Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gallimard - Page 2

  • "L'amour et les forêts" d'Eric Reinhardt

    amour, forêts, eric, reinhardt, gallimard

    Le narreteur est écrivain. Il rencontrera une de ses fans (chose qu'il fait rarement) Bénédicte Ombredanne. En deux rendez-vous et quelques correspondances, Bénédicte se livre sur sa vie, son quotidien et sa réalité. Elle est victime d'harcèlement par son mari. Il la surveille, l'humilie devant ses deux enfants. Petit à petit elle ne se sent plus libre. Et pourtant, elle va agir à sa façon : rencontrer l'écrivain dont les romans lui ont fait du bien, ou encore se prendre un amant pour une seule et unique fois.

    Voici un des romans de la rentrée littéraire qui m'avait interpellé et que je m'étais promis de lire. J'avais écouté et vu le passage d'Eric Reinhardt à l'émission La Grande Librairie sur France 5 et cela m'avait encore plus donné envie de le lire.

    Le thème du harcèlement conjugal est au cœur de ce roman, même si d'autres thèmes viennent s'y greffer : la passion de la lecture et de l'écriture (notamment par la rencontre entre le narrateur écrivain et Bénédicte) ou encore la liberté de ses choix ou plus globalement de sa vie.
    J'ai aimé la manière dont l'auteur nous parle du problème de Jean-François, le mari de Bénédicte. Le harcèlement du mari envers sa femme se fait progressivement. La tension (comme les révélations) montent crescendo, pour en arriver à une fin où tout être humain qui se respecte, finit par haïr ce Jean François.

    J'ai aimé le personnage de Bénédicte, sa façon de vouloir se prouver qu'elle est encore vivante en faisant des choses interdites par son mari : elle rencontre l'écrivain en cachette et se prendra un amant Christian avec pour but de ne se voir qu'une seule et unique fois.

    Concernant le style de l'auteur, j'ai trouvé certains passages assez longs. Des paragraphes entiers qui pourrait très bien se résumer en une ou deux phrases. A contrario, il y a des moments forts qui m'ont transportés. Malheureusement, ils sont plutôt rares comparés aux longueurs trop présentes à mon goût.
    J'ai aimé la deuxième partie du livre où l'auteur s'intéresse à ce qu'est devenu Bénédicte après une longue période sans nouvelles. Mais je n'en dirais pas plus pour garder un peu de suspense ! ;)

    Bref, une lecture intéressante malgré quelques longueurs...

  • "Coeurs brisés, têtes coupées" de Robyn Schneider

    photo.JPG

    Ezra était un garçon populaire et un sportif reconnu dans son lycée avant d'avoir un terrible accident de voiture. Depuis, il n'est plus tout à fait le même, notamment à cause de sa blessure à la jambe. Il délaisse ses copains tennismans et se rapproche de son ancien meilleur ami qu'il avait lâchement abandonné. Une nouvelle élève, Cassidy, vient également tout chambouler dans sa vie.
    Serait-ce le temps d'une nouvelle vie pour Ezra Faulkner ?

    Encore une fois les critiques des copinautes sur ce titre m'ont convaincu de lire ce livre et j'ai bien fait de les écouter !

    Ce livre pour ados exprime assez clairement l'univers impitoyable du lycée : les populaires d'un côté et les losers de l'autre. Alors quand un élève change de catégorie, forcément ça fait mal !
    Suite à un accident, Ezra voit sa vie changer en un été : il devra passer son année de terminale où il était préssenti comme le roi du bal de fin d'année et d'avoir accès à l'université grâce à ses exploits en tennis. Mais un terrible accident de voiture voit ses rêves se briser un à un : il perd sa petit amie pompom girl, il ne peut plus jouer au tennis, et il devient limite l'handicapé de service à cause de sa blessure à la jambe... Mais tout malheur a un bon côté, notamment lorsqu'Ezra renoue avec Toby son ancien meilleur ami ou encore lorsqu'une nouvelle fait son arrivée au lycée !

    On rentre facilement dans l'histoire et même mieux, je peux vous dire qu'on y croit, que l'histoire est assez réaliste pour que cela ait pu être une histoire vraie.

