Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

albin michel - Page 2

  • "La toute première fois" de Lauren Strasnick

    toute, première, fois, lauren, strasnick, albin michel, wiz

    Holly est une jeune fille qui vient de perdre sa virginité avec Paul. Elle entame une relation secrète avec lui. Secrète car Paul a déjà une petite amie et Holly sait que son meilleur ami Nils le déteste. Holly ne sait plus trop où elle en est : sa mère est morte d'un cancer et en plus elle devient amie avec la véritable petite amie de Paul. Elle ne peut pas se confier à Nils car tout cela est secret ...

    J'ai ce livre dans ma PAL depuis un bon moment ! J'avoue que la couverture est superbe et que c'est ce qui fait que j'avais envie de lire ce roman, plus que pour l'histoire réellement !

    J'avais un peu peur de lire une histoire d'ado cul-cul la praline mais finalement, même si évidemment, certaines réflexions ou façons d'agir peuvent énerver une personne plus âgée comme moi, je ressors de cette lecture agréablement surprise.

    Beaucoup de thèmes sont abordés, les principaux étant bien sûr l'amour, les sentiments et l'amitié, mais en toile de fond, l'auteur tisse le thème de la maladie, notamment avec la mort de la mère d'Holly et l'angoisse de celle-ci d'attraper la même chose.

    Malgré tout, ce n'est pas le livre à lire absolument mais il s'agit d'un roman qui pourra peut-être aider certaines ados qui se posent pas mal de questions sur les sentiments amoureux. On peut également le livre comme un roman "détente".

    Bref, contente de l'avoir lu et sorti de ma PAL, mais ce n'est pas un grand chef d'œuvre non plus.

  • "Les fantômes d'Eden" de Patrick Bauwen

    fantômes, eden, patrick, bauwen, albin michel, thriller

    Le docteur Paul Becker ne va pas bien : il a pris beaucoup de poids, il s'est séparé de sa femme et vient d'avoir un infarctus. Il décide de tout plaquer pour se mettre au vert quelques temps. Alors qu'il se repose tranquillement en montagne, son ami Jack se fait assassiner chez Paul alors que ce dernier était parti faire des courses. Tout le monde est alors persuadé que le corps brulé retrouvé correspond à celui de Paul Becker. Celui ci, témoin du meurtre, décide d'enquêter en prenant l'identité de son ami décédé. Mais pour savoir qui a décidé de s'en prendre à lui, il va devoir se replonger dans le passé et les souvenirs de sa bande de potes de l'époque...

    J'avais adoré "Seul à savoir" et "Monster" de Patrick Bauwen et il me tardait de découvrir son dernier roman. D'ailleurs, il reprend le personnage de Paul Becker de "Monster".
    J'ai eu un peu peur en découvrant le titre "Les fantômes d'Eden" d'avoir un livre certes thriller mais avec du surnaturel dedans. Après ma lecture, même si tout cela reste dans le domaine de la raison, il n'en reste pas moins que l'auteur flirte avec le surnaturel et fait que certains éléments paraissent un peu trop "gros" à mon goût.

    Cependant l'auteur nous met dans l'ambiance dès les premières pages. On se retrouve expédier à Eden, dans les everglades. On plonge à plusieurs reprises dans les souvenirs de Paul. Cela peut parfois être difficile pour le lecteur de se repérer entre les incessants retour en arrière et le présent. Le début fut un peu difficile pour moi, mais j'ai rapidement réussi à prendre mes marques.

    Je dois également ajouté que je ressors assez déçue de cette lecture. Peut-être en attendais-je un peu trop ou bien peut-être est-ce dû à une période de lecture difficile pour moi (un récent déménagement et des travaux font que j'ai passé près de deux semaines sur ce livre...).

    C'est néanmoins un beau pavé de près de 630 pages environ que nous offre l'auteur et les éditions Albin Michel !

  • "Personne n'en saura rien" de Sylvie Granotier

     

    personne,n'en,saura,rien,sylvie,granotier,albin michel,suspense

     

    Jean Chardin, homme obèse et que tout le monde considère comme bon copain prêt à aider, aime regarder les jeunes filles... mais pas que... Plusieurs filles sont portées disparues sans que l'on retrouve leur corps. Isabelle a subit le même sort qu'Irène, Jeanne ou Mélusine, sauf qu'elle a eu la chance de s'en sortir vivante. Le procès de Jean Chardin s'ouvre et Isabelle est au première loge pour se venger de son agresseur...

