Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Petits Livres de Lizouzou - Page 7

  • "Si j'avais un perroquet je l'appellerais Jean-Guy (parce que Coco c'est déjà pris)" de Blandine Chabot

     

    si,j'avais,perroquet,appellerais,jean-guy,parce que,coco,déjà,pris,blandine,chabot,le cherche-midi,babelio,masse critique

    En lisant un livre de Françoise Sagan emprunté à la bibliothèque, Catherine tombe sur un papier où il est écrit le prénom de Jean-Philippe, son numéro de téléphone et le message suivant : "Appelle-moi quand tu veux". Catherine, un peu excentrique, se lance dans l'aventure et décide d'appeler le numéro ... Va-t-elle tomber sur ce mystérieux Jean-Philippe ? Qui est-il ? Et pourquoi son numéro était-il dans ce livre ?

    Le titre à rallonge et un tantinet loufoque m'a tout de suite fait sourire et j'ai été attirée par ce livre en lisant le résumé. J'ai tout de suite accroché à cette mystérieuse histoire de papier laissé dans un livre avec un numéro de téléphone et un prénom. Etant bibliothécaire, j'ai déjà trouvé pas mal de chose dans les livres et je dois dire que cela n'est pas banale comme point de rencontre ! ;)

    Cela m'a tout de suite donné envie de savoir si Catherine allait appeler le numéro, si elle allait oser, ce qui allait en découler, etc.. C'est intriguant et amusant à la fois. En tout cas, je sais que personnellement, je n'aurais pas eu le courage de le faire ! C'est surprenant car Catherine n'a pas vécu des choses faciles, notamment sa dernière relation amoureuse (mais je vous laisse découvrir tout cela par vous-même).

    Le personnage de Catherine est assez loufoque mais on s'attache malgré tout assez rapidement à elle. Elle nous présente son univers et son quotidien, mais les autres personnage restent suffisamment en retrait. 

    J'ai aimé le style de l'auteur, malgré quelques digressions par moment. J'ai retenu quelques passages qui m'ont marqué, heureusement j'avais mon petit carnet à citations sous la main ! ;)
    C'est un roman qui se lit facilement, même si pour ma part, j'ai mis un peu de temps à la lire dû à d'autres occupations.

    Bref, un roman contemporain sympa avec une petite touche d'excentricité !

    Je remercie Babelio et les éditions Le Cherche-Midi !

    Petites citations pour la route : "Quand on se pète une jambe on met un plâtre et on attend. Mais quand on a le cœur défoncé, on met quoi ? Rien. Et c'est ça le plus terrible. La seule béquille est le temps. Le seul pansement est le reste de ta vie."

    "Une mère, c'est une couverture autour des épaules, sur une terrasse, un soir d'été. Une mère ça chante dans le noir. Une mère ça veille dans le soir. Une mère c'est la rampe de l'escalier. L'escalier et ses marches glissantes. L'escalier et ton pas maladroit. Une mère ça sait quand le coup de pied au cul sera plus bénéfique que la caresse sur la joue. Une mère c'est une issue dans un calvaire sans issue. Une mère c'est un docteur. Une mère c'est un psy. Une mère c'est une infirmière. Une mère c'est une enseignante, un chauffeur et une couturière. Une mère c'est un justicier, une coiffeuse et une cuisinière. Une mère c'est une femme de ménage, un flic et une secrétaire. Une mère c'est une sainte. Une mère c'est une ballade à la harpe entre les tirs d'obus. Une mère c'est l'odeur du lilas. Une mère c'est la douceur d'une nuque de bébé, et la force d'un guerrier. Une mère c'est la limpidité de l'amour, c'est la générosité du philanthrope, c'est la sagesse du vieux Japonais. Une mère ça sent bon. Une mère ça sait quand dire non. Une mère ça tient bon. Une mère c'est le tronc d'arbre au-dessus de la rivière, c'est l'igloo encore debout, au loin, dans la toundra, et c'est celle qui, au sein de la noire et effrayante forêt, a allumé le feu de joie. Une mère c'est l'odeur de la viande qui cuit. C'est un bout du mimosa qui trempe dans un joli vase, au milieu d'une table soigneusement dressée. C'est la perfection d'un repas. C'est le tablier de cuisine délavé qui devient petite robe de soirée. Une mère c'est un sentiment et une nécessité. Celui et celle d'être aimé."

