Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

denoël

  • "Le salon de beauté" de Melba Escobar

    salon,beauté,melba,escobar,denoël,sueurs,froides

    Karen est une jeune femme travaillant dans un salon de beauté de luxe de Bogotá. Sa vie bascule le jour où une de ses clientes, Sabrina, est retrouvée morte. La dernière personne à l'avoir vue vivante est Karen. Est-elle en danger ? Claire Dalvard, femme assez aisée qui fréquente le même salon de beauté, va tombée sous le charme de Karen et l'aider à découvrir ce qui est arrivée à Sabrina.

    Ce roman m'a interpellé, que ce soit par le résumé, mais aussi par sa jolie couverture. Et pourtant, le charme n'a pas opéré sur moi...

    Je n'ai pas réussi à accrocher aux personnages principaux, notamment celui de Karen. Cette jeune femme parait fragile et bienveillante, mais peu à peu, sa personnalité commence à changer et elle prend parfois de mauvaises décisions. J'ai eu du mal avec ce changement de personnalité qui vient assez brusquement dans le récit.

    J'ai également eu du mal à me repérer dans l'espace temps et aussi à savoir qui est qui. J'ai eu l'impression de survoler le livre sans réellement m'y attarder. Pourtant l'histoire avait tout pour m'y intéresser : les inégalités sociales, la Colombie (un pays que je connais pas bien), un polar de type féminin ...

    Apparemment, ce roman est une réponse féministe à la série Narcos diffusé sur Netflix (série que je n'ai pas eu l'occasion de voir donc je ne pourrais pas vous en parler) et sachez que les droits audiovisuels de ce livre ont été cédés à Netflix. Il me tarde donc de découvrir cette série et de pouvoir la comparer au livre.

    Bref, une petite déception pour ce polar colombien... Dommage !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Titre : Le salon de beauté (La Casa de la Bellaza)
    Auteur : Melba Escobar
    Traductrice : Margot Nguyen Béraud
    Editeur : Denoël
    Collection : Sueurs froides
    Parution : 3 Mai 2018

  • "Bon à tuer" de Paola Barbato

    bon,tuer,paola,barbato,denoël

    Dans le monde du polar italien, deux auteurs s'affrontent. Le premier Corrado De Angelis, est neurochirurgien et est catégorisé d'intello. Le second, Roberto Palmieri, est plutôt un auteur à succès populaire, aimant faire le buzz à la moindre occasion. Ces deux hommes s’apprêtent à participer à la fameuse émission télé Le Duel. Mais à la suite d'une dispute en direct, Corrado De Angelis part et disparaît. Immédiatement les soupçons pèsent sur son rival Palmieri !

    J'avais eu un gros coup de cœur pour son premier roman traduit en français : "A mains nues". J'avais également lu "Le fil rouge" même si j'avoue ne plus me souvenir de l'histoire aujourd'hui... J'ai donc sauté sur l'occasion pour découvrir son dernier roman en espérant retrouver mon coup de cœur. Malheureusement ce ne fut pas le cas ici ...

    Je dois dire que placer l'histoire au cœur d'une rivalité entre deux auteurs de polar m'a tout de suite attiré et j'avais hâte de faire plus ample connaissance avec ces deux personnages. Mais j'ai eu beaucoup de mal à m'y attacher car l'auteur place un grand nombre de personnages différents si bien qu'on s'y perd un peu.

    J'ajoute à cela le fait qu'il existe plusieurs narrateurs et que l'on passe de l'un à l'autre sans réellement de distinction. Du coup, cela m'a énormément gêné dans ma lecture. D'habitude, le changement de narrateur se fait via un changement de chapitre ou par un signe distinctif (exemple : un astérisque) pour passer d'un paragraphe à un autre. Ce n'est pas le cas ici, les chapitres correspondent eux à une journée entière.

    L'histoire en elle même est bien trouvée et originale, mais il me manquait un je ne sais quoi qui aurait pu me donner envie de revenir plus souvent à ma lecture. Résultat, j'ai mis deux semaines à le lire, ce qui est très rare pour moi.

    Bref, une lecture un peu longue malgré une histoire originale. Petite déception pour ma part !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Petite citation pour la route : "Tenter de faire de l'audimat avec de la littérature, c'est comme jouer au golf avec la canne en laiton de son grand-père."

    Titre : Bon à tuer (Titre original : Scripta Manent)
    Auteur : Paola Barbota
    Traductrice : Anaïs Boueille-Bokobza
    Editeur : Denoël
    Parution : 5 Avril 2018

  • "EVJF" de Liz Blackrock

    EVJF, liz, blackrock, denoël, hildegarde

    Amandine va bientôt se marier avec Thomas. Elle est en panique concernant les préparatifs du mariage et le fait d'intégrer sa belle famille plutôt huppée. Mais pour l'heure, c'est le weekend de son enterrement de vie de jeune fille, organisé par sa témoin Justine, accompagnée de ses demoiselles d'honneur : Charlotte, Vanessa, Eva et Constance. Malgré un début prometteur, les choses ne vont pas se dérouler comme prévues...

    J'ai tout de suite été attirée par le titre, la couverture et le résumé où l'on annonce un enterrement de vie de jeune fille qui va tourner au désastre !

    Tout avait pourtant bien commencé pour Amandine. Sa témoin et ses demoiselles d'honneur lui ont fait une surprise en la kidnappant pour le weekend entier ! Résultat : elles partent dans la maison de campagne d'Eva, près de Marseille. Au programme : restaurant étoilé, dégustation de vin, soirée salsa, spa, ... et j'en passe ! Le hic c'est que les cinq nanas ne se connaissent pas vraiment et ont des personnalités bien tranchés (enfin presque toutes !).

