend pas bien ce qui lui arrive, renforce l'émotion de cette histoire.

    J'ai aimé la naïveté et la candeur de Max. Au fond, ce qu'il voulait c'était juste avoir un second poisson, mais petit à petit, il comprend que ce qui se passe dehors est bien plus grave qu'il ne le pensait. La guerre est en toile de fond, tout est suggéré, pas forcément dit.

    A la fin, nous retrouvons une chronologie et un chapitre "Pour mieux comprendre" qui permet d'expliquer aux enfants en quelques mots les évènements qui sont traités dans le livre.

    C'est un livre très court (89 pages) mais qui en dit beaucoup. Ici, nous ne sommes pas gavés d'informations sur la guerre, l'auteure prend le temps de faire parler son personnage sur ce qu'il ressent et sur ce qui l'entoure.

    Un petit mot sur la couverture que je trouve très belle et qui reprend très bien l'atmosphère du roman.

    Bref, un très beau roman émouvant qui se lit très rapidement !

    Je remercie les éditions Nathan !

  • "L'oiseleur" de Max Bentow

    l'oiseleur, max, bentow, denoël, sueurs froides, thriller, polar

    L'inspecteur Nils Trojan est tourmenté. Il est victime d'angoisse et doit donc régulièrement consulté une psy. De plus, à son boulot, un nouveau sérial killer commence à faire parler de lui. Il tue uniquement des jeunes femmes blondes et leur laisse en présent un oiseau mort et déplumé. Trojan s'occupe de cette affaire mais il ne cesse de s'inquièter pour sa psy, jolie et blonde...

    Ayant adoré l'un des derniers thrillers des éditions Denoël (A mains nues, pour rappel), je me suis jetée sur "L'oiseleur" de la collection Sueurs Froides.

    "L'oiseleur" est un thriller qui se lit extrêmement bien et rapidement. On le commence et on ne peut s'empêcher de tourner les pages pour arriver au dénouement final, pour savoir qui se cache derrière cet drôle d'oiseau qui commet tous ces crimes horribles.

    Le narrateur est omniscient. Comme le lecteur, il connait tout sur les personnages et décrit les scènes. Dès le départ, le lecteur rencontre l'inspecteur Nils Trojan et on sent de suite que c'est une personne mal dans sa peau, instable et un peu dépressif. Il fait sans cesse de terribles cauchemars qui le pousse à consulter régulièrement une psychologue. Cette dernière lui fait particulièrement de l'effet même s'il n'ose pas trop prendre les devants.

    L'esprit tourmenté de Nils se comprend également avec l'apparition d'un meurtrier qui sème de plus en plus de victime sur son passage. Le lecteur ne sait pas qui est ce tueur particulier, puisqu'il est censé ressembler à un oiseau. C'est également ce qu'il laisse aux victimes comme une sorte de signature.

    Même si le personnage de Nils Trojan est assez abouti et bien construit, je regrette un peu que la personnalité du tueur ne soit pas mise un peu plus en avant. Son identité est révélé vers la toute fin et du coup, ne semble pas creusé en profondeur.

    Comme je l'ai dit plus haut, ce roman se lit à vitesse grand V. Le style de l'auteur est fluide et l'histoire se déroule sur assez peu de temps. Les actions s'enchainent tout comme la lecture.
    L'action se déroule en Allemagne et je dois dire qu'il m'est rarement arrivé de lui un polar allemand. Ce fut une première !

    Ce qui est chouette c'est de savoir que l'auteur a décidé de garder le personnage de Nils Trojan afin d'en faire une série. A surveiller donc les prochains tomes ! ;)

    Je remercie les éditions Denoël !