    On m'avait dit du bien des polars de Sylvie Granotier et ayant reçu son dernier roman, je ne pouvais pas passer à côté. De plus, la quatrième de couverture annonce une histoire de vengeance et de manipulation, cela présage quelque chose de bon !

    Le premier chapitre s'ouvre à l'été 2005 et correspond au kidnapping, viol et meurtre de Mélusine. Puis le deuxième chapitre commence par le procès de Jean Chardin pour l'affaire concernant Isabelle. Le troisième chapitre correspond à la vie d'Isabelle au moment des faits et le quatrième reprend la vie de Jean Chardin. Vous l'aurez compris, ce livre est fait de flash-backs dans le passé mais aussi dans le présent des différents protagonistes, pour enfin revenir par moment au procès lui-même. Cette construction permet au lecteur de s'offrir une vision de plus en plus précise des faits et des conséquences.

    Très vite, nous nous faisons un portrait rapide de Jean Chardin. C'est un type que tout le monde a l'air d'apprécier, malgré une vie de famille assez imposante, malheureusement le côté sombre de Jean se réveille à plusieurs reprises et notamment face aux jeunes adolescentes qu'ils matent à la plage... Le personnage d'Isabelle m'a semblé un peu plus énigmatique mais tout aussi intéressant.

    Ce n'est pas un simple roman où nous suivons un procès du début à la fin. Il y a une sorte de non-dits et de mystère qui entourent cette histoire. Qui dit la vérité et qui ment ? Ce ne sont que dans les dernieres pages que le fin mot de l'histoire nous sera révélé.

    Je ne me suis pas ennuyée une seconde, je dois dire que j'ai même adoré ce genre de construction, mais je dois aussi avouer que la fin m'a un peu laissé perplexe.

    Bref, une bonne première découverte de l'auteur Sylvie Granotier !

    Et en bonus, une petite vidéo de l'auteur sur son roman :


  • "Le bonheur national brut" de François Roux

     

    bonheur,national,brut,françois,roux,albin michel

     

    A l'aube de l'élection de Mitterrand, nous faisons la connaissance de quatre amis : Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy. Ils ont 18 ans et l'avenir s'ouvre à eux. Paul se tournera vers le métier d'acteur et assumera petit à petit son homosexualité, Rodolphe plein d'entrain se lancera dans la politique, Benoît abandonne rapidement ses études pour devenir photographe et enfin Tanguy rêve de fille et entame une carrière dans le commerce.

    De l'élection de Mitterand en 1981 à l'élection de François Hollande en 2012, ce livre retrace la vie de quatres amis que l'on verra évoluer en même temps que la société française. Ont-il réussi dans la vie ? Sont-ils toujours en contact ? Et au final, la question la plus important : sont-ils heureux et épanouis ?

    Ce livre me faisait de l'oeil depuis sa sortie en septembre 2014 pour la rentrée littéraire. Encore une fois, je suis attiré par un sacré pavé puisqu'il fait presque 700 pages.

    J'ai beaucoup aimé les différents portraits que nous dresse l'auteur. Le narrateur est Paul, un jeune homme tourmenté par son homosexualité et son milieu. Il vient d'une famille bourgeoise et subit d'énormes pressions de la part de son père. Celui ci voudrait qu'il devienne médecin. Mais Paul décide plutôt de devenir acteur et de faire enfin son coming-out.

    A côté de Paul, nous retrouvons trois de ses amis, qui vont chacun se tourner vers des carrières et des styles de vies totalement différents. Pour Rodolphe, ça sera la politique; Tanguy c'est le commerce et pour Benoît la culture notamment grâce à la photographie.

    Le fait d'avoir mis l'accent sur quatre personnalités bien différentes les une des autres permet à l'auteur de nous établir une critique générale de la société des années 80 à nos jours. En effet, petit à petit, nous assistons à plusieurs phénomènes de société : l'arrivée de la gauche au pouvoir, le malaise au travail, la génération trader, ...

    Je me suis beaucoup attachée aux personnages, mais je dois dire que je n'ai pas eu de préférence ni pour l'un, ni pour l'autre. C'est ce qui fait que les personnages sont bien décrit et ancré dans le réel. Ils ont chacun des défauts mais aussi des qualités.