    On pressent assez vite qu'il y a pas mal de non-dit et de secrets qui entourent cette bande d'amies. Les révélations vont se faire au fur et à mesure du weekend et le lecteur appréciera ces petits rebondissements.

    J'ai beaucoup aimé cette histoire que j'ai dévoré en à peine deux jours. Le style est très accessible, léger, un vrai chick-lit ! Cela m'a beaucoup rappelé certains moments des EVJF auxquels j'ai déjà participé : rancœurs, les jalousies, les détails gênants révélés, mais aussi les parties de rigolade, les bons moments et le simple fait d'être ensemble !

    Bref, un chouette roman qui rappellera des souvenirs aux nanas passées par là ! ;)

    Je remercie les éditions Denoël !

    Titre : EVJF
    Auteur : Liz Blackrock
    Editeur : Denoël 
    Parution : 1er mars 2018

  • "La guerre des mères" de Kaui Hart Hemmings

    guerre,mères,kaui,hart,hemmings,denoël

    Mele Bart est une jeune maman, célibataire de 28 ans. Elle a eu Ellie avec Bobby, son ex, qui va bientôt se marier. Mele est invitée au mariage mais ne sait pas encore si elle va y aller. Pour se changer les idées, elle s'inscrit à un concours de recettes de cuisine organisé par le Club des Mamans de San Francisco. Elle trouve l'inspiration auprès de son groupe d'amis/mamans au détour de leur anecdote sur leur vie de parents.

    En voyant la couverture et le résumé de ce livre, je m'attendais à un livre humoristique sur la parentalité. En réalité, c'est plus un roman contemporain sur une maman qui a eu du mal à trouver sa place auprès d'une communauté assez sectaire. Malgré tout, elle a fini par trouver un groupe de mamans (et un papa) où elle se sent bien malgré leurs différences.

    La vie de Mele n'a pas toujours été facile, surtout quand Bobby, le père de sa fille, lui annonce qu'il a, en réalité, une double vie et qu'il va se marier !!! L'invitation au mariage est une torture pour elle. Heureusement, elle est bien entourée par son groupe d'amis et parents composé d'Annie, Georgia, Barrett et Henry. Ces derniers s'amusent à lui livrer des anecdotes de leurs vie de parents pour l'aider à constituer des recettes pour le concours. En effet, Mele aime réaliser de nouveaux plats en fonction de l'histoire qui lui est contée. Ainsi, on découvre des situations cocasses, assez drôles, parfois gênantes ou humiliantes, mais qui parleront sans aucun doute aux jeunes parents.

    J'ai mis pas mal de temps à lire ce livre. Pas parce je n'aimais pas, mais plutôt parce que j'étais pas mal occupée, du coup, je n'arrivais pas à me concentrer dessus, ce qui ne m'a pas aidé à apprécier ce roman à sa juste valeur. Dommage pour moi ! Et puis, il faut aussi signaler que je ne suis pas encore maman, ce qui n'arrange pas les choses !

    Bref, un roman sympa qui parlera aux parents !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Petites citations pour la route : "Parfois la vie est simple et fantastique, et tout s'additionne parfaitement. Et puis cette parenthèse se termine et nous laisse en manque."

    "L'amitié est censée vous rendre plus fort, et non vous diminuer."

     

    Titre : La guerre des mères (titre original : How to party with an infant)
    Auteur : Kaui Hart Hemmings
    Traductrice : Mélanie Trapateau
    Editeur : Denoël
    Parution : 8 Février 2018

  • "La nuit passera quand même" d'Emilie Houssa

    nuit, passera, quand, même, émilie, houssa, denoël

    Squatsh Bernstein est un enfant discret. Il aime s'enfermer aux toilettes pour réfléchir, la danse mais aussi la boxe, et par dessous tout, passer du temps avec sa petite sœur Marie. Dans les années 40/50, nous suivons ainsi l'enfance et l'adulte que deviendra Squatsh, de la Normandie à Paris.

    L'auteur s'est inspiré d'un personnage secondaire du film "Victor Victoria" de Blake Edwards. Il s'agit de Squash Bernstein dont l'auteur a décidé de rajouter un "t" dans le prénom. Ce personnage est garde du corps et révèle son homosexualité à son patron. Émilie Houssa s'est inspirée de cette scène et de ce personnage pour lui inventer une vie. Ainsi, elle imagine un petit garçon discret, parfois un peu à part. Elle imagine également une famille autour de lui : un père effacé, une mère qui a ses préférences, un grand frère idéal et une petite sœur aimante. Cette famille va connaître pas mal de bouleversements, que l'on observe avec les yeux de Squatsh. Ainsi le lecteur apprend à connaitre et à découvrir ce fameux Squatsh Bernsetin jusqu'à la fameuse scène de la révélation de son homosexualité à son patron.

    J'ai beaucoup aimé découvrir ce personnage et son histoire qui peut paraitre assez banal à première vue. L'auteur redonne vie et importance à un personnage secondaire, voir effacé, et lui permet de prendre la première place et de devenir enfin le personnage principal.
    J'ai apprécié le style d'écriture quasi poétique de l'auteur. Concernant le rythme du récit, je ne me suis pas ennuyé une minute durant ma lecture, même si je suis plutôt adepte des rebondissements et des romans dit "page-turner".

    Je comprends le coup de cœur des éditions Denoël pour ce roman, par son aspect poétique et émouvant. C'est également ce qui m'a poussé à accepter de lire ce roman.

    Bref, une belle plume et une belle découverte !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Titre : La nuit passera quand même
    Auteur : Emilie Houssa
    Editeur : Denoël
    Parution : 11 janvier 2018