    "La vie ce n'est pas une succession de jours qui se ressemblent et que l'on contrôle. La vie c'est aussi des surprises, des déceptions, des problèmes, et des départs tragiques. C'est la vie..."

  • "Bisous, A table ! Mamaaan !" de Dephine Godard & Nathalie Weil & Stéphane Nicolet

    bisous,table,mamaaan,delphine,godard,nathalie,weil,stéphane,nicolet,nathan

    Ce chouette, très chouette documentaire s'intéresse à la famille sous toutes ces formes ! Chaque double page traite d'un sujet ou d'une question ayant un rapport (de près ou de loin) sur la famille.

    Ainsi le jeune lecteur pourra en apprendre davantage sur les différents type de famille (papa/maman, du même sexe, famille recomposée, ...) sur les engagements comme le mariage ou le pacs, sur les noms de famille, sur le chef de famille, sur les racines généalogiques, sur la ressemblance physique dans une famille, sur l'éducation, ... et j'en passe ! Vous l'aurez compris, ce documentaire aborde une tonne de choses diverses et variées.

    Ce livre permettra de répondre aux questions des petits curieux ou au contraire d'imaginer de nouveaux questionnements ! Je pense que c'est un chouette livre à découvrir en famille, il faut savoir prendre du temps et se poser et c'est l'occasion avec ce documentaire !

    Ce livre est très interactif car l'enfant passera son temps à soulever des rabats pour y découvrir des choses cachées. C'est hyper ludique et cela donne un certain rythme à la lecture.

    Même si le texte (assez court, un peu sous la forme d'anecdote) nous informe beaucoup, une grande part est destinée à l'illustration. Elles sont jolies, pleines de couleurs et attirent l’œil.

    Bref, un chouette documentaire accessible dès 9 ans !

    Je remercie les éditions Nathan !

  • "Comment Baptiste est mort" d'Alain Blottière

    comment, baptiste, mort, alain, blottière, folio

    En plein désert, Baptiste et sa famille sont enlevés par des djihadistes. Après plusieurs semaines de captivité, Baptiste est le seul à revenir vivant. Mais Baptiste n'est plus réellement Baptiste. Dorénavant, il se fait appeler Yumaï. Pourquoi veut-il qu'on l'appelle comme cela ? Pourquoi est-il le seul survivant ? Et surtout, que s'est-il passé pour sa famille ?

    Le résumé m'a tout de suite interpellé et intrigué. J'avais hâte de découvrir l'histoire de ce jeune garçon Baptiste, devenu Yumaï, soldat du désert.

    A travers l'échange entre Baptiste/Yumaï et ce qu'il semble être un psy, le lecteur assiste peu à peu à des révélations sur ce qui est arrivé à Baptiste, depuis son enlèvement jusqu'à son retour en France. ll y a également des passages complètement descriptifs, donnés par un narrateur complètement extérieur à l'histoire. Ainsi, le lecteur se fait une idée de plus en plus précise sur le personnage double face : Baptiste / Yumaï.

    On apprend petit à petit, comment ils ont été enlevé, lui et sa famille, ce qu'ils ont vécu pendant leur captivité, leur séparation, puis les conditions de vies, puis l'évolution de Baptiste au sein du groupe djihadistes. Baptiste parle et se livre peu si bien qu'il faut du temps avant d'en apprendre davantage. Parfois, même le lecteur s'interroge et s'invente l'histoire terrible de cette famille.

    Le final m'a scotché, même si plusieurs idées se sont formées dans ma tête, au cours de ma lecture. Le style est assez spécial, déroutant, parfois un peu lent, mais reste malgré tout intéressant.

    Bref, un roman court mais intense !

    Je remercie les éditions Folio !

  • "Le soleil est pour toi" de Jandy Nelson

    soleil,pour,toi,jandy,nelson,pôle,fiction

    Noah et Jude sont jumeaux. Doués artistiquement, ils s’apprêtent à rentrer en école d'art. Mais un seul d'entre eux sera accepté. Mais c'est véritablement à la mort de leur mère, lors de leur 16 ans, qu'ils s'éloignent l'un de l'autre... Vont-ils finir par redevenir fusionnels ?