    L'auteure est douée pour les jeux de mots et a instillé par ci par là des petites touches d'humour pour notre plus grand plaisir. On y retrouve aussi des références culturelles de notre époque, qui colle assez facilement à l'actualité. Aucune difficulté donc pour les ados de s'y retrouver ! ;)

    En ce qui concerne la fin, je dois dire que j'ai vu quelques éléments venir, mais la fin n'en reste pas moins crédible et bien faite.
    Quant à cette histoire de têtes coupées dans le titre, je vous laisse le plaisir de la découvrir par vous même ! ;)

    Attendez-vous à passer un agréable moment avec ce livre, qui n'a tenu qu'à peine trois jours entre mes mains ! :)

    Petites citations pour la route : "Pour moi, garder le silence était une façon de me protéger. les mots peuvent vous trahir si vous avez le malheur de ne pas choisir les bons, ou ne plus rien exprimer si vous en utilisez trop."

    "Dans une sorte de grand geste symbolique, j'ai sorti les livres de sous mon lit et les ai rangés sur mes étagères. Je n'avais pas l'intention de tous les lire, loin de là, mais j'aimais pouvoir les contempler en imaginant que je le ferais. J'aimais pouvoir me dire qu'une infime partie de ma chambre représentait enfin quelque chose de ma personnalité, et que j'étais un type qui n'avait pas peur de montrer ses bouquins dans sa bibliothèque."

  • "Indigo" de Catherine Cusset

    Indigo.JPG

    Quatre français sont invités pour un festival culturel en Inde. Parmi eux, Charlotte, une cinéaste un peu naïve qui se demande ce qu'elle fout là et qui ne cesse de replonger dans ses souvenirs et de penser à une amie qui a vécu ici ; Roland, écrivain d'une soixantaine d'années, venu avec sa compagne qui lui fera bien des révélations et enfin Géraldine l'organisatrice française du festival, à qui le passé vient lui rendre visite !


    C'est en lisant les premières pages de ce roman dans le magazine Lire que j'ai eu envie de me plonger dans ce roman. Je dois dire que je m'attendais à plus d'actions au niveau de la vie des personnages. Ils ne sont en fin de compte connectés entre eux que par leur présence au même festival. Certes Charlotte et Roland se sont déjà croisés lors de tels évènements mais ne sont pourtant que de simples connaissances. Dans l'ensemble, nous assistons plutôt à chaque histoire individuellement.

    J'ai bien aimé le fait que chaque chapitre ait un narrateur propre et que du coup l'auteure s'attarde sur trois personnages différents les uns des autres. Nous n'aurons donc pas les points de vues des personnages secondaires mais qui sont pourtant bien présents.

    Le rythme est assez lent et comme je l'ai précisé plus haut, je m'attendais à plus d'actions. Amateur de rebondissements en tout genre, passez votre chemin. Par contre, si vous aimez les descriptions et que vous avez besoin de ressentir l'instant et d'imaginer le décor, alors vous apprécierez ce roman, qui vous entrainera dans une Inde profonde loin des clichés et des stéréotypes !

    Malgré tout même si ce fut une lecture agréable sur le moment, je ne suis pas certaine de m'en rappeler d'ici quelques mois. Je m'attendais vraiment à autre chose et j'en attendais peut-être un peu trop ...

  • "Le bleu des abeilles" de Laura Alcoba

     

    le bleu des abeilles.JPG

     

    C'est l'histoire d'une petite fille de 11 ans qui quitte l'Argentine, son pays natal pour rejoindre sa mère réfugié en France. Son père est prisonnier politique en Argentine. Avant de partir, elle lui a promis de lui écrire toute les semaines et a appris les bases du français avec sa professeur Noémie.
    Une fois là-bas, elle raconte son arrivée et surtout son adaptation petit à petit à la civilisation française.

    Des anecdotes, des souvenirs, l'auteure nous livre ici une partie de sa vie. De ses 11 ans à son adolescence, Laura Alcoba nous fait part d'une période de transition et de changement important dans sa vie, qui ne peut que l'avoir marqué et changé. Grâce à des photos et aux lettres de son père, elle a réussit à transposer sa mémoire dans ce court roman.

    C'est touchant et émouvant car on suit le parcours d'une petite fille obligé à grandir plus vite que prévu, qui fait face aux difficultés de la vie sans toutefois la comprendre. Elle se fera des amis portugais et espagnols au départ avant d'avoir sa première copine française. Des amis argentins réfugiés en Suède viendront leur rendre visite. Elle découvrira les montagnes grâce à une famille française. Et elle connaitra les prémices de sa vie de femme...
    On perçoit qu'elle se sent partagé entre deux pays : l'Argentine son pays natal avec qui elle garde contact via les lettres de son père, et la France où elle doit apprendre à vivre.