    Le livre se découpe en deux parties qui correspondent (si je ne me trompe pas) au changement de gouvernement (gauche puis revirement à droite). Chaque chapitre correspond à une date bien précise. Cela permet de nous situer dans le temps, notamment de se repérer dans les grandes dates de notre société.

    Bref, une belle retrospective de la société française des années 80 à nos jours, au travers d'une bande de potes !

    Petites citations pour la route : "Jamais on n'avait été aussi heureux. Jamais on n'avait autant espéré."

    "Nous avions tellement voulu grandir et nous frotter à la vie que nous en avions oublié de préserver la part la plus belle de nous-mêmes : notre innocence."

    "C'est certain, le bonheur n'est pas du tout une affaire sérieuse. C'est même, j'en suis convaincu, la seule chose au monde que l'on devrait prendre à la légère."

  • "Muchachas Tome 3" de Katherine Pancol

     

    muchachas 3.jpg

     

    Attention Spoiler !!!

     

    Après avoir été un peu déçue par le tome 2 car l'histoire se concentrait énormément sur Gary/Hortense/Calypso, j'ai été agréablement surprise par ce tome 3 ! En effet, dans ce dernier tome, l'auteure s'attache à parler de chaques personnages que l'on avait aperçus dans le premier tome. On y retrouve donc l'histoire de Joséphine mélangée à celle de Stella, de Léonie, de Ray, d'Adrian... mais également de Gary, Hortense, Calypso...

    J'aime la façon dont Katherine Pancol nous parle du quotidien de ses personnages. Parfois juste quelques lignes ou à des moments plusieurs pages, sont consacrés à un personnage bien précis, même si évidemment les personnages secondaires sont tout aussi importants.
    J'adore également la manière dont l'auteure transite d'un personnage à un autre. On y retrouve un lien même si les personnages en question ne sont pas dans la même ville ou même s'ils ne se connaissent pas. ça donne du style à l'ouvrage et montre bien que chaque chose est pensée et démontre enfin la qualité du bouquin.

    Encore une fois j'ai passé de très bons moments à côté de cette multitude de personnages que j'ai appris à connaitre au fur et à mesure des pages (et des tomes !). J'ai eu l'impression de dévorer ce troisième tome, même si je ne l'ai lu qu'en trois jours (ce qui est à peu près mon habitude de lecture).

    Le titre répétitif s'explique dans les trois tomes et change par rapport à "la trilogie des animaux" !

    Concernant ce final tant attendu, je dois dire que l'auteure nous invite à patienter encore une fois, puisque certaines histoires restent en suspend, notamment celle d'Hortense et d'Elena, ou encore celle de Gary/Hortense/Calypso. Par contre, le final de l'histoire de Stella me semble correct et celui de Joséphine également. Alors on peut se poser plusieurs questions : l'histoire va-t-elle continuer ? Doit-on attendre une suite ? Une nouvelle trilogie ? Il va falloir patienter pour connaitre les réponses à ces questions...

    Petites citations pour la route : "L'amitié, comme l'amour, c'est faire attention à l'autre."

    "Le bonheur, c'est une affaire intérieure. Entre soi et soi."

    "C'est comme ça que les choses arrivent parfois, parce qu'on y croit sans renoncer, sans lâcher pied et que ça allume des feux d'espoir dans la tête."

    "La vie fait des miracles. Faut pas croire que tout est noir même si nous le répète tout le temps, faut croire aux exceptions et surtout, surtout, il faut croire qu'on est soi-même une exception."

    "Il n'y a rien de plus beau que ce qui peut se passer entre un homme et une femme. Cet amour-là est unique, parfait, même s'il ne dure que trois minutes, tu m'entends ? Trois minutes de bonheur parfait suffisent à remplir une vie. Avec toi, j'en ai en pagaille, des rations de trois minutes, alors je vais être un homme heureux."

    "Le malheur, on peut l'accepter. A condition qu'il s'arrête un jour. Qu'importe la date ! Pourvu qu'il y en ait une. Alors on peut être patient et endurer. Mais si on ne vous donne pas de date, si on rajoute du malheur tout le temps, ce n'est pas supportable. ça rend fou."

    "C'est aussi ça le bonheur. Quand tout est à sa place et qu'on a un siège réservé. Et la vie est partout. Elle jaillit de la musique, d'une image, d'une odeur, d'une scène de la vie quotidienne."