    J'avais adoré le précédent roman de Jandy Nelson "Le ciel est partout". Il me tardait donc de découvrir "Le soleil est pour toi" dont j'avais lu de très bonnes critiques.

    Comme vous pouvez vous en douter, les deux narrateurs sont bien évidemment Noah et Jude. Mais la particularité c'est que Noah nous raconte son histoire à l'âge de 13 ans, soit avant la mort de leur mère, tandis que Jude nous l'explique à l'âge de 16 ans, soit après la mort de leur mère. Vous l'aurez compris, c'est la perte de leur mère qui a bouleversé leur adolescence et a remis en question tous les choix qu'ils ont pu faire. On y découvre la perte, le deuil, mais également un énorme secret de famille qui va peu à peu être révélé.

    Une grande partie du roman est également dédié à l'art. Noah est excellent en dessin et Jude se passionne plutôt pour la sculpture. Ils veulent intégrer une grande école d'art mais seul l'un d'entre eux va y accéder. Ce qui va encore une fois les éloigner davantage.

    D'autres sujets importants y sont aussi abordés comme l'homosexualité, le divorce, la première fois, ... et j'en passe, ce qui permet de qualifier ce roman d'essentiel pour la période perturbante que peut être l'adolescence.

    Concernant la construction du récit, je dois dire que passer d'une période à une autre a pu être frustrant par moment, mais cela rajoute une part d'originalité au roman. Ce n'est pas un coup de coeur pour moi mais j'accorde qu'il y a pas mal de points positifs.

    Bref, une lecture agréable à découvrir !

    Petite citation pour la route : "Personne ne vous dit jamais à quel point l'absence est cruelle, ni combien de temps elle dure."

  • "La guerre des mères" de Kaui Hart Hemmings

    guerre,mères,kaui,hart,hemmings,denoël

    Mele Bart est une jeune maman, célibataire de 28 ans. Elle a eu Ellie avec Bobby, son ex, qui va bientôt se marier. Mele est invitée au mariage mais ne sait pas encore si elle va y aller. Pour se changer les idées, elle s'inscrit à un concours de recettes de cuisine organisé par le Club des Mamans de San Francisco. Elle trouve l'inspiration auprès de son groupe d'amis/mamans au détour de leur anecdote sur leur vie de parents.

    En voyant la couverture et le résumé de ce livre, je m'attendais à un livre humoristique sur la parentalité. En réalité, c'est plus un roman contemporain sur une maman qui a eu du mal à trouver sa place auprès d'une communauté assez sectaire. Malgré tout, elle a fini par trouver un groupe de mamans (et un papa) où elle se sent bien malgré leurs différences.

    La vie de Mele n'a pas toujours été facile, surtout quand Bobby, le père de sa fille, lui annonce qu'il a, en réalité, une double vie et qu'il va se marier !!! L'invitation au mariage est une torture pour elle. Heureusement, elle est bien entourée par son groupe d'amis et parents composé d'Annie, Georgia, Barrett et Henry. Ces derniers s'amusent à lui livrer des anecdotes de leurs vie de parents pour l'aider à constituer des recettes pour le concours. En effet, Mele aime réaliser de nouveaux plats en fonction de l'histoire qui lui est contée. Ainsi, on découvre des situations cocasses, assez drôles, parfois gênantes ou humiliantes, mais qui parleront sans aucun doute aux jeunes parents.

    J'ai mis pas mal de temps à lire ce livre. Pas parce je n'aimais pas, mais plutôt parce que j'étais pas mal occupée, du coup, je n'arrivais pas à me concentrer dessus, ce qui ne m'a pas aidé à apprécier ce roman à sa juste valeur. Dommage pour moi ! Et puis, il faut aussi signaler que je ne suis pas encore maman, ce qui n'arrange pas les choses !

    Bref, un roman sympa qui parlera aux parents !

    Je remercie les éditions Denoël !

    Petites citations pour la route : "Parfois la vie est simple et fantastique, et tout s'additionne parfaitement. Et puis cette parenthèse se termine et nous laisse en manque."

    "L'amitié est censée vous rendre plus fort, et non vous diminuer."

     

    Titre : La guerre des mères (titre original : How to party with an infant)
    Auteur : Kaui Hart Hemmings
    Traductrice : Mélanie Trapateau
    Editeur : Denoël
    Parution : 8 Février 2018