    Je ne vous raconterais pas la fin pour garder un peu de suspense et de découverte, mais sachez que celle ci permet de cloturer ce livre avec simplicité et efficacité.

    Ce roman autobiographique se lit très rapidement, notamment grâce aux chapitres très courts relatifs aux souvenirs de l'auteure. On sent que l'auteure y a mis beaucoup d'elle même et qu'il doit être vraiment important à ses yeux.

    Pour feuilleter quelques pages du livre c'est par ici !

    Rentrée Littéraire : Parution le 29 août 2013

    J'ai lu ce livre dans le cadre de l'opération "On vous lit tout" de Libfly. Je remercie donc Libfly, Le Furet du Nord et les éditions Gallimard pour l'envoi et la découverte en avant-première de ce roman de cette nouvelle rentrée littéraire ! :)

    FuretNOIRLogo_libfly_WEBlogo_okrentreelitt-110

  • "Le coursier de Valenciennes" de Clélia Anfray

     

    coursier,valenciennes,clélia,anfray

    [Rentrée Littéraire 2012]

    Simon Abramovitch est un rescapé de la seconde guerre mondiale. Il fut pendant longtemps au camp de travail Klein Mangersdorf, où il rencontra Pierre Weill, un poète qui n'eut pas la chance lui, d'en sortir vivant. Cependant, Pierre avait confié un paquet à Simon pour que ce dernier le transmette à sa famille.
    Six ans plus tard et après plusieurs recherches, Simon retrouve la trace des Weill, devenu Viéville, plus précisément Renée et Henri, les enfants de Pierre et Suzanne, la belle soeur de Pierre. Alors que le paquet ne devait contenir qu'un poème et une lettre, ils découvrent que le message qu'à laisser Pierre est d'une toute au nature ...

    Je remercie tout d'abord Libfly, Le Furet du Nord et les éditions Gallimard de m'avoir permis de lire ce livre en avant première pour l'opération "On vous lit tout" !

    Clélia Anfray publie ici son premier roman (même si elle a déjà été publié pour son essai sur Zola). Roman assez court puisqu'il ne fait que 148 pages. Ce livre se lit rapidement et l'histoire se met petit à petit en place jusqu'au dénouement final.
    Le narrateur est donc Simon Abramovitch, petit vendeur de chaussure qui débarque dans une ville nouvelle pour lui : Valenciennes, située dans le Nord de la France. Il décrit la ville comme il pourrait décrire son humeur : "Valenciennes, sous l'effet de la parole de Mme Viéville, avait repris des couleurs."

    Le début de l'oeuvre met en place le narrateur et le rencontre entre celui ci et les Weill-Viéville. Au départ, l'ambiance est assez froide, voire hostile, puis lorsque Simon commence à parler de Pierre, l'intérêt de la famille se fait sentir. En effet, les enfants ont perdus leurs parents pendant la guerre et n'ont plus jamais eu de leurs nouvelles. Simon devient alors conteur des derniers instants de Pierre lors de son passage au camp de travail.
    En même temps, Simon ressent plusieurs sentiments contradictoires vis à vis de Suzanne. Il semble l'apprécier au plus au point, mais pense à plusieurs reprises que ses sentiments à elle ne lui sont pas forcément destinés ... A cause de cela, Simon hésitera longtemps à partir ou à rester à Valenciennes. Néanmoins, le paquet une fois remis, Simon aura encore une dernière chose à faire dont il ne soupçonnera pas l'existence ...

    Voici un livre qui s'est lu très vite pour ma part et que j'avais hâte de commencer car il se passait dans la région ! Sur fond d'après guerre, ce roman parle de l'importance de la mémoire et du fait de ne pas oublier ce qui a pu se passer. Malgré tout, le thème de la vengeance se faufile surtout dans la deuxième moitié de l'oeuvre.
    L'écriture et le style de l'auteur est simple et accessible, alternant suffisament descriptions et dialogues !
    Une lecture qui pour moi n'est pas un coup de coeur, mais durant laquelle j'ai passé un bon moment !

    coursier,valenciennes,clélia,anfray